Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Ecritures à la loupe
  • : Présenter des écritures manuscrites d'écrivains célèbres avec une étude graphologique, des comptines pour enfants, l'un de mes romans et beaucoup de mes coups de coeur, voilà l'objectif de ce blog. J'espère que vous vous y sentirez également chez vous...
  • Contact

Mes romans

histoire

  couv-pour-OB.jpg




15 avril 2007 7 15 /04 /avril /2007 10:41

Dans la communauté  "L'écriture dans tous ses états"

 que j'ai créée en administration V2, un nouvel Obéen est venu nous rejoindre.

Avec son autorisation, je publie sur mon blog

ce petit poème pour enfants qu'il a écrit récemment.

N'hésitez pas à vous rendre sur son blog et lui laisser des commentaires...

 

Un jour important

 

 

 

Aujourd'hui est un jour important.

Ce matin je suis devenu grand:

Papa a pris sa clé à molette

Et il a enlevé mes roulettes.

 

En le tenant bien par la main,

Je suis allé sur le chemin.

 

La première fois, j'ai fait deux mètres.

Déséquilibre, une erreur bête...

Je suis allé trouver maman

Pour mon genou: premier pansement.

 

La deuxième fois, j'ai fait dix mètres.

Un gros caillou, une galipette...

Je suis allé trouver maman:

Deuxième genou, deuxième pansement.

 

La troisième fois, j'ai fait vingt mètres.

Dans la pente, comment on s'arrête?

Je suis allé trouver maman,

Elle m'a dit:

"Ca suffit pour aujourd'hui!"

 

 

 

SRENZO

Partager cet article
Repost0
15 avril 2007 7 15 /04 /avril /2007 09:41

Voici un autre petit coin de mon village:

La ferme des Lyons

Fief de Cossigny, puis des Lyons, divisé par Louis Richard au XVIII ème siècle, saisi comme bien national à la révolution et acheté par la famille de Besse qui fit démolir le château, la ferme qui subsiste conserve un beau colombier

 

Image Hosted by ImageShack.us

 

 

Bonne journée!

 

Partager cet article
Repost0
14 avril 2007 6 14 /04 /avril /2007 08:14

 

 

Blog-notes*

 

Image Hosted by ImageShack.us

Crédit photo Bettina

 PS: Il suffit de cliquer en tête de la page d'accueil sur "Romans" pour accéder aux précédents chapitres

 

 

XIV

L'entrevue s'était superbement passée.


Bel immeuble proche d'un parking, locaux vastes et clairs, sobrement décorés, accueil irréprochable, café italien servi chaud, interlocuteur à l'écoute et galant : il devait y avoir un détail qui m'avait échappé.


J'avais beau remuer ce qui me restait de neurones après l'heure et demie consacrée à vendre mes prestations de graphologue, à discourir sur l'état du marché du travail et sur l'évolution des profils des candidats, rien dans les propos échangés, absolument rien ne permettait de déceler l'amorce d'un début de pré-soupçon d'une quelconque entourloupe.


Bruno avait eu parfaitement raison d'insister pour que je leur fasse une offre de services. Je m'attendais à voir des sourcils se soulever à l'énoncé de mes tarifs, un rictus se former à la liste de mes exigences, mais je n'eus à déplorer qu' un infime battement de cils lorsque j'émis mon refus de prendre en charge la rédaction de flashs graphologiques.

 
Ayant fermement précisé mes conditions d'intervention, le responsable du cabinet de recrutement, un sourire bienveillant aux lèvres me répondit qu'il trouvait celles-ci normales, voire basiques. Au maximum de mes capacités de concentration, je fus incapable de déceler une trace d'ironie dans ses propos.


Poussée par un vieux fond de masochisme j'insistai en lui faisant bien remarquer que c'était la première fois que l'on se rangeait aussi facilement à ma vision du métier. Il fit mine d'être surpris et légèrement navré. Il reprit mon analyse et mes arguments, abonda dans mon sens, déplora certaines attitudes de ses confrères sans bien évidemment les citer et conclut en m'informant que dans sa société, on communiquait les résultats des tests, des analyses graphologiques aux candidats et qu'on  les commentaient avec eux qu'ils soient retenus ou évincés.

 
Nonobstant les règles de savoir-vivre qui règnent dans ce genre d'entretien, je lui aurais sauté au cou pour l'embrasser. Ma mine ravie et le sourire de première communiante étalé sur ma figure durent suffisamment l'éclairer sur mon état d'esprit.

