Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ecritures à la loupe
  • Ecritures à la loupe
  • : Présenter des écritures manuscrites d'écrivains célèbres avec une étude graphologique, des comptines pour enfants, l'un de mes romans et beaucoup de mes coups de coeur, voilà l'objectif de ce blog. J'espère que vous vous y sentirez également chez vous...
  • Contact

Mes romans

histoire

  couv-pour-OB.jpg




22 juin 2008 7 22 /06 /juin /2008 10:59



Moteur!... Action!


Image Hosted by ImageShack.us 




Les tribulations d'un tournage à petit budget.

 

Imaginez que votre nièce, unique et préférée, vous appelle pour que vous lui rendiez un petit service : « Tatie, est-ce que toi et tonton vous seriez libres jeudi en huit pour de la figu sur un tournage ? J'ai besoin de figurants et j'ai pensé à vous ... »

Vous compulsez rapidement votre agenda et constatez que votre après-midi est déjà noirci de rendez-vous. « C'est le matin ou l'après-midi, chérie et où ?».

« Le matin, tatie, 8h30, sur Montreuil » Le sourire qui avait fleuri rapidement sur vos lèvres à l'annonce du timing, se voile à la perspective du parcours du combattant motorisé en banlieue parisienneun jour de semaine. Mais, étant donné l'acquiescement bienveillant de l'époux, le ton suppliant de la nièce préférée, sa situation financière et professionnelle précaire, la réponse affirmative fuse de votre bouche avec juste ce qu'il faut d'enthousiasme pour donner le change.

 

Voilà, c'est dit et... c'est là que les choses deviennent plus compliquées !

 

« Tatie, j'aurais besoin aussi de votre voiture » (nous roulons depuis quatorze ans dans un cabriolet qui fleure ses 200 000 bornes mais qui reste présentable)

« Il me faudrait des photos récentes de tonton rapidement pour le producteur et la réalisatrice » (je réalise subitement que les photos récentes de mon cher et tendre, le montrent en maillot de bain avec des palmes d'apnée bleues en guise d'oreilles de lapin... Va falloir que je remonte un peu plus loin dans mes archives photos)

« Tonton a bien un costume clair de demie saison , beige par exemple ? » (Moue dubitative au téléphone... bleu marine peut-être, mais beige ? Et des costards, mon artiste de mari leur préfère depuis des lustres des blousons...)

« Bleu marine, ça irait ? »

« Non, ça passe mal à l'image, gris clair et sans rayures, c'est possible ? » (pas de gris clair...JP, (l'artiste) après vérification n'a qu'un costume récent bleu marine)

« Bon, on trouvera, ne t'inquiète pas, chérie... et moi ? »

« Comme tu veux, tatie, mais des tons un peu éteints » (Ok, va pour les tons éteints... Je sens déjà que je dois passer inaperçue à l'image...)

« Tu sais, tatie, c'est payé ! » (En réalité, je ne m'étais pas même posé la question, mais puisqu'elle semble insister, je demande combien ?)

« 100 euros, la demi-journée » (Qu'est-ce qui me prend de rigoler subitement ? Il y a des tas de gens qui aimeraient gagner 100 euros en quatre heures de boulot... Suis naze...Et pour corser le tout, j'en rajoute et lui demande si la voiture également sera payée ?)

 

Affaire conclue... Le compte à rebours commence...

 

Le jour « j » du tournage est arrivé.

Insupportable sonnerie du réveil-matin à 6h45. Douche, shampoing, brushing avec en toile de fond, les bâillements de mon époux. Il a emprunté une veste à mon frère qui fait deux tailles (en largeur) de plus que lui et un blouson sport beige qu'il aime particulièrement. Plus têtu...

