Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Ecritures à la loupe
  • : Présenter des écritures manuscrites d'écrivains célèbres avec une étude graphologique, des comptines pour enfants, l'un de mes romans et beaucoup de mes coups de coeur, voilà l'objectif de ce blog. J'espère que vous vous y sentirez également chez vous...
  • Contact

Mes romans

histoire

  couv-pour-OB.jpg




7 mai 2007 1 07 /05 /mai /2007 11:33

 

       

           

Marcel Achard

 (1899 - 1974)

 

                                  

Image Hosted by ImageShack.us

 

                                            

Marcel Achard, né le 5 juillet 1889 à sainte Foy lès Lyon fut un auteur dramatique qui connut un retentissant succès dans l'écriture de comédies douce-amères aux saveurs de "boulevards" mais où la poésie, une mélancolie et un humour souvent teintés d'amertume l'emportent sur le comique de situation.

Il se plaisait à déclarer à propos de sa naissance : « Je suis né par autorisation spéciale du pape et du Président de la République. Mon père avait épousé la fille de sa sœur. De sorte que mon grand-père était en même temps mon arrière-grand-père, mon père, mon grand-oncle et ma mère ma cousine germaine. »

Après avoir passé sa jeunesse dans le café-tabac de son père, il envisagea une carrière d'instituteur, prépara  l’École normale puis abandonna ses études. Très tôt le théâtre l'attira. A peine âgé de huit ans, il avait déjà écrit une petite pièce de cape et d'épée.

Arrivé à l'âge de dix-huit ans à Paris, pratiquement sans le sou, il se fit embaucher comme souffleur au Théâtre du Vieux Colombier. Un temps journaliste, il se mit à écrire pour le théâtre et rencontra un honorable succès en 1924 avec sa troisième pièce Voulez-vous jouer avec moâ ? mise en scène par Charles Dullin au théâtre de l'Atelier.

Mais c’est avec Jean de la Lune (1929), qu’il connut véritablement le succès et une renommée bientôt internationale.

Dès le début des anneés 30 et jusqu' aux années 60, il écrivit un nombre important de scénarios pour le cinéma.

Peu de personnes savent par exemple qu'il fut le co-scénariste du film en 1964 de Blake Edwards: "Quand l'inspecteur s'emmêle" (A shot in the dark).

 

                             

                              

Image Hosted by ImageShack.us Image Hosted by ImageShack.us Image Hosted by ImageShack.us

          

                       

Elu au troisième tour à l’Académie française, le 28 mai 1959, cet ancien souffleur de théâtre a permis à des comédiens tels que Sacha Guitry , Louis Jouvet ou Jean Sarment d'exprimer pleinement leur art de la scène.

Son talent, sa gaieté, son brio et son regard de myope derrière de grosses lunettes rondes lui avaient conquis non seulement le suffrage des membres de l'Académie, mais également l'amour des femmes dont il était ouvertement fort friand.

 

Son écriture présentée ci-dessous est une dédicace de 1959 de sa pièce "Domino", créée en 1931, jouée pour la première fois à la Comédie des Champs Elysées dans une mise en scène de Louis Jouvet. La pièce sera reprise en 1958 à la Comédie française dans une mise en scène de jean Meyer avec Paul Meurisse dans le rôle principal.

    

            

Image Hosted by ImageShack.us

 

                                    

 

L'écriture au bic bleu, montante, petite et inégale en zone médiane, parsemée de combinaisons astucieuses qui facilitent la progression en avant de l'écriture, sa projection vers l'avenir avec souplesse et ingénuosité, donne le "tempo" d'une activité cérébrale alerte, fine et vive.

Il y a du tonus et du ressort dans l'appui et ses allégements, dans les inégalités de liaison, dans le dialogue sans cesse en question entre l'angle et la courbe, dans les formes pleines et d'autres plus étrécies. Les oves ovoïdes, les simplifications du tracé, la vivacité du trait mettent en évidence les ressources d'adaptation spontanées, la capacité à faire face au changement, les réserves d'énergie à la fois physiques et mentales pour  maintenir le cap, savoir faire face de manière instinctive aux difficultés éprouvées et aux aléas de l'existence.

Les finales appuyées et souvent recourbées marquent également une certaine véhémence, un besoin non seulement de marquer son emprise et le caractère assez "captateur" de sa relation à l'autre...

