Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Ecritures à la loupe
  • : Présenter des écritures manuscrites d'écrivains célèbres avec une étude graphologique, des comptines pour enfants, l'un de mes romans et beaucoup de mes coups de coeur, voilà l'objectif de ce blog. J'espère que vous vous y sentirez également chez vous...
  • Contact

Mes romans

histoire

  couv-pour-OB.jpg




17 novembre 2006 5 17 /11 /novembre /2006 23:00

 

Pour démarrer la journée de bonne humeur, Voici une petit puzzle...

 

 

 

 

 

 Pour y jouer veuillez tout simplement cliquer sur le lien suivant, mettre le son

et découvrir un petit message amical:

PUZZLE

 

BONNE JOURNEE!!

Partager cet article
Repost0
16 novembre 2006 4 16 /11 /novembre /2006 23:00

 

 

Dans ces îlots perdus dans la mer des Caraïbes, voici quelques Clic-Clac, mêlant rêves de farniente et réalité météo....

 

(méli-mélo de photos de cat et cath... on se reconnaîtra)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Clin d'oeil au passage à mon amie savoyarde

 

Partager cet article
Repost0
15 novembre 2006 3 15 /11 /novembre /2006 23:00

Blog-notes*

Image Hosted by ImageShack.us

Crédit photo Bettina

 

 

 

II

 

Seul bruit, celui  de la soufflerie de l'ordinateur.
Seule lumière, celle de l'écran de l'ordinateur.


Mais des odeurs en pagaille avec en dominante celle du tabac froid, du renfermé, de la poussière, des relents d'urine de chat.


Le rite immuable commençait.


Il se dirigea vers le réfrigérateur et y préleva une canette de bière à la Tequila.


De retour dans l'unique pièce à vivre de son meublé, il posa la canette à droite du tapis de la souris, juste à l'endroit où un rond d'humidité marquait l'usage répétitif de cette boisson.


Il ouvrit ensuite une boite en fer blanc posée près du futon, en examina attentivement le contenu, le huma à plusieurs reprises, puis choisit délicatement quelques feuilles parmi les mieux conservées.
 

 Il les émietta avec soin au-dessus d'un papier blanc.

 


Un paquet de tabac à moitié vide et des feuilles à rouler reposaient sur une petite commode Ikéa.


Il prépara son joint avec minutie de manière à obtenir un cône parfait.


Après l'avoir contemplé un instant, en avoir apprécié la perfection géométrique, il le porta à ses lèvres et l'alluma.


Inhalant les yeux fermés la première bouffée, il se sentit comme d'habitude envahi par un étrange sentiment de sérénité et de puissance mêlées.


C'était le moment qu'il préférait, celui où tout était encore possible, où l'aventure n'avait pas encore débuté. Un moment à savourer.


Dans quelques minutes, il serait redevenu le chasseur et l'adrénaline le submergerait comme toutes les nuits depuis si longtemps.


Il arrivait de moins en moins à garder la tête froide et ses récents succès renforçaient chaque soir d'avantage sa détermination et son excitation.


Il savait pourtant que la prudence, la minutie, l'organisation, étaient essentiels à la bonne marche de ses projets.

 

 


Il avala profondément le mélange de tabac et de haschich, empoigna la souris et cliqua sur le lien. 

                                                                                                  à suivre... 

 

*BLOG-NOTES est un manuscrit déposé, ayant reçu un numéro d'ISBN mais non encore corrigé et édité. Les amis bloggeurs qui auront le courage et la ténacité de lire ce petit suspense jusqu'au bout seront nommément cités sur le livre en dédicace.

Partager cet article
Repost0
15 novembre 2006 3 15 /11 /novembre /2006 23:00

 

Les images  de cette vidéo peuvent choquer des personnes sensibles....

