Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ecritures à la loupe
  • Ecritures à la loupe
  • : Présenter des écritures manuscrites d'écrivains célèbres avec une étude graphologique, des comptines pour enfants, l'un de mes romans et beaucoup de mes coups de coeur, voilà l'objectif de ce blog. J'espère que vous vous y sentirez également chez vous...
  • Contact

Mes romans

histoire

  couv-pour-OB.jpg




19 mai 2008 1 19 /05 /mai /2008 12:36


Anatole Lebraz


Le poète de l'Ankou

 1859-1926


Image Hosted by ImageShack.us

 





Fils d'un instituteur de campagne, Anatole Le Braz est né le 2 avril 1859 à Duault, un petit village forestier perdu dans un des replis les plus secrets de la montagne bretonne. Son enfance se passa à Ploumilliau, où il fit ses classes dans l'école de son père pendant qu'il s'initiait au latin sous la férule du recteur de la paroisse, messire Villiers de l'Isle-Adam oncle de l'écrivain symboliste. Le jeune Le Braz ne parlait guère que le breton en compagnie de ses condisciples ruraux.

Pendant que son père passait de Ploumilliau à Pleudaniel et de Pleudaniel à Penvénan, Anatole était interne au lycée de Saint-Brieuc qui porte aujourd'hui son nom. Mais chaque vacance le remettait en contact étroit avec le milieu paysan de ce Trégor breton auquel il dut une bonne part de son inspiration.

Il prépara la licence de lettres au lycée Saint-Louis, à Paris devint boursier de licence puis d'agrégation de philosophie en Sorbonne, il dut interrompre ses études pour raisons de santé. Professeur de philosophie au collège d'Etampes, il fut nommé deux ans après, professeur de lettres au lycée de Quimper où il resta quatorze ans. Cette nouvelle affectation devait décider de sa carrière littéraire et lui révéler sa véritable vocation.

Dès son arrivée à Quimper, il devint collaborateur de plusieurs journaux, particulièrement L'Union agricole de Quimperlé où il fit paraître un certain nombre de contes et de nouvelles d'inspiration strictement bretonne. Ces premiers essais, retravaillés, seront repris par la suite dans ses recueils les plus populaires, les Vieilles Histoires du pays breton, Le Sang de la sirène, La Terre du passé, Les Contes du soleil et de la brume, Ames d'Occident. Le nom de Le Braz figure aussi régulièrement au sommaire de la revue L'Hermine dès sa fondation ( 1889).

A Quimper, il avait connu et estimé le folkloriste François Luzel dont il devint le disciple et le compagnon pour la collecte des chansons populaires bretonnantes qui parurent en 1890 sous le titre de Soniou Breiz-Izel. Avec Luzel, il s'initia aux délicates méthodes d'enquêtes auprès des humbles. Il y réussit pleinement parce qu'il connaissait bien la langue bretonne et qu'il était porté d'instinct vers les paysans et les marins, parmi lesquels il reconnaissait " les plus gentils hommes de notre race ". Cela lui permit de recueillir, pour son compte, les récits de La Légende de la mort, ce livre qui demeure l'ouvrage de référence indispensable pour quiconque prétend comprendre les bretonnants jusque dans leurs plus étonnantes manifestations. De ses longues et patientes enquêtes, Le Braz rapporta, en outre, la matière de son livre sur Les Saints bretons d'après la tradition populaire et ces émouvants reportages intitulés Au pays des pardons.

Maître de conférences, puis professeur à la faculté des lettres de Rennes de 1901 à 1924, Le Braz concentra ses travaux sur un double thème : d'une part la Bretagne et le romantisme, d'autre part le théâtre celtique qui lui fournit son sujet de thèse (1904). Chargé de missions d'enseignement en Suisse et aux Etats-Unis, il y remporta de remarquables succès de conférencier. Brillant causeur et doué d'un puissant charme dans sa parole aux dires de ceux qui l'ont connu, il servit particulièrement la cause de la France en Amérique de 1914 à 1919. Les fatigues de cet apostolat, venant après de nombreux deuils tragiques, furent à l'origine de sa mort prématurée. Cet homme qui aimait la Bretagne d'un amour profond et lucide s'en alla mourir à Menton, en 1926.



Son écriture manuscrite:



Image Hosted by ImageShack.us




L'un de ses poèmes:

Berceuse d'armorique

Plac'had ann ôd a gan eur gan
Hac a zo trist, hac a zo splân


Dors, petit enfant, dans ton lit bien clos
Dieu prenne en pitié les bons matelots!

_ Chante ta chanson, chante, bonne vieille!
La lune se lève et la mer s'éveille.

