Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ecritures à la loupe
  • Ecritures à la loupe
  • : Présenter des écritures manuscrites d'écrivains célèbres avec une étude graphologique, des comptines pour enfants, l'un de mes romans et beaucoup de mes coups de coeur, voilà l'objectif de ce blog. J'espère que vous vous y sentirez également chez vous...
  • Contact

Mes romans

histoire

  couv-pour-OB.jpg




9 février 2012 4 09 /02 /février /2012 14:16

 

 

L’atrabilaire


Smoking-Gun.jpg


-  …un morphème sera donc, en première approximation, dans l'analyse d'un mot, le plus petit segment porteur d'une partie du sens du mot entier. Soit le mot contre-exemple ; il est clair que ce mot est formé du mot exemple, pris avec le sens qu'il a habituellement, et de l'élément contre, ici préfixé, et indiquant que l'on parle, non d'un exemple ordinaire, mais d'un "Exemple qui illustre le contraire de ce qu'on veut démontrer", selon la définition du Petit Robert. Remarquons que dans la définition donnée par ce dictionnaire, le mot exemple est utilisé, et que l'élément contre apparait dans le mot contraire, également contenu dans la définition. On peut voir confirmée par là l'intuition qui nous dit que le sens de contre-exemple est en quelque sorte une combinaison du sens de contre et de celui d'exemple. Notez bien : une combinaison, et non la somme ! On verra que la distinction est importante… Prenons maintenant le mot télépathie, ou pour ramener parmi nous « Mademoiselle Fashion Victim » qui se refait une beauté au fond de l’amphithéâtre, le verbe s’ébanoyer ou s’esbanoyer qui, comme chacun sait, signifie, selon le traité de philologie de François Noël de 1831… Allons Mademoiselle, auriez-vous l’amabilité de compléter ma phrase de votre douce voix cristalline. Pouvez-vous, ma petite caille, margotter une réponse à vos… condisciples… ?


Ce fut le bi-morphème de trop. Des rires nerveux s’élevèrent des travées alors que les têtes disparaissaient derrière les manuels. Un regard froid balaya la bleusaille. Pourtant, de loin, il n’en imposait guère : un freluquet au crane dégarni, les épaules en dedans. De près, c’était toute autre chose. L’éclat tyrannique des pupilles vous transperçait et vous envoyait illico ad patres.


- Je disais donc, avant que l’ichor qui coule dans mes veines ne se mette à bouillir et, s’échappant en flots impétueux de mes artères, ne transforme en serpillère sanglante le torchon de paléographie que vous avez eu la délicate attention de me rendre la semaine dernière… que signifie s’ébanoyer, chère Mademoiselle ? Répondez et vous ferez le bonheur de vos co-région-aires qui mouillent de trouille leurs slips à braguette sur nos augustes bans de chêne. À moins, bien entendu, que vous ne préfériez nous faire un exposé sur le tabellionage de la France médiévale à nos jours ? Cela vous siérait-il ? Je suis prêt à accéder à tous vos desideratas mon petit cochonnet de boulingrin… vous commencez à me connaître…


Qu’elle l’ait su ou non, elle n’allait pas lui faire le plaisir ne serait-ce que de soupirer. Ni plaisanterie, ni sarcasmes, ni larmes. Juste l’expression d’une rage muette.


- Bon, les enfants, je perds patience. Note unique de 7 pour l’ensemble de vos devoirs, cadeau bienveillant pour souligner votre nullité. Tout le monde s’en fout des notes de toute manière. Attendez d’avoir mon âge et vous comprendrez que cela ne sert à rien. La semaine prochaine on abordera les Mémoires d’Histoire ancienne et de philologie d’Egger.  La documentation se trouve toujours dans la pièce que l’on nomme Bibliothèque, juste à droite de la machine à café. « Fashion Victim » passera dans mon bureau récupérer son torchon puant et j’attends d’elle qu’elle le fasse en toute sérénité. Je ne suis pas un ogre, que diable !


Elle sortit le petit calibre de son sac, se leva lentement et prit le temps de soigneusement viser. Elle appuya sur la détente. La détonation retentit et se propagea par ricochet dans tout l’amphithéâtre. Satisfaite,  elle rangea le Beretta d’alarme, puis, armée d’un tube de rouge à lèvres, se dirigea vers l’estrade où son tortionnaire, livide, lui céda la place. D’un geste sûr de calligraphe, elle inscrivit en lettres rouges et grasses au tableau noir :


 « Se divertir, gros con ! ».

 

 


 

 

 


 

©Alaligne

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

voyance par mail 27/05/2016 11:35

Tout ceci est bien vrai, super article!