Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ecritures à la loupe
  • Ecritures à la loupe
  • : Présenter des écritures manuscrites d'écrivains célèbres avec une étude graphologique, des comptines pour enfants, l'un de mes romans et beaucoup de mes coups de coeur, voilà l'objectif de ce blog. J'espère que vous vous y sentirez également chez vous...
  • Contact

Mes romans

histoire

  couv-pour-OB.jpg




1 janvier 2011 6 01 /01 /janvier /2011 12:17

II

 

 

 

Autant dire qu’il l’avait bien cherché. Lorsque l’on est choisi dès sa prime enfance pour devenir l’étalon reproducteur d’une basse-cour, il vaut mieux mettre du cœur à l’ouvrage et se livrer aux débordements sexuels que l’on attend de vous : forniquer de l’aube au coucher du soleil, sans jamais rechigner à la tâche. Mais voilà, ce coq là ne l’entendait pas de cette ouïe. Une seule poule bénéficiait de ses faveurs, et il n’affichait que dédain pour le restant de la volaille. Cela avait eu pour conséquences fâcheuses de hâter la mort de la poule élue, définitivement épuisée par les débordements de son amoureux emplumé et de ruiner l’espoir du père Baillou de devenir le premier producteur de poules noires du Berry. Un comportement  aussi sélectif, chez un animal réputé pour avoir autant de jugement dans ses attirances sexuelles qu’un jeune bonobo en quête de paix sociale, avait semé le doute dans l’esprit du paysan. Bien plus que le manque à gagner d’un élevage qui tardait à prendre de l’ampleur, c’est la certitude de ne pas avoir introduit un coq, mais un follet dans la basse-cour, qui l’avait décidé, ce fameux soir de novembre, à sortir son grand couteau.

 

Les follets sont connus pour prendre souvent l’apparence d’un coq à la crête rouge écarlate et, comme la plupart des farfadets et des trolls, de ne pouvoir prononcer trois fois de suite le même mot. Or celui-ci ne savait enchaîner de suite que deux cocoricos. Le père Baillou, ne pouvait donc que se rendre à l’évidence et en sacrifiant la bête, il ne songeait qu’à la prospérité de sa ferme, à l’épanouissement de ses gallinacés et à son propre repos. À son repos tout autant qu’à sa gourmandise, car sa femme ne l’avait point gâté d’un jau au sang depuis belle lurette ; le coq serait donc coupé en morceaux, puis flambé, son sang mis à cuire à feu doux avec de la crème épaisse, un jaune d’œuf et mélangé au foie pilé, de manière à en faire une sauce tout aussi onctueuse que goûteuse. Un pâté de pommes de terre, rehaussé de pointes d’ail et de tranches de lard, transformerait bientôt le plat de base en un repas de fête. Il y a des coqs qui se feraient eunuques pour finir ainsi.

 

Le décollement de la tête se fit d’un seul geste, comme certains savent sabrer une bouteille de champagne au nouvel an. Belzébuth, c’était le nom du coq, funeste présage, n’eut guère le temps de regretter sa courte vie sur terre. Il battit des ailes, sans grande conviction, avant de rendre l’âme.


Le père Baillou préleva dans la bassine sacrificielle quelques gouttes de sang d’un rouge aussi étincelant que celui de jeunes branches d’aulnes fraîchement coupées. Il les dispersa dans l’enclos en marmonnant quelques vieilles formules destinées à écarter le diable de ses précieuses poulettes et referma doucement la porte du poulailler, le cœur en paix, avec le sentiment d’avoir accompli de la bonne et belle besogne.

 

Pourtant, sans le savoir - l’eut-il su qu’il serait allé aussitôt à confesse – ces quelques gouttes de sang étaient assurément d’origine démoniaque et c’est à ce moment précis que les choses commencèrent à prendre un cours bizarre et que la magie se mit en branle.

