Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ecritures à la loupe
  • Ecritures à la loupe
  • : Présenter des écritures manuscrites d'écrivains célèbres avec une étude graphologique, des comptines pour enfants, l'un de mes romans et beaucoup de mes coups de coeur, voilà l'objectif de ce blog. J'espère que vous vous y sentirez également chez vous...
  • Contact

Mes romans

histoire

  couv-pour-OB.jpg




11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 10:17

dollars3

 

 

GAMERS

 

(3 et 4)

 

 

En entrant dans le lobby de l’hôtel Renaissance, Peter eut le choc de son existence : bizarre sentiment de déjà-vu… paramnésie foudroyante… Le lieu ressemblait à s’y méprendre au hall du Mint dans son film culte « Las Vegas Parano ». Lorsqu’il repéra à côté de la pancarte de leur sponsor AMD, la chevelure hirsute et la moustache de Larry Springer, plus aucun doute : Maître Gonzo les attendait, un cocktail fluo à la main. Il fixa la moquette et s’attendit à ce que les volutes criardes se mettent à onduler et s’enrouler en un vortex infernal. Il n’avait pourtant pas touché à un gramme de mescaline, n’était pas plus sous l’emprise du LSD que du coca light sous celle du saccharose. Une prise de sang sauvage n’aurait détecté aucune substance à la licéité douteuse, ni de carence en globules rouges. Il était clean… parfaitement clean… et pourtant il transpirait. 

Un tonitruant « Hi ! » le ramena sur terre. Un quintal de muscles californiens venait de s’effondrer sur son poitrail. Quelques gouttes du cocktail irradièrent son t-shirt immaculé. Il tira la gueule. La mode des « hugs » commençait à le rendre dingue. 

- Alors, en forme… Master ? 

Décidemment le gars lui cassait les burettes… Son rang de 226ième joueur mondial ne lui valait pas le titre de Master et Larry le savait pertinemment. Même IdrA1 n’était que 142ième au hit-parade de Starcraft2, les sud-coréens raflant les meilleures places.

-  Au top ! mentit Peter tout en se dégageant de l’étreinte de l’armoire à glace.

Larry alla se vautrer dans les bras de Gary et de John, gardant Gladys pour la bonne bouche. Il fallut un discret coup de genou de la pétroleuse de service dans l’entrejambes du sponsor pour que les effusions cessent.

- Bon, ce n’est pas tout cela, hoqueta-t-il tout en serrant les cuisses… j’ai avec moi les « pass » de vos chambres… et plein de cadeaux pour ma super équipe. Vous n’allez pas en croire vos mirettes… des nouveaux T-shirts, notre tout dernier écran graphique et… bande de petits veinards … le nec plus ultra des casque-micros sans fil dont je vous réserve la primeur… Et ce n’est pas tout ! On a décidé chez AMD de renforcer l’équipe. Nous avons signé un contrat avec l’ex biélorusse Lowifun… il arrive de L.A par l’avion de 12 heures… Juste le temps pour vous de prendre une douche… On se retrouve dans une heure dans la salle de conférences Lincoln, niveau-1… entraînement avec des petits sacs de sable… Allez, à plus les gagneurs!

La montagne bodybuildée leur faussa compagnie et se dirigea vers l’ascenseur en boitant comme un canard.

- C’est quoi cette histoire de Lowifun et de petits sacs de sable ? gronda Gladys

- Larry n’a pas confiance en moi… je le sais depuis toujours… S’ils font appel à Lowifun, c’est parce qu’ils ont les chocottes, peur que je craque… et les sacs de sable, tu te les attaches aux doigts pour renforcer tes muscles… tous les coréens font cela à l’entraînement… je croyais que tu le savais, murmura John.

Gladys se tut et considéra avec tendresse la mine déconfite du plus jeune de l’équipe. John, l’écorché vif, l’accidenté de la vie qui trompait une timidité maladive dans des jeux où il pouvait écouler son agressivité bridée par des années d’éducation mormone. John… lumineux, inspiré les jours de grande forme, mais également imprévisible, hésitant, jouant flou, capable de bousiller une partie sur un coup de tête.

- T’es l’artiste du groupe… c’est pour cela que tu nous es indispensable… t’inquiète, on est là…

Elle écarta la longue mèche de cheveux blonds zébrant le front du joueur et déposa un baiser furtif au sommet d’une pommette écarlate.


***


Leurs « pass » de chambre à la main, Peter et Gary ruminaient en silence. L’idée d’intégrer à l’équipe, quelques jours seulement avant la compétition, un joueur qu’ils ne connaissaient que de réputation, si flatteuse soit-elle, créait un véritable électrochoc. Il fallait du temps pour tisser des liens et établir un climat de confiance. En introduisant un nouveau quelques jours avant le tournoi, Larry foutait le bordel et déstabilisait le clan.

Peter, jouissant en tant que stratège du team d’un statut privilégié, les regards se portèrent naturellement sur lui en attente d’une réaction, voire d’une décision. Il leur désigna à l’écart du lobby une table ronde où trônait un énorme bouquet de réséda blanc aux efflorescences vert tendre. La petite troupe comprit le message et s’installa dans les profonds fauteuils de cuir noir à l’abri des oreilles indiscrètes. 

-  On est là pour remporter le tournoi de Call of Duty en équipe à quatre. Voilà des mois que l’on s’entraîne ensemble au risque de descendre chacun à tour de rôle dans le classement individuel. Même toi Gladys qui concours en solo dans Starcraft, tu as accepté de te perfectionner et aujourd’hui tu es une des plus solides de l’équipe. Ta promesse de te hisser au meilleur niveau, tu l’as tenue et nous te sommes tous reconnaissants d’avoir gommé de ton jeu certains réflexes… disons… un peu trop individualistes. John, tes cinq derniers matchs ont été exemplaires et toi Gary, tu sais ce que l’on pense de tes performances, pas besoin d’en remettre une couche… Si Larry nous colle entre les pattes Lowyfun pour remplacer l’un d’entre nous, il n’a pas précisé lequel. Il nous reste cinq jours pour tirer cela au clair. Pas le genre de Larry, de foutre de l’argent en l’air… Plutôt un rat quand il s'agit de sortir son fric… Donc, dans le doute, je vous propose de tester le gars dès cet après-midi. Il est fort, très fort, mais que va –t-il donner en équipe ? Si on arrive à le déstabiliser, le pousser à la faute, c’est peut-être lui qui déclarera forfait avant le début du tournoi. En tout cas, on va se battre pour défendre chacun notre place. Au fond c’est sans doute cela que cherche Larry : nous coller un max de pression pour que l’on se défonce. On garde notre calme, on jauge le type et au final s’il est le meilleur, on décidera ensemble celui ou celle d’entre nous qui quittera le clan pour lui laisser sa place. Larry n’aura rien à dire, je vous le promets…Inutile de préciser que je me sens concerné au même titre que toi Gary, toi John ou toi Gladys… Pour le moment on va se détendre, prendre une bonne douche et tester les nouveaux casques… D’accord ?

-  Lowyfun, ce n’est pas le pseudonyme d’Anton Marcovich ? demanda Gary.

- Je crois que oui… Pourquoi ?

-  Ben, c’est juste que j’ai vu une vidéo et que j’ai lu sur un forum un ou deux trucs sur lui… Côté vidéo, si vous arrivez à comprendre son anglais, moi j’y renonce… Pour communiquer, nous allons devoir inventer un nouveau pidgin ou un sabir biélo-américain ; côté forum il semblerait que le gars soit connu non seulement pour être un génie du « Killstreak »* mais aussi pour avoir subi une gynécomastie en arrivant il y a trois mois à L.A.

Gladys s’étrangla de rire sous les yeux effarés de John.

-  C’est quoi une gynécotasmie ?

-  … mastie, John… pas tasmie, répondit-elle, les yeux mouillés de larmes. Tu vois là, ajouta t-elle, en soulevant d’une main un minuscule sein, c’est pour un homme comme si je me faisais faire un implant de 95C… enfin non, c’est justement l’inverse… t’imagines ?

Elle s’écroula dans le fauteuil, secouée par des hoquets d’hilarité.

-  Lowyfun, un travelo ?

Ce fut au tour de Gary et de Peter d’éclater de rire.

- Non, pas vraiment… quoique… pouffa Peter. Anton, ce n’est pas le style troubadour un UZI à la main. Bon en gros, si je peux dire… le type avait des seins trop importants, un peu comme ceux d’une nana, enfin d’une vraie et aujourd’hui, couic ! il les a aussi développés qu’Ovocyte… c’est tout dire…

- Ha bon ! alors pour toi, sale macho, c’est la taille des seins qui fait qu’une fille est une VRAIE ? D’abord, c’est quoi ta définition d’une VRAIE fille… allez, crache le morceau !

Visage livide, traits crispés, Gladys était résolue à en découdre.

- On s’égare, on s’égare, les gars, intervint Gary qui mourait d’envie d’attaquer l’entraînement et détestait les discussions stériles. Je vous offre une tournée de « Bud » et ensuite on passe aux choses sérieuses… On teste le gars et s’il est bien tendre, on se le mange…

Ils avaient tous soif. Rien de tel qu’une tournée de bière pour ressouder l’équipe. Ils burent, plaisantèrent puis se dispersèrent pour gagner leurs chambres.


* Killstreak : une série d’éliminations d’ennemis dans le jeu Call of Duty

 

(à suivre...)
 

 

 


 


 

©Alaligne, tous droits réservés


Partager cet article

Repost 0

commentaires

voyance par mail 01/09/2016 13:42

Article de très bonne qualité, tout comme le blog.