Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ecritures à la loupe
  • Ecritures à la loupe
  • : Présenter des écritures manuscrites d'écrivains célèbres avec une étude graphologique, des comptines pour enfants, l'un de mes romans et beaucoup de mes coups de coeur, voilà l'objectif de ce blog. J'espère que vous vous y sentirez également chez vous...
  • Contact

Mes romans

histoire

  couv-pour-OB.jpg




20 mai 2009 3 20 /05 /mai /2009 09:29
Le philosophe Alain... toujours d'actualité...



Dans la grande prairie


5 juin 1909


 

 

 





Platon a des contes de nourrice, qui ressemblent, en somme, à tous les contes de nourrice, mais qui, par certains petits mots jetés comme en passant, retentissent au fond de nous-mêmes, et éclairent subitement des recoins mal connus. Tel est ce récit d'un certain Er, qui avait été pris pour mort après une bataille, puis revint des Enfers une fois que l'erreur fut reconnue, et raconta ce qu'il avait vu là-bas.


Voici quelle était l'épreuve la plus redoutable. Les âmes, ou ombres, ou comme on voudra, sont conduites dans une grande prairie, et on leur jette devant elles des sacs où sont des destinées à choisir. Ces âmes ont encore le souvenir de leur vie passée ; elles choisissent d'après leurs désirs et leurs regrets. Ceux qui ont désiré l'argent plus que toute chose choisissent une destinée remplie d'argent. Ceux qui en ont eu beaucoup en cherchent davan­tage encore. Les voluptueux cherchent des sacs pleins de plaisirs ; les ambitieux cherchent une destinée de roi. Pour finir, chacun trouve ce qu'il lui faut, et ils s'en vont, avec leur nouveau destin sur l'épaule, boire l'eau du fleuve Léthé, ce qui veut dire le fleuve Oubli, et partent de nouveau pour la terre des hommes, afin de vivre selon leur choix.


Voilà une singulière épreuve et une étrange punition, qui est pourtant plus redoutable qu'elle n'en a l'air. Car il se trouve peu d'hommes qui réfléchissent sur les véritables causes du bonheur et du malheur. Ceux-là remontent jusqu'à la source, c'est-à-dire jusqu'aux désirs tyranniques qui mettent la raison en échec. Ceux-là se défient des richesses, parce qu'elles rendent sensible aux flatteries et sourd aux malheureux ; ils se défient de la puissance, parce qu'elle rend injustes, plus ou moins, tous ceux qui en ont ; ils se défient des plaisirs, parce qu'ils obscurcissent et éteignent enfin la lumière de l'intelligence. Ces sages-là vont donc retourner prudemment plus d'un sac de belle apparence, toujours soucieux de ne point perdre leur équilibre et de ne point risquer, dans une brillante destinée, le peu de sens droit qu'ils ont conquis et conservé avec tant de peine. Ceux-là emporteront sur leur dos quelque destinée obscure dont personne ne voudrait.


Mais les autres, qui ont galopé toute leur vie après leur désir, se régalant de ce qui leur semblait bon, sans regarder plus loin que l'écuelle, ceux-là que voulez-vous qu'ils choisissent, sinon encore plus d'aveuglement, encore plus d'ignorance, encore plus de mensonge et d'injustice?  Et ainsi ils se punissent eux-mêmes, plus durement qu'aucun juge ne les punirait. Ce millionnaire est maintenant dans la grande prairie, peut-être. Et que va-t-il choisir?  Mais laissons les métaphores ; Platon est toujours bien plus près de nous que nous ne croyons. Je n'ai aucune expérience d'une vie nouvelle qui suivrait la mort ; c'est donc trop peu de dire que je n'y crois pas ; je n'en puis rien penser du tout. Je dirais plutôt que la vie future, où nous sommes punis selon notre propre choix, et même selon notre propre loi, c'est cet avenir même où nous glissons sans arrêt, et où chacun développe le paquet qu'il a choisi. Et il est très vrai aussi qu'au fleuve Oubli nous ne cessons de boire, accusant les dieux et le destin. Celui qui a choisi ambition n'a pas cru choisir basse flatterie, envie, injustice; mais c'était dans le paquet.