 
J'avais donc quitté le cabinet gonflée à bloc réconciliée avec une activité qui m'avait pourtant parfois déçue par le passé. Ce n'est qu'en récupérant ma voiture dans le parking que je me fis la réflexion que certes j'étais partie heureuse mais sans boulot, sans la moindre petite analyse à me mettre sous la dent, pas le plus minuscule chiffre d'affaires à l'horizon.


Mais bon, ce n'était sans doute qu'une question de temps et je n'allais pas bouder mon plaisir.


Avant de mettre le moteur en marche, je pris mon portable pour appeler ma cadette et m'informer sur la façon dont s'était déroulée son épreuve de Philo.


Elle décrocha au bout de deux sonneries et le son guilleret de sa voix me rassura pleinement.


- C'est toi man ! J'attendais ton coup de fil...


- Oui, ma puce, c'est maman. Alors cette épreuve de philo, ça s'est bien passé ? Tu as eu quoi comme sujet ?


- Le bol, man, je te dis pas le bol ! Un sujet que je kiffe méga. Allez devine...


- Comment veux-tu que je sache ? Je n'en ai aucune idée. Peut-être un sujet sur le respect…. Genre : Le respect aux parents est-il un devoir ou une nécessité ? plaisantai-je


- C'est malin, répondit-elle vexée. Même le jour du Bac, tu ne peux pas t'en empêcher !


- Désolée minette, je te présente mes excuses. C'est vrai , j'oubliais qu'avec ton seize de moyenne en Philo toute l'année, tu pouvais avoir des lacunes… Bon OK, j'arrête.  Allô ! Tu m'écoutes ?… Allô !… Clarisse !


Un silence vengeur fut la seule réponse que je reçus.


- Clarisse ? Tu es toujours là ma puce ? Allez... réponds à ta vieille crétine de mère. Tu ne vas pas bouder quand même ? Ecoute, je regrette… je regrette sincèrement. Allez, dis-moi quel était le sujet ?


Elle laissa quelques secondes supplémentaires s'écouler afin de bien marquer sa désapprobation puis d'une voix neutre m'annonça :


- Faut-il chercher à tout démontrer ?

 

 

 

                                                                                            à suivre......

 

 

*BLOG-NOTES est un manuscrit déposé, ayant reçu un numéro d'ISBN mais non encore corrigé et édité. Les amis blogeurs qui auront le courage et la ténacité de lire ce petit suspense jusqu'au bout seront nommément cités sur le livre en dédicace.

  

 

 

Partager cet article
Repost0
13 avril 2007 5 13 /04 /avril /2007 08:30

Phil Hansen

J'ai trouvé une autre vidéo de l'artiste Phil Hansen

Ici la performance est liée à Bruce Lee...

N'hésitez pas comme pour la précédente à mettre le son ;)

PS: Son site mérite également le détour: Phil Hansen

 

 

 

 

 

Bonne Journée! 

 

 

Partager cet article
Repost0
12 avril 2007 4 12 /04 /avril /2007 09:28

Comment faire de son corps une oeuvre d'art...

On peut mettre le son ;)

 

 

Bonne journée!

 

 

 

Partager cet article
Repost0
11 avril 2007 3 11 /04 /avril /2007 09:50

Question métaphysique:

Avons-nous oui ou non le droit

de mettre un magnum de champagne

au congélateur?

(Oui, je sais j'aurais pu faire plus "culturel")

 

Image Hosted by ImageShack.us

 

Désolée...

 

 

Partager cet article
Repost0
10 avril 2007 2 10 /04 /avril /2007 08:25

 

Mine de rien

 

Image Hosted by ImageShack.us

 

 

La tête penchée sur son livre d'Histoire

Il fait mine de scruter sa mémoire

Les épaules courbées en avant

Il feint de revoir son allemand

Les yeux fixement rivés au plafond

On dirait qu'il récite sa leçon

Les lèvres légèrement pincées

Lui donnent l'air de se concentrer

Le doigt posé contre la joue

Est-il encore parmi nous?

Loin des exercices astreignants

Il s'évade et prend du champ

Preux chevalier, ou fringant D'Artagnan

Le voilà maître du faux-semblant

Rien de plus innocent que sa jolie tête d'ange

Lorsqu'il s'applique à donner le change

C'est un rêveur qui sait tellement bien

Pour leurrer les siens, faire mine de rien...

Alaligne

Pour accéder aux autres comptines, cliquez dans la colonne de droite sur "catégories": Comptines

 

 

 

Partager cet article
Repost0
9 avril 2007 1 09 /04 /avril /2007 10:34

 

 

Pas toujours facile de se trouver

des compagnons à sa taille!

 

 

Image Hosted by ImageShack.us

 

Mais qui est-ce celui-ci?

 

 

Image Hosted by ImageShack.us

 

Tu ne crois quand même pas que tu vas me piquer mon jouet? 