       

Quelques citations de l'écrivain aux lunettes rondes:

                    

 

Image Hosted by ImageShack.us

 

                                                  

  ... La Justice coûte cher.
- C'est pour ça qu'on l'économise.

 

Il n’y a que deux sortes de femmes: celles qui trompent leur mari, et celles qui disent que ce n’est pas vrai.

 

L'important, ce n'est pas ce qu'on réussit, c'est ce qu'on essaie.

                  

  

Partager cet article
Repost0

commentaires

linda & Picasso :0079: 11/05/2007 11:52

Bisous et bon we avant de partir chez Martine a Cergy ...hé oui j'ai la bougeote mais c'est bon pour ma convalescence de pas rester seule Bisoussssss

Alaligne 12/05/2007 16:24

Excellent WE Linda... Repose toi bien et gros bisous

LUCQUIAUD 09/05/2007 23:04

Merci à vous Tous pour vos messages d’amitié,  je suis très  touchée par vos gentils mots .
Annie                            

Alaligne 10/05/2007 13:46

Merci Annie, c'est un vrai plaisir et honneur d'avoir un commentaire de toi sur ce blog. Prend soin de toi et fais une bise à Patrice pour moi...

Tessie 09/05/2007 16:20

Il faudra que je pense à faire mon analyse graphologique, c'est quelque chose de très intéressant et c'est aussi intéressant d'en apprendre plus sur les personnages grâce à leurs coups de stylos. Il y a quelque chose de.... Magique.

Alaligne 10/05/2007 13:49

Cela n'en a pas l'air... mais c'est beaucoup de travail également... Quant au côté magique de l'écriture, je partage complètement ton point de vue...

Baggins 09/05/2007 15:40

Grand homme de theatre ce Marcel Achard ,ces pieces resteront gravé dans les mémoires à jamais tout comme ces citations .L'écriture ressemble une fois de plus au personnage ,bisous Cath

Alaligne 10/05/2007 13:44

Dans le cas de Marcel Achard, l'écriture est vraiment le reflet de la personnalité... que j'aurais pu développer plus par ailleurs, mais tu sais que je fais léger sur la partie grapho... pour de multiples raisons ;)... Bisous Baggins

fleurdemars 08/05/2007 20:16

Cela faisait très, très longtemps que je n'étais pas passée par ici...
Toujours aussi intéressant.

Bonne soirée !

Alaligne 09/05/2007 10:52

Très heureuse de te retrouver fleur de mars... Merci de ta visite... tu es ici chez toi lol

Annie 08/05/2007 14:46

Merci Catherine, c'est tout à fait  ce que je voulais ;-)
c'est vraiment gentil de ta part. Je retourne bosser
très gros bisous
Annie

Alaligne 09/05/2007 10:49

Si j'ai pu un tout petit peu t'aider...;)

BIDUDULE 08/05/2007 14:01

Merci pour le petit message de sympathie.
A mon tour de laisser un p'tit comm. sur ce site qui fait vivre et revivre Marcel Achard.
Marcel Achard se plaisait à déclarer à propos de sa naissance : « Je suis né par autorisation spéciale du pape et du Président de la République. Mon père avait épousé la fille de sa sœur. De sorte que mon grand-père était en même temps mon arrière-grand-père, mon père, mon grand-oncle et ma mère ma cousine germaine. »
Bref, tout un personnage !!!
Je suis dans le Rhône par obligations professionnelles et donc non loin de son lieu de naissance.
Long vie à ce blog.
Bidudule

Alaligne 09/05/2007 10:50

Merci Bidudule.... ;).... J'espère te revoir bientôt

Piégeur dimages 08/05/2007 09:46

Bel hommage! Un essai réussi.

Alaligne 08/05/2007 11:48

Merci Myjo... ce genre d'article c'est quand même ma spécialité...

Julima 08/05/2007 07:57

Bonne journée :0014:

Alaligne 08/05/2007 11:47

Bonne journée Julima et caresse à Toni

LUCQUIAUD 07/05/2007 23:21

Que de choses révélées par l'écrit , l'écriture ;
Ne serait-ce pas par la main que nous sommes le plus hu...main.
Toujours passionnant de lire tes articles à propos d'analyses graphologiques en lien avec des personnalités marquantes comme celle-ci ...
Bious des Frfadets

Alaligne 08/05/2007 11:43

Inutile de te dire que pour moi... la main ment beaucoup moins que la parole... ;)Gros bisous Patrice