5 juin 1909


Pour en savoir plus sur Alain : ICI



 

 

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

telephone gay 02/08/2016 15:05

Grâce à votre site je viens d’appendre plusieurs choses. Continuez !

cyril 19/06/2009 20:41

Le renoncement me rappelle la philosophie boudhiste, et l'un des préceptes fondamentaux de Boudha. Le désir entraînant la souffrance dans la mesure où le désir doit se surrévaluer en permanence et au fur et à mesure. En somme on veut toujours plus, et nous ne sommes jamais satisfaits, courant derrière un bonheur illusoire en s'accrochant à des illusions trompeuses. Le bonheur consisterait justement dans le fait de se satisfaire de ce que l'on a. Et d'être tout simplement, comme le soulignait Koulou, dans son commentaire. Etre au monde, sans vouloir posséder coute que coute telle ou telle chose, pouvoir, richesse, gloire, puisance. Le lacher prise?

jeanlehmans 24/05/2009 12:39

Alain, trés interressant mais depuis Platon les bases n'ont pas changées !C'est le serpent qui se mord la queue !!!bises jan

delphine+alpin+ricaud 22/05/2009 14:35

oh mdr sorry! Quelle honte! pourquoi j'ai pensé à Malraux? Alain est très bien! hahahha

Loic 22/05/2009 10:32

Bien sûr. Une grande partie du bonheur est dans l'acceptation de ce que l'on est. Accepter, se connaître pour se reconnaître et cultiver ses trésors, les iens, ceux qu'ils faut chercher en soi... Et tout le monde en a un, au moins !Le bonheur de la bonne heure... Amitiés. Loic

Alaligne 22/05/2009 14:23



Bien sûr Loic, mais tellement bon à relire sous la plume légère d'Alain... Amitiés



delphine+alpin+ricaud 21/05/2009 22:27

La caverne de Platon, toujours et encore. Nous y sommes sans cesse en plein dedans!Très bon texte de Malraux. Merci Cathy!

Alaligne 22/05/2009 14:21



Arf... Delphine, c'est un texte d'Alain pas de Malraux. Et oui, Platon, à lire et à relire, toujours du neuf à trouver dans sa caverne ;)... Bisous ma
belle



louly+cot+cot+cot+!!!! 21/05/2009 19:36

bisous ! viens me faire une petite visite !!!!

Alaligne 22/05/2009 14:23



c'est fait... ;)



gari 21/05/2009 13:48

vais lire ca ce soir , là  faut que je bosse , le 1er paragraphe est allèchant ;)

Alaligne 22/05/2009 14:24



l'article ne risque pas de s'envoler... hors pb OB... donc c'est quand tu pourras...



Farfadet+86 21/05/2009 11:07

Bon me revoilà ... je voulais vérifier que le commentaire  précédent apparaisse bien ...Oui… entre choisir ou subir son destin ...- Idéaliser et surmonter ou éviter les d'obstacle pour n'être qu'un vainqueur éphémère- Réaliser, risquer et peut-être échouer pouvant devenir le « joueur » partenaire des jours amers ...   La vie est faite pour progresser, ceci, parce que le monde n'est qu'un monde d'évolution… nous devons alors subir cette loi implacable et pour cela prendre à contrepied ce que notre parcours existentiel nous présente comme obstacles ...On peut passer à côté et stagner …On peut aussi s'y confronter et grandir ...je ne suis pas certain que tout s'oubli des efforts faits  pas plus que ce qui a été raté ... Ce n'est pas du fatalisme  mais une rencontre avec l’autre « réalité »  qui, elle, émane du « monde des intentions » … Rien ne se perd, rien ne se crée ... Tout se transforme ...Avec les bises des Farfadet

Alaligne 21/05/2009 12:20



Ce n'est pas tout à fait le propos d'Alain dans ces lignes... Il insiste sur la possibilité du choix et cela se retrouve dans tout son livre. Cela ne met
pas en cause ta réflexion sur le sujet mais je pense qu'il s'agit d'un autre débat. Il propose dans un raccouci saisissant de bien peser nos choix de vie et d'en évaluer les conséquences. Le
"bonheur" étant également le fruit de renoncements dûment pesés et acceptés... une forme de sagesse...
Gros bisous Patrice



Farfadet+86 21/05/2009 10:46

Qu'est-ce que c'est que ce délire ... mon commentaire n'est pas affiché , sinon la trace de mon passage ... Rhoooo !... Grrrrr !...  Alors qu'avais-je  exprimé ... je ne me souviens déjà plus ... J'écris tellement de truc que je perd le fil de mes idées... Ah la vieillerie !... Suffit pas de voir clair mais de penser juste aussi ...Bon concentrons nous :

Alaligne 21/05/2009 12:12



les miracles d'OB... un jour d'ascension... mdr