(mettre le son)
 
 
 
Partager cet article
Repost0
14 novembre 2006 2 14 /11 /novembre /2006 23:00

Blog-notes*

Image Hosted by ImageShack.us

Crédit photo Bettina

 

 

 

 

 

Tendances hystériques et tendances paranoïaques se mêlaient chez Alex  en doses variées selon qu'il évoquait ses liens familiaux, ses projets professionnels ou sa difficulté à se trouver des points de similitude et de connivence avec des gens de sa génération. Il n'était certes ni le  premier ni le dernier jeune homme à présenter ce type de profil. En pratique, les " Alex " commençaient à proliférer dans les antichambres des entreprises que sont les cabinets de recrutement.


Le plus souvent bardés de diplômes, ils multipliaient les candidatures spontanées, les stages de courte durée, affichaient une forte confiance en eux en entretiens d'embauche, alors qu'ils n'avaient pourtant de cesse que de chercher auprès d'un " expert " les conseils et les " trucs " qui leur permettraient de décrocher la lune, c'est-à-dire au mieux un emploi en CDD dans une boite en voie de mondialisation, mais souvent également en voie d'externalisation.


Si la plupart d'entre eux ne manquait pas d'ambition, ils étaient fort peu à chercher du travail au delà des limites de l'hexagone et je soupçonnai même certains de rêver secrètement à une vie articulée autour, au pire du petit Bobo, au mieux du parfait Furita.


Gavés toute leur jeunesse de mangas nippons, il leur devenait naturel d'enfourcher l'idéologie contre productiviste de leurs alter ego japonais,  de considérer le travail comme un simple gagne pain et non comme une fin en soi, d'accumuler les jobs précaires, de chercher à vivre en harmonie avec leurs désirs, leurs envies quitte à se serrer la ceinture s'il le fallait.


A la décharge d'Alex, je devais reconnaître que ses parents ne l'avaient guère préparé à se autre chose. Elevé par une mère tantôt absente tantôt sur protectrice, par un père tantôt dominateur tantôt dépressif, il avait dû naviguer à vue toute sa jeunesse et son adolescence et sans doute trouver ses modèles sur les écrans de télé et sur les consoles de jeux.


Quel gâchis, pensai-je ! Avec un parcours scolaire brillant, une réussite parfaite dans une école de commerce réputée et deux années d'avance sur ces congénères, le voilà remettant tout en cause, rêvant de je ne sais quel boulot de paillettes et de lumière...


- Tu nous fais quoi ce soir ?


Je sursautai, n'ayant pas entendu ma fille entrer dans la cuisine pendant ma séance d'épluchage manuel et intellectuel.


- Une raclette ma chérie, ça te va ?


- Hein! Une raclette ? Pffff, maaan, je croyais t'avoir dit que je commençais un régime fit-elle d'un air exaspéré la main posée sur un ventre aussi plat qu'une limande.


- Mais voyons ma puce, tu es aussi fine qu'un top model !


- Tu rigoles, Tiens regarde ça...


 Elle arriva par je ne sais quel miracle à saisir un demi centimètre de peau au- dessus de son jean taille basse pour me montrer l'ampleur des dégâts. Le petit bout de chair se mit à virer au blanc de céruse étant donné l'effort qu'elle exerçait pour le maintenir entre ses doigts.


- Qu'est-ce qu'il te voulait Alex ? demanda t-elle d'une petite voix coquine.


- Je l'aide en ce moment à faire le point. Il est un peu paumé et ne sait pas trop dans quelle voie orienter sa recherche d'emploi.


- Il est devenu super mignon, ajouta t-elle en me donnant l'impression d'avoir zappé ma réponse.


- Alors là, c'est vraiment une question de goût, chérie, bon alors je la fais cette raclette ?


- S'il n'y a rien d'autre... Si non, t'inquiète pas, je me ferai décongeler une pizza...


- Tes notions de diététique m'étonneront toujours, minette


- Man, j'ai une faveur à te demander, répondit-elle en me fixant au fond des yeux


- Oui, poussin ?


- Man ! Je viens d'avoir dix sept ans, tu le sais cela, non ?


- Bien sûr, mon coeur, où veux-tu en venir chérie ?


- Juste à cela très chère mère... Les " puce ", les " minette ", les " poussin ", tu vois man, ça me gave sévère. Je te rappelle au cas où tu l'aurais oublié que j'ai un prénom et que c'est toi-même qui l'as choisi. Alors par pitié, surtout devant mes copains, tu pourrais éviter ?