 

 

Image Hosted by ImageShack.us

 

Bon Ok.... j'abandonne...

 

Partager cet article
Repost0
7 avril 2007 6 07 /04 /avril /2007 10:44

En ce début de week-end pascal

mes pensées vont vers vous...

 

 

Image Hosted by ImageShack.us

 

 

Image Hosted by ImageShack.us

 

 Joyeuses Pâques!

Partager cet article
Repost0
6 avril 2007 5 06 /04 /avril /2007 08:44

 

 

Blog-notes*

 

Image Hosted by ImageShack.us

Crédit photo Bettina

 PS: Il suffit de cliquer en tête de la page d'accueil sur "Romans" pour accéder aux précédents chapitres

 

 

XIII

 

Le crissement des roues des poubelles sur le sol en béton de la petite cour carrée de l'immeuble le fit grimacer de douleur. Il porta les doigts à ses tympans et jura intérieurement que tôt ou tard il ferait la peau à la gardienne.

Le seul intérêt à ce supplice bi-hebdomadaire, était le renseignement précis qu'il donnait sur l'heure. La vieille avait une horloge à la place du cerveau aussi bien réglée que celle du clocher de la cathédrale Saint-Patrick. Il en eut la confirmation immédiate en entendant six gongs résonner dans le lointain.


Il était las, épuisé, délicieusement exténué.


Sans doute devait-il cet état au rituel mensuel auquel il avait sacrifié la veille au soir, rituel de baise qu'il qualifiait d'hygiénique dans le quartier de Ballymun.


La fille qu'il avait choisie devait avoir à peine dix-huit ans et correspondait à ses critères de prédilection. Plutôt courtaude et bien en chair, elle dégageait une odeur particulière, mélange de parfum bon marché, de tabac froid et de sueur.


Le sexe ayant été rapidement expédié, il avait vainement essayé de la convaincre de l'état misérable dans lequel elle vivait.


La gamine avait éclaté d'un rire sarcastique et répliqué qu'entre son ancien boulot de serveuse dans un crad du vieux quartier et celui de pute en banlieue, il n'y avait pas photo.


Il l'avait quittée, ulcéré, une fois de plus dégoûté d'une telle bassesse d'âme et une fois rentré, il avait repris sa mission devant son écran avec rage.


De dix heures du soir à minuit son nouveau blog avait reçu dix-sept visites. Trois commentaires avaient été laissés, mais ne présentaient aucun intérêt.


De minuit à deux heures du matin, le compteur avait enregistré onze nouvelles visites et quatre commentaires. L'un d'eux était signé Loneliness88, un contact qu'il traînait depuis plusieurs semaines. Ayant depuis longtemps compris qu'il ne pouvait rien en tirer, il acceptait cependant d'échanger avec elle quelques banalités et la laissait se répandre en d'amères réflexions sur le monde pourri dans lequel elle vivait. Si au départ, le ton larmoyant de ses messages lui avait fait espérer une évolution rapide de leur relation, il avait ensuite déchanté en constatant qu'elle venait sur son blog décharger un peu de fiel et beaucoup d'amertume pour en repartir brutalement ragaillardie et pétant le feu.


De deux heures du matin à quatre heures, les passages s'étaient raréfiés mais bonifiés. Sonate, un nouveau pseudonyme, avait écrit quelques lignes en soulignant son sentiment de détresse et d'abandon. Une rapide visite sur son blog avait confirmé qu'il lui devait  une attention toute particulière : écran rose, poèmes à l'eau de rose, coeurs veinés de rose foncé dégoulinants de haut en bas de l'écran... Il y avait quelque chose à en espérer.


La dernière heure, il l'employa à rédiger un nouvel article, légèrement inspiré par l'odeur fétide de sa dernière compagne de bordel et totalement plagié de son écrivain préféré.


De brefs et vifs élancements dans la colonne vertébrale lui rappelèrent qu'il venait de passer huit heures d'affilée devant son ordinateur.

 
Il s'étira en baillant.


La couche de talc dont il saupoudrait régulièrement ses mains, finissait par former des croûtes peu esthétiques entre les jointures de ses doigts. Il était temps de prendre une douche et du repos. Il s'apprêtait à fermer sa connexion lorsque apparut un nouveau commentaire.

Il le lut et le trouva passionnant.

 

                                                                                            à suivre......

 

 

*BLOG-NOTES est un manuscrit déposé, ayant reçu un numéro d'ISBN mais non encore corrigé et édité. Les amis blogeurs qui auront le courage et la ténacité de lire ce petit suspense jusqu'au bout seront nommément cités sur le livre en dédicace.

   

 

Partager cet article
Repost0