Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ecritures à la loupe
  • Ecritures à la loupe
  • : Présenter des écritures manuscrites d'écrivains célèbres avec une étude graphologique, des comptines pour enfants, l'un de mes romans et beaucoup de mes coups de coeur, voilà l'objectif de ce blog. J'espère que vous vous y sentirez également chez vous...
  • Contact

Mes romans

histoire

  couv-pour-OB.jpg




10 septembre 2010 5 10 /09 /septembre /2010 11:03

 

Jean_Richepin.jpg

 

 

Jean Richepin (1849-1926)

 

 

Jean Richepin est né en Algérie le 4 février 1849 à Médéa. Fils d'un médecin militaire, petit-fils de paysans, il fit de brillantes études au Lycée Napoléon, au lycée de Douai et au Lycée Charlemagne, puis entra à l'Ecole normale supérieure qu'il quitta avec le grade de Licencié es lettres en 1870.  1870, année charnière dans sa vie, puisqu'il s'engagea cette année-là dans un corps de francs-tireurs qui suivit les mouvements de l'armée de Bourbaki pendant la guerre franco-allemande. De 1871 à 1875, il mena une vie de bourlingueur, gagnant sa vie comme professeur "libre", matelot, portefaix et débardeur à Naples ainsi qu'à Bordeaux. Après avoir écrit, en 1871, dans La Vérité et le Corsaire, il débuta en 1873 au théâtre de la Tour-d'Auvergne une carrière à la fois d'acteur et d'auteur dramatique, avec l'Etoile, pièce écrite en collaboration avec André Gill.

 

Il s'est rendu célèbre dans les cénacles du quartier latin par une passion effrénée d'indépendance, par des théories sociales affirmées, par des excentricités et par l'effervescence d'un "sang touranien" qui disait-il, circulait dans ses veines, par sa vigueur mais aussi par son habileté dans de nombreux sports et par sa beauté virile. Il y noue des relations amicales avec Léon Bloy,  l'humoriste Sapek, le poète Maurice Rollinat, le romancier Paul Bourget et surtout le poète et caricaturiste Raoul Ponchon, rencontré dans les salons de la maîtresse de Charles Cros, Nina de Viallard, et qui deviendra son ami inséparable.

 

En 1876, il conquit un large public avec sa Chanson des Gueux et se fit par la même occasion de redoutables ennemis. En 1876, suite à la dénonciation du Charivari, le poème fut saisi et Richepin condamné à un mois de prison qu'il dut purger à Sainte Pélagie et 500 francs d'amende pour outrage à la morale publique et aux bonnes moeurs. Le résultat de cette condamnation, on l'imagine sans peine étant donné son caractère, fut qu'il s'attacha plus que jamais à "démolir les préjugés" et à défendre la cause des humbles et des opprimés.

 

Non content de collaborer à des journaux littéraires comme "L'Illustration"  en tant que chroniqueur, où il dénonca les horreurs de la guerre 1914-1918  soutenu par son ami Paul Verlaine qui lui dédia "Dédicaces" et au Gil Blas, il écrivit des études de moeurs, des romans, des poèmes et des drames, des contes fantastiques comme "Cauchemars" (1892) ou "Le coin des fous"( 1921) .

 

Dans ses romans, il recherchait l'étude des "sensations curieuses et des anormalités psychologiques" selon les expressions de l'époque. Citons Les Morts bizarres (1876), Madame André (1878), La Glu (1881), Miarka la fille à l´ourse (1883) ou encore Les Braves Gens (1886).

 

Voyageur infatigable pour l'époque il parcourut  l'Angleterre, l'Italie, la belgique, la Hollande, le Danemark, la Suède, l'Allemagne, la Suisse, l'Espagne, l'Algérie et le Maroc, où il vécut quinze jours sous la tente, dans l'intérieur du pays.

 

Ce révolté et cette "grande gueule" fut élu à l'Académie française le 5 mars 1908.

 

Jean Richepin est mort à Paris le 12 décembre 1926 et a été enterré à Pléneuf-Val-André dans les Côtes d'armor où il venait régulièrement passer la saison d´été dans sa maison La Carrière en compagnie de son ami Raoul Ponchon.


 

tombeau richepin

 

 

Voici l'une de ses "poésie-chanson" tirée du recueil La Bombarde:


Trois petits oiseaux dans les blés


 

Au matin se sont rassemblés

Trois petits oiseaux dans les blés.