Le café rapidement avalé, nous voilà à bord de la voiture qu'il n'a même pas pris la peine de passer sous les rouleaux et qui arbore de magnifiques traînées de boue sur le flanc droit. La circulation est telle que prévue... figée dans les embouteillages. Un plan Mappy remplace à merveille le GPS que nous n'avons pas. Miracle ! A 8h35 nous trouvons une place de parking à une dizaine de mètres du point de rendez-vous. On repère vite l'équipe qui au fond d'une courette s'agite autour de thermos de café et d'un imbroglio de caméras, appareils de sons, trépieds, rallonges en tous genres. Après avoir signé en double exemplaire les documents blindés en matière de droit à l'image, renonciation à tout droit sur les éventuelles cessions, nous nous acheminons enfin sur le lieu du tournage.

On me demande de garer le cabriolet sur une voie réservée aux vélos, juste à un croisement particulièrement dangereux. (Oui, j'ai oublié de préciser qu'il s'agit d'une vidéo pour la prévention routière). Le producteur (35-40, blouson aviateur et 52 de pointure, croyez-moi, j'ai l'oeil)  me donne un papier à glisser sur le tableau de bord. Il s'agit d'une autorisation signée par la préfecture et  pour m'ôter tout doute dans l'esprit, il me précise, grand seigneur, que si je récolte un PV, la production me remboursera... En réalité ce n'est pas le PV qui m'inquiète, mais bien plutôt, l'endroit où je dois laisser la voiture, car je constate que la rue est étroite, non barrée et que des camionnettes l'empruntent fréquemment. Je commence à craindre un accrochage et reçois les premières insultes des automobilistes qui n'ont pas repéré l'équipe de tournage. Je rabats le rétro droit pour limiter la casse.

 

Enfin, on passe aux choses sérieuses et là, je me permets de vous donner les règles, apprises sur le tas, du parfait figurant :

 

1/ Etre patient et se munir d'une chaise pliante : les plans préparés avec soin par la réalisatrice demandent un (des)  filage préalable. Le temps que l'on règle la caméra, s'inquiète de la luminosité, décide de l'endroit exact du début d'action, de sa fin, que l'on donne les consignes aux assistants munis de gilets réfléchissants pour bloquer la circulation de manière temporaire, vous regrettez d'avoir quitté si tôt votre lit douillet. Une heure et une dizaine de filages plus tard (où la réa tient le rôle principal) on appelle « l'actrice » pour recommencer le tout à zéro. Vous commencez à avoir des fourmis dans les pieds et cherchez compulsivement un endroit où vous asseoir sans ruiner vos vêtements, les deux fauteuils pliants de la production étant déjà occupés.

 

2/ Ne pas rire suite à un incident : Un filage, c'est fait justement pour éviter ce genre de problème. Alors quand l'actrice se tord le pied sur des pavés disjoints et que dans les cinq secondes suivantes, un machiniste, l'appareil réfléchissant la lumière à bout de bras, s'étale de tout son long sur la chaussée en reculant, gardez une attitude digne et compatissante, sous peine de perdre le peu de crédit que votre statut de figurant vous confère.

 

3/ Savoir à qui vous adressez la parole : Un tournage, cela attire des curieux, des amis mais aussi une flopée de personnes dont la tenue vestimentaire peut suggérer qu'elles appartiennent au milieu du cinéma certes...mais pas toujours... Règle N°1 : Sur un tournage à petit budget, on fait bosser la famille et les amis... Donc évitez de porter des jugements de valeur et gardez à l'esprit que la vedette est sans doute ( ?) la petite amie du producteur. Règle N°2 : Repérer autant que faire se peut, la présence du client. En l'occurrence, là, ils étaient venus à trois et une observation attentive des chaussures vous permet de les distinguer des autres « Converse » élimées de l'équipe. Règle N°3 : Dépister celui ou celle qui prend les décisions. Beaucoup moins simple qu'il n'y paraît et que le bon sens suggère. Un bon contact avec le décisionnaire peut avoir des répercutions sur la longueur et la qualité de votre présence à l'image.

 

4/ Ne jamais s'étonner : Quand on interrompt une prise de vue  parce que la caméra vient de rendre l'âme et qu'un assistant enfourche sa moto pour aller en chercher une autre à perpette, garder une mine concentrée et évitez de bailler. Quand on amène un enfant de cinq ans jouer une scène, ne pas lever les yeux au ciel en se demandant qui va craquer le premier de la réalisatrice ou de l'acteur en herbe.