- S'il n'y a que cela pour te faire plaisir, pas de problème ma minouchette...


Je n'eus que le temps de rentrer la tête dans les épaules pour éviter de recevoir une poignée d'épluchures de pommes de terre dans les cheveux.

                                                                                                                       à suivre... 

 

 

*BLOG-NOTES est un manuscrit déposé, ayant reçu un numéro d'ISBN mais non encore corrigé et édité. Les amis bloggeurs qui auront le courage et la ténacité de lire ce petit suspense jusqu'au bout seront nommément cités sur le livre en dédicace.

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2006 6 11 /11 /novembre /2006 23:00
 

 

 

 

Invitation à table

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Spéciale dédicace pour Bettina

 

 

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2006 5 10 /11 /novembre /2006 23:00

 

 

 

Dans la série de mes "Clic Clac" voici quelques photos, dont deux montages, qui ont été prises le même jour sur le marché de Victoria dans l'île de Mahé.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

les légumes, les fruits et les inévitables piments

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 On prend son temps pour choisir

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Oui le poisson... il est frais.........

Partager cet article
Repost0
8 novembre 2006 3 08 /11 /novembre /2006 23:00

Après l'insoutenable cruauté dont Claude vient de faire preuve dans son précédent dessin, il  nous propose un instant de reflexion et de méditation propre à calmer les esprits...

 

 

 

 

 

Spéciale dédicace à KOULOU

A vous de vous demander pourquoi?

PS: Les visiteurs n'ayant pas de blog sur Over-blog sont dispensés de laisser le commentaire suivant:

Mais qui est KOULOU?

Pour plus d'infos, il a laissé un commentaire sur le précédent dessin et vous pouvez accéder à son blog.

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2006 2 07 /11 /novembre /2006 23:00

Blog-notes*

Image Hosted by ImageShack.us

Crédit photo Bettina

 

 

 

Ca y est pensai-je, j'aurais dû m'en douter. En réalité, je m'en doutais, j'avais seulement espéré qu'il aurait justement la délicatesse de ne pas aborder ce sujet.


- Savez vous ce qui est arrivé à De Bradler et à son frère, le tueur psychopathe ? Cela fait bientôt quatre ans qu'ils ont disparu...


Alex faisait référence à une sombre histoire remontant à la fin de l'année 1999, où j'avais été mêlée (voire plutôt emmêlée) plus ou moins malgré moi à la fuite de ces deux personnages hors de France. J'y avais mis mon couple en péril, perdu mon travail de graphologue dans l'un des plus gros cabinets de recrutement  parisien, gagné une notoriété douteuse auprès de mon voisinage, échappé de peu à une condamnation judiciaire mais obtenu curieusement l'estime d'un commissaire qui depuis cette époque faisait appel à mes services de temps à autre. Si j'ajoute à cette énumération la défection d'un certain nombre d'amis, la désapprobation unanime de mes collègues graphologues, je pense avoir fait le tour des retombées à court terme de mon équipée furtive dans le monde de la criminalité.


Le hasard avait voulu qu'à l'époque Alex m'ait rendu service en contactant via le net un de ses amis étudiant journaliste aux Etats-Unis pour trouver des articles de presse. Il avait dû suivre dans les journaux de l'époque l'enquête sur la disparition de De Bradler, de son frère et se délecter des entrefilets sarcastiques à mon endroit. Mon métier de graphologue avait excité la plume de certains chroniqueurs qui s'en étaient donné courageusement à coeur joie pour tirer leurs boulets rouges en direction de la profession.


L'ayant bien cherché, j'avais par voie de conséquence adopté un profil si bas qu'un bébé basset à poil ras eut pu me prendre pour sa mère. Entendre Alex remonter ces vieux souvenirs à la surface raviva un court instant un sentiment d'amertume et de rancoeur.


- J'ai tourné la page, Alex, je ne veux plus entendre parler de cette affaire et je n'en sais pas plus que vous sur le sujet.


