Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Ecritures à la loupe
  • : Présenter des écritures manuscrites d'écrivains célèbres avec une étude graphologique, des comptines pour enfants, l'un de mes romans et beaucoup de mes coups de coeur, voilà l'objectif de ce blog. J'espère que vous vous y sentirez également chez vous...
  • Contact

Mes romans

histoire

  couv-pour-OB.jpg




17 février 2007 6 17 /02 /février /2007 11:50

 

 

Blog-notes*

 

Image Hosted by ImageShack.us

 

Crédit photo Bettina

 PS: Il suffit de cliquer en tête de la page d'accueil sur "Romans" pour accéder aux précédents chapitres

 

 IX

Suite à un coup de téléphone de l'inspecteur Delage, l'adjoint du commissaire Guedj, j'avais reçu deux jours auparavant un fax reproduisant un texte manuscrit. Il s'agissait une nouvelle fois de comparer ce document aux exemplaires de l'écriture de Morgane. J'avais d'abord pesté en constatant la mauvaise qualité du fax et le montage imbécile, fait par je ne sais quel fonctionnaire zélé, qui avait dû découper le texte et l'avait collé sur un formulaire de la gendarmerie nationale, me privant ainsi de l'observation de la gestion de l'espace et de l'ordonnancement.

En dépit de cette absurdité, le reste du travail fut aisé à réaliser.


L'écriture appliquée et conventionnelle, correspondait en tous points aux caractéristiques relevées sur les cahiers de classe de Morgane.

 


J'avais noté, comme seule différence, un léger ralentissement de l'écriture, plus posée et plus dessinée qui m'avait fait penser que ce texte n'avait pas été écrit spontanément et qu'il s'agissait d'une recopie.


Conformément aux instructions laissées par Delage, j'avais joint le Lieutenant Gerbaut qui s'était avérée être une femme, un poil pète-sec, très formatée gendarmerie nationale.


Elle s'était abstenue de tout commentaire sur mes conclusions, s'était bornée à les répéter tel un automate et avait clôt l'entretien par une curieuse remarque sur le fait que les graphologues étaient toujours des femmes, sans me laisser le temps de nuancer ses propos et sans que je sache s'il s'agissait d'une critique, d'une question ou d'une simple constatation.

- Si ce texte en français vous intéresse, je peux vous en faire une copie, suggéra poliment Alex

 
- Je ne vois pas en quoi il intéresse ma mère? intervint Clarisse. Tu dois partir dans un quart d'heure et j'ai encore un exo de maths à te montrer. A moins que ce texte, man tu en ais vraiment besoin ?


- Il ressemble mot pour mot à un document trouvé dans les affaires de la jeune Morgane, mais Clarisse a raison enchaînai-je. Je peux sans problème trouver la traduction sur Google. Terminez ce que vous avez à faire...

Je les quittai, délivrée de ne pas avoir à fournir de plus amples explications mais en même temps persuadée qu'Alex n'en resterait pas là. Le regard qu'il me jeta, au moment où je me retournai pour fermer la porte, était sans équivoque sur ce point précis et je regrettai déjà d'avoir mentionné la possible relation entre cette chanson et le décès de la jeune fille.

Rappeler immédiatement le commissariat pour leur faire part de mon étrange découverte me parut une tâche dénuée de tout intérêt. Cela pouvait attendre jusqu'à demain. Il faisait vraiment trop beau et trop chaud pour affronter l'incrédulité de policiers qui manifestement ne s'intéressaient plus à l'affaire. Et puis, qui appeler ? J'avais maintenant trois interlocuteurs, Guedj, Delage et cette dénommée Gerbaut.

Si naturellement je me sentais plus à l'aise avec le premier, je répugnai à le déranger pour une information qui ne s'apparentait pas à un scoop. Quant à Delage et à la gendarmette, je n'avais aucune envie d'entendre leurs voix m'expédier en trente secondes  réglementaires.


Le soleil, ça ne colle pas avec les flics, les soucis, les suicides, le Lithium et Kurt Cobain. Le soleil, c'est fait pour recharger les batteries, rêvasser, fantasmer, glander, au pire, mener-mener son chien dans la forêt le long de sentiers embaumant le fenouil sauvage, l'ancolie violacée et la blanche anémone des bois.


Oui, il n'y avait pas urgence... J'attendrai un nuage, voire même une menace d'ondée. 

 

 

                                                                                            à suivre......

 

 

*BLOG-NOTES est un manuscrit déposé, ayant reçu un numéro d'ISBN mais non encore corrigé et édité. Les amis blogeurs qui auront le courage et la ténacité de lire ce petit suspense jusqu'au bout seront nommément cités sur le livre en dédicace.

  

Partager cet article
Repost0

commentaires

Aux éclats ! 26/09/2007 17:33

Quoi ! Tu cites Google ! Passe pour les Nike parce qu'elles représentent quelque chose mais là tu aurais pu parler du net ou autre. Excuse ma réaction mais je suis en pleine lecture et j'apprécie beaucoup ! J'adore le couple mère/chien (jubilatoire) et en général tous les personnages sont bien identifiés dans leur psychologie.

Piotr Goradd 08/08/2007 16:01

Je suis sûr qu'elle va changer d'avis sur Delage.... lol

Alaligne 09/08/2007 12:23

Tu devines bien...;)

alaligne 18/02/2007 18:39

merci à mes fidèles de blog-notes.
Vous êtes peu nombreux mais de qualité, c'est cela le plus important pour moi...
Bisous

Jo 18/02/2007 14:16

Encore un extrait que l'on dit en quelques minutes seulement. Et dire qu'il faut patienter pour avoir la suite...

Baggins 18/02/2007 09:16

j'ai bien aimé le dernier paragraphe sur le soleil ,le reste aussi mais le paragraphe sur le soleil çest digne de grandes citations ..je rajouterais (de mon cru )...On ne tu pas sous le soleil ,un meurtre n'est reussi que si il est sordide il faut donc que le temps s'y prete sinon ce n'est pas un beau meurtre et n'est reussi qu'a moitié lol ...bisous Cath

marc 17/02/2007 21:44

merci Cathy pour cette suite.
bisous
jaguar placide

L'oeil 17/02/2007 19:40

The suite please. Royale... :-)
C'est dur de nous faire languir ainsi...

Patrice Lucquiaud 17/02/2007 18:25

Et pourtant au soleil comme par temps maussade , il s'en produit des tracasseries , il s'en passe des crapuleries, sous rais du grand Râ ... L'homme construit ses tours imprenables, ses citadelles fortifiées et échaffaude les pire projets pour être meilleur que ses rivaux ... L'homme et la femme bien sûr qui ne pas moins, sinon plus d'autorité et déjà avec deux galons sur l'épaulette ... jeunette Gendarmette et ça craque sec comme allumette .
Ah Gerbaut !... Képi pique !...
En tous cas la graphologue prend son temps et ne s'emballe pas ... Prudente , elle veut assurer avant d'exposer les résultas de son analyse ...

Bisous Catherine
Farfadet