Ils avaient tant à se dire

Qu'ils parlaient tous à la fois,

Et chacun forcait sa voix.

Ca faisait un tire lire,

Tire lire la ou la.
Un vieux pommier planté là

A trouvé si gai cela

Qu'il s'en est tordu de rire.


A midi se sont régalés

Trois petits oiseaux dans les blés.


Tout en chantant dans les branches

  Leur joyeux turlututu,

Ils mangeaient mangeras-tu

Et lâchaient des avalanches

De caca cataractant.

Ils en faisaient tant et tant

Que l'arbre tout éclatant

Etait plein d'étoiles blanches,

 

A la nuit s'en sont allés

Trois petits oiseaux dans les blés

 

Chacun rond comme une caille,

Ils zigzaguaient, titubant,

voletant, roulant, tombant;

Ils avaient tant fait ripaille

Que leurs ventres trop gavés

Leur sembaient de lourds pavés;

Si bien qu'on les a trouvés

Ce matin morts sur la paille.

 

Un seul trou les a rassemblés,

Trois petits oiseaux dans les blés.

 

 

 

 

 

Et je ne résiste pas au plaisir de vous montrer son écriture et ce texte particulièrement bien "envoyé":


 

écriture Richepin

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

angors 13/11/2010 17:24



Bonsoir !


Je crois que tu devrais aller faire un tour du côté du blog hanternoz : Je suis certaine que tu te régalerais!!!


Amitié,


Angor.



dominique boudou 31/10/2010 19:58



J'ai toujours aimé ce poème comique au début et tragique à la fin. Merci pour votre réponse à propos des stats.



Alaligne 01/11/2010 11:15



Bonjour Dominique... Richepin et tant d'autres parfaitement (ou presque) oubliés... Je tente de leur redonner de quoi se faire entendre... Pour les stats,
je n'attends pas de miracle du côté du staff... ce genre de demandes ne doit certainement pas être dans leurs priorités ;)... mais je soutiens totalement votre proposition.


Bonne journée



Alexandre A 19/10/2010 22:36



Un poête qui gagnerait à être plus connu. Merci pour ce poème et cette biographie.



delphine alpin-ricaud 26/09/2010 10:34



Bonjour ma Cathy! Je ne le connaissais pas...Ton article m'a fait penser à ces poètes et écrivains qui ont sombré dans l'oubli malgré leur talent, c'est dommage...Bisous!



Alaligne 30/09/2010 16:42



Il y en a plein Delphine et je tente d'en remonter un de temps en temps à la surface de notre mémoire... Tout plein de bisous pour toi itou... ;)



Farfadet 86 / Patrice Lucquiaud 22/09/2010 00:36



Un chansonnier expressionniste ce Jean Richepin qui lui,  ne mangeait pas le pain des pauvres .


Contemporain de l'impressionniste  Claude Monet mort la même année , en 1926 ...


Ce qu'ils ont en commun  : chacun d'eux savait faire vibrer ses "lumières"


Ce 19ième siècle , un formidable creuset d'artistes


Merci pour ces "3 petits oiseaux dans les blés"...


drôlerie d'un drame pour sourire à travers ses larmes ... un florilège de la "Bombarde" en épis centre ...


Merci Catherine


 


 



Alaligne 22/09/2010 12:12



de rien Patrice...


C'est fou comme le XIXème siècle regorge de poètes. Je crois que c'est le siècle où l'on a publié le plus de poèmes. Si je voulais et si j'en avais le
temps, je pourrais créer un article de ce genre tous les jours et ce pendant longtemps.


T'embrasse l'ami



Michka 11/09/2010 16:21



bon weekend ma Katy


bisous



jean-guy BARKAN 21/10/2016 18:57

bjr
aux amateurs de poemes de jeanRICHEPIN
j'ai enregistré une album de 15 des plus beaux textes de "la chanson des gueux" album cdsite disponible sur amazone- sous la direction musicale, les arrangements de jean-claude DEQUEANT ( arrangeur de entre autres : RENAUD - SOUCHON - SIMON - M.FARMER -M.CORRINGE .gDREUX .etc
egalement une mise en images pour FR3 (52 mn ) visible sur youtube oû vous trouverez des extraits de mon album ;

Alaligne 11/09/2010 16:56



Bon Week end à toi aussi Mimichka... pleinde bisous ensoleillés...