 

Alors que la pleine lune se jouait de l’obscurité en baignant le bourg d’une lumière froide et aveuglante, tandis que peu à peu les lourds volets de bois se refermaient sur l’intimité de villageois pressés de se lover sous des draps bassinés, un léger murmure envahit les ruelles, glissa sur les pavés luisants, serpenta le long des murs, escalada la façade d’une demeure médiévale. Il fut rejoint dans sa course vagabonde par d’autres voix aux tonalités différentes, tant et si bien, qu’engrossé de tous ces sons, il enfla jusqu’à devenir un brouhaha infernal. Une odeur âcre de fumée se glissa dans les anfractuosités des pierres, s’insinua dans les interstices des tuiles et la nappe grise volatile s'étendit et forma un coussin douillet sur les toits de la ville où les voix vinrent enfin se rassembler.

 

Nul humain ne se rendit compte du phénomène, tout le monde devait dormir à cette heure, sauf mon ami cantonnier qui revenait de son pénible travail, l’échine courbée, la besace vide, éreinté et fourbu. Que le bougre se soit arrêté peu de temps auparavant en remontant la côte au petit bar « Aux Demoiselles », ne peut expliquer qu’il ait eu en arpentant les rues de la cité, des hallucinations. Je le crois sur parole et s’il avait l’habitude sur le chemin du retour, de s’accouder au comptoir et d’y savourer une ou parfois deux fillettes de vin gris, je l’ai vu tenir droit sur ses jambes et garder toute sa tête après l’absorption de quantités d’alcool beaucoup plus importantes. Ivre, il ne l’était pas. Enfin, pas totalement… Sans doute aurait-il dû se méfier de l’enseigne de l’estaminet, car chacun sait dans le Berry que « les Demoiselles » ont plus d’un tour dans leur sac, mais chacun sait également qu'elles restent inoffensives, à condition de ne pas les provoquer. Qu'avait-il donc fait ou dit  pour mériter l'un de leurs sortilèges? Je ne le saurai jamais, il est resté muet sur le sujet. Pourtant ce qu’il allait voir et entendre en cette nuit de pleine lune, ainsi que les semaines qui suivirent, resterait gravé dans sa mémoire jusqu’à son trépas. C’est donc à peu près sain de corps et d’esprit, juste un peu coloré par le rosé de la piquette, qu’il fut le témoin involontaire de ce qui suit…

 

à suivre...

 

 


 

 

©Alaligne

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

voyance gratuitement par mail 28/02/2017 17:24

Je découvre ton blog et je suis très intéressée par toutes ces ressources.

Farfadet 86 09/04/2011 00:17



Quelle idée , ce coq, n'accorder ses faveurs qu'à une seule poulette !...


Un vrai crête un(e) aurait-il besoin d'une séance d'ergot-thérapie ... ce pauvre diable , c'est le mot je crois, n'a pas eu le temps d'en bénéficier  A n'avoir qu'un coup, il en perdit
le cou ...


Voire où ça va nous mener cette affaire ...


Rendez-vous au 3ième volet de ce récit...


 Qu'entonniez vous un chant nouveau , le faudra bien, des matines, car Jau lui, a eu l'coup de faux !...


Bises des Farfadets qui ne diront pas trois fois le mot



Alaligne 10/04/2011 19:18



Haaa... mon Patrice, je vais finir par faire un recueil de tes commentaires. C'est toujours un moment délicieux!


Grosses bises à toi et à Annie!



Antoni 05/01/2011 12:24



Meilleurs voeux Alaligne. En espérant que tu puisses multiplier les publications.


Cela devrait faire partie de mon objectif de fin d'année voire printemps 2012.


Bonne journée.



delphine alpin-ricaud 02/01/2011 11:56



Bon, pour "ce qui suit" va falloir attendre! ben j'attendrais alors......


Bises Cathy!!!!!!



catherine 01/01/2011 13:54



voilà j'y suis et ton récit me ramène mon tonton garde-champêtre qui zigouillait avec un grand détachement, qui m'étonne encore si longtemps après, ses poules qui étaient si bonnes, bon sang les
fameuses poules au pot de mon tonton Fernand... mais je m'égare... et si je te disais que je suis déjà accrochée à tes mots ?