Quand tu seras mousse, hélas! c'est le vent
Qui te bercera dans ton lit mouvant.

_ Chante ta chanson, chante, bonne vieille!
La lune se lève et la mer s'éveille.

Déjà dans ton âme a chanté la mer
Son chant aux doux fils, aux mers amer.

_ Chante ta chanson, chante, bonne vieille!
La lune se lève et la mer s'éveille.

Au pays du Froid, ton père a sombré.
Tu naissais alors, je n'ai pas pleuré.

_ Chante ta chanson, chante, bonne vieille!
La lune se lève et la mer s'éveille.

Au pays du Froid, la houle des fiords
Chante sa berçeuse en berçant les morts?

_ Chante ta chanson, chante, bonne vieille!
La lune se lève et la mer s'éveille.

Dors, petit enfant, dans ton lit bien doux,
Car tu t'en iras comme ils s'en vont tous.

_ Chante ta chanson, chante, bonne vieille!
La lune se lève et la mer s'éveille.

Tes yeux ont déjà la couleur des flots.
Dieu prenne en pitié les bons matelots!

_ Chante ta chanson, chante, bonne vieille!
La lune se lève et la mer s'éveille.

Car c'est pour les flots que nous enfantons,
Tous meurent marins, qui sont nés Bretons.





Partager cet article

Repost 0

commentaires

Sifranc le correcteur 13/06/2008 23:14

Salut
internaute d’Over-blog
Le 24 juin,
mon blog fêtera ses trois ans. Mais c’est le samedi 21 juin qu’aura lieu
l’échange de commentaires comme lors des deux années précédentes. Je t’attends
donc avec impatience!
Une amitié
entre nous s’est tissée et il est bon de la raviver. De nouveaux liens sont
apparus, des blogs se sont fermés depuis. Mais je tiens à remercier tous les
visiteurs de mon blog http://francischoffat.over-blog.com/ qui ont fait grimper la cote maximale des statistiques 2008: 230 visiteurs uniques
par jour.
Je te
remercie de ton soutien et te souhaite un bel été, qui va venir...
                                       Amitiés de Sifranc le correcteur

Patrick Godard alias ( Piotr Goradd ) 30/05/2008 13:12

Anatole LE BRAZ dit de l'Ankou : "L'Ankou est l'ouvrier de la mort "Je ne sais si tu as lu cet ouvrage : " La légende de la mort" d'Anatole LE BRAZ paru chez Jeanne LAFFITE en 1982... 'Très interressant recueil de croyances Bretonnes. Il y parle de l'Ankou... :"... Le dernier mort de l'année, dans chaque paroisse devient l'Ankou de cette paroisse pour l'année suivante. On dépeint léAnkou, tantôt comme un homme très grand et très maigre, les cheveux longs et blancs, la figure ombragée d'un large feutre; tantôt sous la forme d'un squelette drapé d'un linceul, et dont la tête vire sans cesse au haut de la colonne vertébrale, ainsi qu'une girouette autour de sa tige de fer, afin qu'il puisse embrasser d'un seul coup d'oeil toute la région qu'il a mission de parcourir...."Bisous, bises et baisers Ma LILAS...........Piotr, Pat & FanP.S: Donne-moi de tes nouvelle STP

siratus 30/05/2008 11:03

Bon courage, Catherine.Merci pour la découverte d'Anatole Le Braz !Ce poème traduit si bien toute l'âme des  bretons de la côte.Gros bisous amicaux.

LUCQUIAUD 27/05/2008 18:19

Nous sommes de Tout Coeur avec Toi, chère Catherine.Plein de Bisous des Farfadets

Marc 27/05/2008 07:33

Bon courage dans cette nouvelle épreuve. On pense à toi. Bises.

Monicalisa 26/05/2008 14:45

un très bel article sur cet auteur et une poésie remarquable, merci de nous l'avoir fait découvrir au travers de ce très beau reportage.Bisous et bonne semaine. Bien cordialement :0050:

Marilou 25/05/2008 12:37

J'aimerais rentrer dans ta communauté d'écriture bien que je n'écrive pas moi-même : je traduis en français (inédit) un roman publié en espéranto. A bientôt !

Pascaly :0026: 25/05/2008 12:09

Que tu les gardes ou que tu les offres ...

bonne fête aux MAMANS
ps : bravo pour ton article ....
  Pascaly

LUCQUIAUD 24/05/2008 18:41

Bon week-ende Catherine ... Aujourd'hui, nous avons manqué de soleil mais pas d'eau ... Bises des farfadets

Michka dit Le Pirate :0051: 23/05/2008 08:53