Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Ecritures à la loupe
  • : Présenter des écritures manuscrites d'écrivains célèbres avec une étude graphologique, des comptines pour enfants, l'un de mes romans et beaucoup de mes coups de coeur, voilà l'objectif de ce blog. J'espère que vous vous y sentirez également chez vous...
  • Contact

Mes romans

histoire

  couv-pour-OB.jpg




27 novembre 2006 1 27 /11 /novembre /2006 23:00


L'idée de faire un article complémentaire sur TOLKIEN entre Baggins et Alaligne est le résultat d'une complicité de mes premiers pas sur OB, puisqu'il fut le premier à venir me rendre visite et que depuis il n'a cessé de le faire avec une gentillesse et une fidélité qui m'honorent.


Donc nous mettons en ligne simultanément (s'il est prêt??? :)))):

Baggins, une biographie de Tolkien, à laquelle vous pouvez accéder ici 

Alaligne, une petite étude graphologique de la signature de cet écrivain hors normes.

N'ayant pas eu la possibilité de me procurer des originaux et des exemplaires de son écriture, il s'agit plus de réflexions sur son graphisme que d'une étude à part entière, réalisée dans les règles de l'art.




Image Hosted by ImageShack.us


 

Signatures de TOLKIEN:


Image Hosted by ImageShack.us





Image Hosted by ImageShack.us


    


Né sous le règne de la Reine Victoria, écolier apprenant à écrire sous celui d'Edouard VII de Saxe-Cobourg-Gotha, la première question à se poser est celle du modèle d'écriture que le jeune John Ronald Reul Tolkien apprit à l'école en Angleterre. Problème complexe car l'Anglaise pouvait s'accompagner de deux modèles calligraphiques aujourd'hui encore en vogue lors de la rédaction de certains faire-part ou diplômes qui sont : La Chancery Cursive et le Formal Italic  eux-mêmes très influencés par la Gothic Cursive.

 

Si la seconde Signature de Tolkien présente des traces de la Chancery Cursive, elle s'en éloigne également par la souplesse des formes, la personnalisation du tracé, la simplification de certaines lettres.

Il s'agit donc d'une écriture à mi-chemin entre l'Anglaise cursive et la calligraphie, typeChancery.

Il en résulte un graphisme dans le premier cas aérien, élégant, très sensible, au geste ample mettant en évidence les capacités imaginatives et créatives, souligné d'un paraphe en courbes laissant présager chez le scripteur une capacité à se hisser au-delà du commun des mortels, une signature de "Gentleman", assumant une spécificité, un rôle, voire une aura avec spontanéité et naturel. Une signature en somme très "Elfique".

Dans le second cas, le trait large et différencié sans doute réalisé avec une plume ou un stylo permettant le tracé de pleins et de déliés paraît plus officielle et moins dégagée des convenances. La pâte de l'encre, se fait la "patte" de l'écrivain, conscient de son statut, de son influence et de ses connaissances. Elle renoue avec une spécificité anglaise très monarchique. L'aisance cède le pas au goût des racines, des origines, de la mère patrie et de la culture anglo-saxone.

Il y a une question qui reste pour moi sans réponse. Ayant confronté plusieurs exemplaires des signatures de Tolkien, j'ai remarqué que certaines d'entre elles sont soulignées de trois points, d'autres non. Comme on le sait, les trois points se retrouvent symboliquement dans nombre de signatures maçonniques, mais généralement tracés en forme de triangle.

Rien ne me permet donc d'attribuer à JRR TOLKIEN une quelconque appartenance à une loge. Il se peut que ces points soient là pour séparer les initiales du prénom, mais alors, pourquoi sous la ligne? 

Il est donc savoureux de constater que l'auteur d'une oeuvre essentiellement initiatique aura eu parfois la coquetterie dans sa signature d'y ajouter trois petits points...

Au final, je souhaitais également vous montrer que l'oeuvre de Tolkien a inspiré des artistes calligraphes en reproduisant ici deux illustrations parmi de nombreuses à découvrir sur le site: www.jrrvf.com


 

 

 "Ainulindale" Illustration (extrait) de Cedric Focken



Image Hosted by ImageShack.us



Illustration (extrait)  d'Elisabeth PETIT

 


Image Hosted by ImageShack.us




Partager cet article
Repost0

commentaires

T


Deux éléments :


écriture esthétique, arrondis, et enjolivures douces. Poésie et esthétisme.


Mais aussi pour les trois points : angoisses personnelles. Peut-être une enfance difficile par une solitude qui a contraint l'écrivain à se réfugier dans un imaginaire peuplé de toutes
sortes de personnages.


Si toutes les personnes qui ajoutaient des points à leur signatures appartenaient à une obédiance, cela ferait du monde. L'explication est plus terre à terre.



Répondre
B
Je relaisse ma griffe sur cet article que j'ai beaucoup apprécié ...Bisous Cath ...
Répondre
A
Passionnant ton article sur Tolkien ...
Répondre
K
La signature de Tolkien est vraiment intéressante... Lorsque j'écris à la main, j'aime que mes lettres soient jolies (à mon gout). C'est ainsi que chaqu'une de mes lettres a été soigneusement étudiée une par une, au fil des ans. Je n'ai pas encore maitrisé le B, entre autres mais je me laisse du temps... Si seulement j'avais une aussi jolie écriture que lui... J'ai aussi essayé la calligraphie mais je ne suis pas très douée...
Répondre
B
Passionnant ton article Catherine  ,  Merci .
Répondre
M
Toujours passionnants tes articles , Catherine .
Celui-ci est particulièrement réussi .
Répondre
K
Brave Rohirim
Répondre
A
Big Righter
K
Babouin Rêveur ?
Répondre
K
moi ? j'aurai boosté ton Broll-Rolls ? étonnant !
Répondre
A
bonjour alaligne merci d'etre passée sur mon blog tu y seras toujours  la bienvenue, d'ici quelque temps j'y mettrai des article sur la langue que j'ai inventé: l'ADRYLONIEN ^^
biz
Répondre
A
J'irai découvrir ce nouveau langage avec beaucoup d'intérêt... bizzzzzzzz