- D'accord, je voulais simplement vous dire que... Heu! ... C'est difficile à dire. Enfin si vous avez à nouveau besoin de moi, n'hésitez pas... J'ai lu dans le journal que vous travaillez en ce moment sur une nouvelle enquête. La fille qui s'est suicidée en se jetant dans la Seine. Alors, si je peux vous aider à nouveau ? En ce moment j'ai du temps libre et j'ai vraiment envie de faire quelque chose pour vous d'autant que...


Je le coupai sachant d'avance ce qu'il allait dire. Si j'avais accepté de l'aider gratuitement c'était parce que je connaissais sa situation personnelle  et financière depuis le divorce de ses parents.


- Alex, je suis très touchée par votre proposition, mais vous commettez une erreur. D'une part, arrêtez de croire tout ce qu'écrivent les journalistes et d'autre part, je ne " travaille " pas sur une nouvelle enquête, je dois simplement vérifier que la lettre laissée par Morgan à ses parents est bien écrite de sa main. Désolée de vous décevoir mais mon rôle s'arrête là. Le commissaire Guedj est en charge de l'affaire et mon intervention sera très brève.


- Vous voulez dire que vous n'avez pas encore expertisé cette lettre ?


- Alex... soupirai-je, cela vous ennuierait-il de changer de sujet ? Tout d'abord je n'expertise pas, j'authentifie, nuance... Ensuite, je n'ai aucune confidence à vous faire et nous sommes très éloignés de la raison pour laquelle vous êtes venu me voir. D'accord ?


- C'est vrai, je suis désolé, j'espère ne pas vous avoir embêtée. Nous nous revoyons dans huit jours, c'est noté.


Il se leva enfin pour prendre congé. Je le raccompagnai jusqu'à la porte d'entrée, lui fit au revoir d'un signe de la main, mais au lieu de partir comme tout être bien élevé l'aurait fait, il approcha ses lèvres de mon oreille pour murmurer:


- J'ai une petite idée sur ce suicide. Je vous en parlerai la semaine prochaine...


Une telle obstination et un tel manque de courtoisie méritaient un grand coup de gueule, mais lassée et néanmoins décidée à couper net, je le repoussai fermement d'une main, empoignai de l'autre la porte qui lui claqua au nez avec fracas.

Dire que le matin même en lisant mon horoscope dans le journal au café, j'avais lu sous la rubrique réussite : Journée sous le signe de l'écoute et de la communication. Restez vigilant, certaines personnes pouvant profiter de disponibilité pour vous inciter à des confidences.


Je faisais partie de ces innombrables personnes qui n'accordant officiellement aucun crédit aux horoscopes ne s'interdisaient jamais de les feuilleter dès qu'elles en trouvaient un à leur portée. La mise en garde de l'astrologue prenait soudain du sens au vu de la remarque d'Alex.
Côté coeur si je me souvenais bien les prédictions du jour avaient été du type : Vos proches sauront apprécier les attentions que vous aurez à leur égard.


Normal non ? Il n'aurait plus manqué qu'ils me passent un savon le soir où j'avais prévu une copieuse raclette au dîner...Il était d'ailleurs temps que je fasse cuire des pommes de terre et prépare une salade.

 
Je partis en direction de la cuisine, sortis du dessous de l'évier un filet de Belles de Fontenay non entamé et en choisis une dizaine, bien lisses et brillantes. Tout en  maniant l'économe avec soin, je me livrai mentalement à un petit bilan de l'entretien qui venait de prendre fin.

                                                                                                                                             à suivre....

 

 

*BLOG-NOTES est un manuscrit déposé, ayant reçu un numéro d'ISBN mais non encore corrigé et édité. Les amis bloggeurs qui auront le courage et la ténacité de lire ce petit suspense jusqu'au bout seront nommément cités sur le livre en dédicace.

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2006 2 07 /11 /novembre /2006 23:00

Claude nous donne ici, sa vision toute personnelle de la peine de mort

 

 

 

 

 

 

 

 Le choix de cette illustration n'est absolument pas le fruit du hasard, mais a été dicté par la "une" de Caramelle :)

 

Partager cet article
Repost0