Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ecritures à la loupe
  • Ecritures à la loupe
  • : Présenter des écritures manuscrites d'écrivains célèbres avec une étude graphologique, des comptines pour enfants, l'un de mes romans et beaucoup de mes coups de coeur, voilà l'objectif de ce blog. J'espère que vous vous y sentirez également chez vous...
  • Contact

Mes romans

histoire

  couv-pour-OB.jpg




10 février 2010 3 10 /02 /février /2010 10:41
Poèmes d'amour de Victor HUGO




Image Hosted by ImageShack.us


Victor HUGO
Victor-Marie Hugo, né le 26 février 1802 et mort le 22 mai 1885







Les contemplations:

Elle était déchaussée, elle était décoiffée...


Image Hosted by ImageShack.us


The Kelpie (1913)

Herbert James Draper (1863 - 1920) peintre britannique de l'époque victorienne.



Elle était déchaussée, elle était décoiffée,
Assise, les pieds nus, parmi les joncs penchants;
Moi qui passais par là, je crus voir une fée,
Et je lui dis : Veux-tu t’en venir dans les champs?

Elle me regarda de ce regard suprême
Qui reste à la beauté quand nous en triomphons,
Et je lui dis : Veux-tu, c’est le mois où l’on aime,
Veux-tu nous en aller sous les arbres profonds?

Elle essuya ses pieds à l’herbe de la rive;
Elle me regarda pour la seconde fois,
Et la belle folâtre alors devint pensive.
Oh! comme les oiseaux chantaient au fond des bois!

Comme l’eau caressait doucement le rivage!
Je vis venir à moi, dans les grands roseaux verts,
La belle fille heureuse, effarée et sauvage,
Ses cheveux dans ses yeux, et riant au travers.






Les femmes sont sur la terre



Image Hosted by ImageShack.us


Le baiser


Charles Émile Auguste Durand (ou Durant) dit Carolus-Duran (né le 4 juillet 1837 à Lille - mort le 17 février 1917 à Paris)


Les femmes sont sur la terre
Pour tout idéaliser ;
L'univers est un mystère
Que commente leur baiser.

C'est l'amour qui, pour ceinture,
A l'onde et le firmament,
Et dont toute la nature,
N'est, au fond, que l'ornement.

Tout ce qui brille, offre à l'âme
Son parfum ou sa couleur ;
Si Dieu n'avait fait la femme,
Il n'aurait pas fait la fleur.

A quoi bon vos étincelles,
Bleus saphirs, sans les yeux doux ?
Les diamants, sans les belles,
Ne sont plus que des cailloux ;

Et, dans les charmilles vertes,
Les roses dorment debout,
Et sont des bouches ouvertes
Pour ne rien dire du tout.

Tout objet qui charme ou rêve
Tient des femmes sa clarté ;
La perle blanche, sans Eve,
Sans toi, ma fière beauté,

Ressemblant, tout enlaidie,
A mon amour qui te fuit,
N'est plus que la maladie
D'une bête dans la nuit.


Victor Hugo





Partager cet article

Repost 0

commentaires

Charles Daney 27/05/2010 18:32



Elle est nue. Elle entre dans l’eau qui la saisit aux chevilles. Elle frissonne. Elle se laisse tomber sur le dos, face à la mer, les
pieds dans l’eau, les bras en croix sur le sable, les jambes légèrement écartées sous le regard d’un soleil complice. La mer monte lentement, lèche ses mollets et se retire, revient sur ses
genoux, monte jusqu’aux cuisses et repart, touche son sexe. Elle avance son ventre. Elle tremble sous le soleil, désire le retour des vagues. La mer, qui l’a prise dans son étau, la presse de
caresses à petits coups de langues marines. Elle se laisse faire. La mer est son désir. Elle attend qu’elle la prenne toute entière.


L’eau, maintenant, caresse son ventre d’un mouvement régulier comme le ressac. Elle se tord, roule à droite et gauche. Les grains de
sable se creusent sous ses reins, la couvrent aux épaules. Elle dit non avec sa tête ; elle dit oui avec ses yeux. C’est l’assaut de la marée qui lèche ses seins, tourne sur les mamelons, en
saisit les pointes. Le soleil est toujours là. Elle ferme les paupières qui rosissent à sa lumière. Il n’y a pas d’ombre sur son désir, rien que la mer qui l’environne et la couvre bientôt. Elle
se tord sous l’assaut des vagues. L’eau enserre son cou. Est-ce la fin ?


Dans un spasme, la mer la couvre de son écume et se retire, la laissant anéantie, couverte de sable, d’algues et de débris d’écume. La
mer l’a vaincue. Un crabe grimpe sur son nombril. Elle n’en finit pas de se désengager des assauts de la  mer.



Farfadet 86 05/04/2010 10:42



Bonjour Catherine ...


Au Salon du Livre ?... puis Pâques





Je n'ai d'oeufs que pour Vous ...


Bises des farfadets



G 04/04/2010 21:31



bon , ben je profite d' Hugo  pour  un passage amicale , juste comme ca , pour  dire  , bise !


 


le rital



catherine 02/04/2010 11:44



Chère Catherine je te souhaite de passer un très agréable week-end de Pâques et une bonne chasse aux oeufs ! à bientôt et bonnes journées printanières.



Farfadet 86 20/03/2010 18:13


Voilà posé sur nos lèvres ce florilège de mots si bellement choisis...
le Père Hugo a donné à notre langue les ailes de la plus noble poésie
Une envolée de vers nous transportant dans les nuées
Où dieux, diables et humains se retrouvent  réconciliés ...

Bises des Farfadets du Poitou


Charles Daney 18/03/2010 14:54


Baiser, rose trémière au jardi des caresses
ne serait qu'une fleur qui fleurirait l'été
nous aimerions que vint pour pallier nos détresses
un baiser de printemps un doux baiser léger...
comme une plume d'oiseau qui s'ébouriffe


L'Oeil regardait cahin-caha 15/03/2010 19:32


Merci, ça fait du bien...


Baggins 05/03/2010 21:51


Je viens avec un peu de retard me delecter à la lecture de ces pieces maitresses de notre patrimoine litteraire accompagné par de si jolis tableaux ...Bisous à toi Cathy


Jo 28/02/2010 11:57


J'aime beaucoup Victor Hugo (beaucoup de mes collègues le trouvent un peu ... vieillot et difficile à lire).
J'apprécie davantage ses textes politiques que les poèmes d'amour mais ceux-ci sont très beaux également.


Koulou 27/02/2010 07:07


ah bah... c'ets Victor Hugo quoi. On se demande pas comment ni pourquoi il est devenu célèbre lui. Sûrement pas en s'enfermant dans un loft plein de caméras hein, hi hi....

bon week End Alaligne :0044: :0010: