Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ecritures à la loupe
  • Ecritures à la loupe
  • : Présenter des écritures manuscrites d'écrivains célèbres avec une étude graphologique, des comptines pour enfants, l'un de mes romans et beaucoup de mes coups de coeur, voilà l'objectif de ce blog. J'espère que vous vous y sentirez également chez vous...
  • Contact

Mes romans

histoire

  couv-pour-OB.jpg




11 août 2012 6 11 /08 /août /2012 10:34

 

dollars3

 

 

Gamers (11 et 12)

 

 

Franck Burneys jubilait. Il ne s’était pas déplacé pour rien. C’est son rédac’ chef qui allait grimper aux rideaux. Certes, pas de quoi briguer le prix Pulitzer, mais l’article allait quand même faire un sacré carton. Bien sûr, il avait été tout d’abord surpris par l’anglais du biélorusse, mais à y bien réfléchir, cette vidéo serait le point d’orgue des interviews des joueurs d’AMD. Entre la manière qu’avait ce type de se tenir les épaules courbées en avant, comme une donzelle de 14 ans affligée d’une opulente poitrine et ses lapsus répétitifs, l’accumulation de mots inadaptés en un amphigouri grandiose, l’effet gaguesque était garanti ! Peter s’était montré très à l’aise, mais la palme revenait à Gladys. Une chabraque de première bourre, cette meuf… Plutôt mignonne avec son look androgyne, un rêve d’imprimeur en flexographie… mais quel tempérament ! Il émanait d’elle une force d’attraction démentielle et il lui manquait une hardcore gameuse à son palmarès de plan cul. Il n’avait pas eu le temps de la draguer mais il était certain que sa seule interview ferait le buzz. Pour les deux autres joueurs, l’ambiance était retombée au plus bas. Pas vraiment coopératifs. Il avait dû lourdement insister pour arriver à leur faire aligner quelques phrases avec un sujet, un verbe et un complément. Et le plus jeune de l’équipe avait viré au rouge cramoisi dès le début de l’interview. Mauvais pour l’image un visage couleur sang… Heureusement il y avait eu une cerise sur le gâteau et quelle cerise… l’annonce surprise faite par Larry du lancement des nouveaux casques audio. L’information n’avait jusqu’alors jamais été mentionnée dans aucun communiqué de presse. Il fallait que le sponsor soit vraiment sûr de sa team pour lâcher le morceau. Si l’équipe remportait le tournoi, ce serait un sacré coup de pub pour la boîte et on pouvait s’attendre à voir les actions d’AMD grimper en flèche dès lundi. Un simple coup de fil ce soir à un pote du Financial times lui permettrait d’arrondir confortablement ses honoraires de pigiste. Pendant que son assistant remballait le matériel, il décida d’aller saluer une dernière fois les joueurs et leur sponsor. Au moment où il allait franchir le seuil de la salle Lincoln, la porte se referma sur son nez.


 « Les pisse-copie dégagent ! Ils sont priés de ne plus envahir le bunker ! » perçut-il in extremis.


C’était la voix de Gladys. « Quelle chipie cette fille ! Tordue mais sacrément baisable…j’aurais dû lui filer mon numéro de portable », pensa-t-il en s’éloignant d’un pas pesant.


Dans la salle de réunion, Peter avait commencé à exposer les principes généraux de sa tactique pour les premiers matchs  en mode « recherche et destruction » que l’équipe allait disputer le lendemain. Réunis en cercle autour de lui, les joueurs, conscients de l’enjeu, l’écoutaient avec respect et concentration.


- … Je vous rappelle que quelque soient les atouts dont je vais vous soumettre la liste, le plus important en mode « recherche et destruction » est de contrôler en permanence sa progression. Chaque déplacement doit être réfléchi, prudent, furtif et vos armes doivent être équipées de silencieux. Rien ne doit être laissé au hasard… surtout ne pas se faire repérer, à aucun prix. Pas question pour autant de bannir le rush dans une partie de dix minutes, mais seulement au terme d’une avancée concertée. Alors seulement, j’insiste… débutera la curée… un vrai saccage…Pour les atouts, voici  ce que je vous propose…


Peter commença à énumérer les équipements qui lui semblaient les plus adaptés non seulement aux qualités de chacun de ses partenaires mais également aux contraintes du jeu.


Gladys mimait à la perfection la fille super intéressée et sincèrement motivée. Elle poussa le vice jusqu’à faire semblant de prendre des notes. En réalité, elle fulminait intérieurement d’avoir à supporter cette énième mise au point qui ne la concernait en aucun cas. Elle observait du coin de l’œil Gary et John qui buvaient les paroles du leader. Rien dans leur attitude ne trahissait la moindre inattention ; nul signe de désaccord aux propos de Peter. Ils lui paraissaient même beaucoup trop calmes et conciliants. Elle se répéta dans sa tête que toutes ces idées la détournaient de son unique but : gagner en solo et empocher les 50 000 dollars de prime. Elle était là pour cela et pour rien d’autre. Sa méfiance se délita peu à peu et elle se surprit à penser au journaliste d’Xbox. Belle tronche et sourire ravageur… nonobstant ce chandail bleu layette négligemment noué sur ses épaules, le gars ne l’avait pas laissée indifférente. Une envie de sexe l’envahit subitement… Avec l’argent du tournoi, elle aurait la possibilité d’affréter un bateau dans les caraïbes. Divagations, rêveries…Une île au soleil, sans connexion internet, une cabane avec un pieu, genre futon, juste pour s’envoyer en l’air… Depuis longtemps, un homme ne lui avait pas mis les tripes en feu de cette manière.


« J’aurais dû lui laisser mon numéro de portable… »


Gladys se ressaisit. Qui était-elle au juste et où allaient ses préférences sexuelles? Pas le moment de se poser des questions existentielles. Elle haussa les épaules…


- Tu n’es pas d’accord sur l’emploi d’un drone de soutien ?


Manifestement la question lui était adressée… Six paires d’yeux guettaient sa réponse…Elle balbutia un « si, si… c’est génial…» qui laissa perplexe le reste de la team.


La réunion tirait à sa fin. Larry les invita à prendre du repos et en bonne mère poule les incita à se coucher tôt. Voulant conclure sur une tonalité forte, il ajouta :


- Je veux tout le monde d’attaque demain ! Rendez-vous dans le hall à 8 heures pétantes. Pas d’entraînement sauvage jusqu’à deux heures du mat’. AMD compte sur vous les guerriers… L’honneur d’AMD est en jeu… « Justice, Valor and Honor points» pour vous tous demain… Repos et rompez les rangs… déclara t-il la main sur le cœur…


Les joueurs se regardèrent la mine atterrée. Que leur propre sponsor confonde les règles de Warcraft avec celles de Call of Duty et de Starcraft n’était pas vraiment fait pour leur donner la pêche et qu’il se prenne pour un sergent instructeur de Fort Sill leur mettait les nerfs à vif. Par dérision Peter entonna « The Star-Spangled Banner », bientôt rejoint par Gary, John, Gladys et Anton qui, figé dans un garde à vous impeccable, massacra les paroles de l’hymne national à la plus grande joie de ses co-équipiers.


***


Gladys avait passé une nuit agitée. Impossible de fermer l’œil et il était hors de question la veille d’un tournoi d’avaler un somnifère. Elle avait toujours à l’esprit le journaliste d’Xbox. Ce mec parasitait son sommeil. Elle l’imagina en bermuda, la peau bronzée par le soleil, flânant sur une plage déserte des Grenadines ou enfourchant un jet-ski scooter des mers pour venir la rejoindre au creux d’un lagon paradisiaque. Les images faisaient tellement « cliché », qu’elle s’en voulut, se traita de gourdasse puis se mit à compter des moutons pour pouvoir s’endormir. Mais les moutons l’ennuyèrent. Elle les remplaça par des Protoss et se retrouva dans son jeu favori, ce qui eut pour effet indésirable de la tenir éveillée encore de longues minutes. Lorsque la sonnerie du réveil retentit, elle était incapable de savoir combien de temps elle avait dormi. Un café serré au percolateur et une douche glacée lui remirent les idées en place. À huit heures moins dix elle quitta sa chambre emportant dans son sac à dos le matériel nécessaire pour le tournoi. Dans le hall de l’hôtel, elle retrouva Peter installé dans l’un des fauteuils de cuir noir qu’il affectionnait tant. Un peu plus loin, à l’abri des oreilles indiscrètes, l’équipe d’Intel était déjà regroupée autour de leur sponsor. Celui-ci la salua d’un geste de la main puis chuchota quelques mots à ses joueurs qui se bidonnèrent. Une fois de plus, elle les ignora et sourit à Peter.


- En forme Glad ?


- On ne peut pas rêver mieux ! Dormi comme un bébé…Je n’ai qu’une envie : en découdre au plus vite avec IdrA1  … et clouer le bec à cette bande d’abrutis…


Elle n’avait nulle envie de l’inquiéter et encore moins de lui parler de Franck Burneys.


La porte de l’ascenseur s’ouvrit, libérant Larry, Max et Anton. Stupéfaction ! Larry s’était relooké de la tête aux pieds. Mèches effilées sur le front, blouson Dries Van Noten,  Jean G Star Raw, boots Paul Smith et T-shirt AMD, une taille trop étroite. Gladys grimaça de dégoût.


 - Il a beau se faire un nouveau look, à  l’intérieur, c’est le même plouc !

 

- Tu fais dans l’épigramme maintenant ? railla Peter.


- Dans quoi ?


- Laisse tomber… Gary et John sont en retard, à moins qu’ils ne soient à la cafet’. Bouge pas, je vais aller les chercher…


Pendant que Peter se dirigeait vers la cafétéria, Max s’installa aux côtés de Gladys sur le sofa. Il était radieux et lui montra sur l’écran de son Blackberry un article du Financial Times qui titrait « Percée technologique chez AMD ».


- Franck n’a pas chômé ! Non seulement l’annonce des nouveaux casques est déjà dans la presse mais il en a profité pour parler en termes super élogieux de la team et en particulier d’une certaine gameuse… Tu me suis ? Je ne suis pas censé te mettre dans la confidence mais il m’a rappelé hier soir pour me dire qu’il restait un jour de plus à Providence et devine pourquoi ? Heu ! je devrais sans doute dire pour qui ? Il sera là pendant le tournoi de Starcraft…C’est le grand amour, vous deux !


 - Arrête… Ton Franck, ça craint un max… Si j’avais une jumelle cool, je lui dirais peut-être de se le taper. Ça lui apprendrait au passage à faire la différence entre une meuf swagg et une hardcore gameuse… Il se la pète sévère, genre journaleux branché, agitateur de clebs écrasés…


- Ouais… tu fais comme tu veux. Je le connais depuis longtemps et je peux t’assurer que c’est un mec bien. Plutôt un grand timide, derrière une façade de dur à cuire et de Casanova. Ne te fie pas aux apparences…et puis, mine de rien, vous avez des choses en commun…


- Tiens à propos de grand timide… regarde qui voilà…


John et Peter venaient de sortir de la cafétéria. Un truc clochait. Le jeune joueur était plus pale qu’un linceul. Il essaya maladroitement de sourire au reste de l’équipe, mais sa bouche se tordit comme un gars sur le point de vomir. Max se précipita vers lui et le soutint jusqu’au fauteuil le plus proche.


- Tu ne vas pas tomber en syncope, j’espère…


John le rassura et prétexta qu’il avait forcé sur le café au lait. Il transpirait à grosses gouttes et commença à trembler. Gladys s’approcha de lui pour l’interroger du regard. Il détourna la tête, le corps secoué de longs frissons.


La patience n’était pas le point fort du sponsor. L’ambiance devenait électrique. Larry jeta un coup d’œil à sa montre. Huit heures quinze et toujours pas de Gary. Il l’appela sur son portable et tomba sur sa messagerie. Le meilleur moyen de se faire disqualifier était de se pointer en retard auprès des organisateurs du tournoi. Il ordonna à Max de monter frapper à la porte de Gary et de le ramener manu militari. Les joueurs d’Intel avaient déjà quitté l’hôtel quand le coach revint, la mine défaite.


- J’ai frappé à m’en briser le poignet mais il ne répond pas. Il faut demander à la réception un pass. Gary est peut-être malade…


Larry piqua une colère noire. Il jeta son attaché case sur la table qui heurta de plein fouet un vase de cristal, l’envoyant, lui et son contenu, se répandre en grand fracas sur le sol puis il fonça tel un bulldozer exterminateur vers la réception. Deux minutes plus tard, escorté d’un bagagiste muni d’un pass, il s’engouffra dans l’ascenseur. Arrivés au neuvième étage, ils se précipitèrent vers la chambre de Gary. Lorsqu’ils ouvrirent la porte, c’est une pièce vide au lit non défait qui les accueillit. Aucune trace du joueur. Armoire vide, salle de bain nickel. Le « Scolopendre » avait bel et bien disparu. 

 

 

à suivre…

 

 

 


 


 

©Alaligne, tous droits réservés


Partager cet article

Repost 0

commentaires

voyance gratuitement 22/11/2013 17:13

bonjour je trouve votre site très bien je me suis souvent demander pourquoi je n'en ferai pas un comment vous avez fait c une personne qui vous la fait car il est vraiment génial encore bravo