 

5/ Ne pas poser de question idiote : Lorsque le temps est changeant, qu'un soleil de plomb alterne avec des nuages quand on a pris tant de soin à mesurer la lumière et lorsque vous signalez entre deux prises de vue un problème de raccord ( rétro du cabriolet tour à tour relevé et rabattu par mes soins amoureux) évitez de vous mêler de ce qui ne vous regarde pas. On vous répondra qu'étant donné le montage final cela n'aura aucune importance et que l'on n'y verra que du feu.

 

6/ Baisser d'un cran son ego : Lorsque la maquilleuse, promue subitement second rôle, vient vous narguer en insistant sur le faite « qu'elle au moins ne fait pas de la figuration », lui sourire gentiment et réclamer son aide pour éliminer les traces brillantes sur votre front et votre nez. Il vous sera toujours temps de ricaner bêtement en constatant qu'elle apparaît de dos sur la version définitive.

 

7/ Ne pas croire ce que l'on vous a promis et garder son portable à portée de main: En tant que figurant, vous n'avez pas accès au découpage des scènes. Donc, si on vous a promis de tourner en matinée, ne soyez pas étonné vers midi de ne pas avoir encore parcouru une trentaine de fois les vingt mètres d'asphalte que l'on vous a attribués pour votre apparition inoubliable dans le scénario. Il est encore temps de téléphoner aux deux clients que vous deviez rencontrer dans l'après-midi pour les décommander en inventant une excuse. Evitez à ce moment là de raisonner en calculette et de vous appesantir sur le manque à gagner. Vous n'avez qu'une parole pour votre adorable nièce, n'est-ce pas ?

 

8/ Prendre soin du confort de ses pieds : C'est clair, la station debout cinq heures d'affilée, à piétiner sur place met à l'épreuve vos petons. Il faut prévoir une paire de charentaises ou de Scholl Fitness massage de préférence aux escarpins.

 

J'ai sans doute omis une bonne dizaine de conseils supplémentaires mais n'oubliez surtout pas une chose, la seule qui soit au final importante :

Faire de la figuration, c'est un moment d'intense bonheur !!!


;)... Alaligne 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

la chieuse76 03/09/2008 23:22

Ce récit est amplement digne d'une nouvelle au ton sarcastique et tendre à la fois!J'ai pris beaucoup de plaisir à le lire, à en sourire, je l'avoue :-)Flora

zarbifalafolle 24/08/2008 18:43

Morte de rire, du début à la fin de ton récit! Le ton m'a comblée d'avance, c'est juste excellent!

siratus 28/07/2008 11:10

Je me suis bien amusée à lire le récit de vos tribulations...Gros bisous, Catherine

alaligne 06/07/2008 20:23

vfdhghghgfdhgfvdgfvd.

Aga 01/07/2008 19:05

Oui, très agréable à lire, au moins !Tu recommences l'expérience, quand ?

gari 30/06/2008 14:32

bollywood  a du soucis à ce faire ! :P

Marcovaldo 30/06/2008 05:56

Ah ah, j'ai bien ri, avec ta façon de raconter...Oui, au moins ça te fera un souvenir. Bon lundi. :0010:

" Charly " 28/06/2008 15:11

Tout un métier celui de figurant. Tout a un petit début. A quand ton premier grand rôle. J'ai aimé le ton enjoué du récit.Charly...

ced 26/06/2008 11:01

matinée riche en émotions..Montreuil est-elle toujours aussi laide?  Lalie entre travellings, maquilleuses par trop sérieuses et claps tâtonnants .. ai ajouté un "e" en souvenir de la grande Lalie , comédienne en vogue du Colombier des années trente et égérie des Grasset...t'embrasse...

vita 24/06/2008 20:32

Il faut souffrir pour risquer d'être célèbre.Bises  VITA