Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ecritures à la loupe
  • Ecritures à la loupe
  • : Présenter des écritures manuscrites d'écrivains célèbres avec une étude graphologique, des comptines pour enfants, l'un de mes romans et beaucoup de mes coups de coeur, voilà l'objectif de ce blog. J'espère que vous vous y sentirez également chez vous...
  • Contact

Mes romans

histoire

  couv-pour-OB.jpg




19 février 2008 2 19 /02 /février /2008 12:16



La grande prairie

Contes et nouvelles



Image Hosted by ImageShack.us







La nouvelle provoqua un florilège de sourires sur les visages des 6ième C.
          
Madame Solal était souffrante et les deux heures de mathématiques de la matinée étaient remplacées par deux heures d’étude. Seule, Corinne esquissa une moue de déception. Elle avait confié à son amie Sylvie qu’elle avait passé le week-end à travailler des exercices avec le soutien de son grand frère et qu’elle avait compté sur ce cours pour remonter la moyenne lamentable de ses notes en la matière. Sylvie, pour la consoler, sortit de son cartable trois paquets de carensacs multicolores. Les bonbons dragéifiés circulèrent de mains en mains, firent le tour de la classe et trente deux bouches enfantines se mirent à suçoter les petits bâtonnets de réglisse. Un souffle de liberté flottait dans la pièce. L’intermède fut de courte durée car l’entrée de « peau de vache », la surveillante la plus détestée du lycée coupa court au bien-être général. Les têtes se figèrent et les bras se croisèrent.
 
-         Vous avez deux heures devant vous pour vous avancer dans votre travail. Sortez vos cahiers de textes et profitez de ce temps libre pour préparer ou réviser vos cours. Je ne veux pas entendre le moindre bruit, pas le moindre bavardage, et si vous devez aller aux toilettes, c’est l’une après l’autre. Vous êtes en étude, pas en cours de récréation. Le message est bien compris, mesdemoiselles ?
    
Un vague murmure d’acquiescement sourdit de quelques lèvres et les têtes plongèrent dans les cartables pour en sortir l’attirail du parfait lycéen.
Corinne, après avoir soulagé le sien de son contenu, fit tomber volontairement un cahier entre elle et Sylvie, puis la tête penchée sur le pupitre de bois, tout en feignant de peiner à le ramasser, elle interrogea à voix basse son amie :
      
-         Tu vas faire quoi, toi ?
      
Sylvie ouvrit son cahier de textes à la page du vendredi et pointa l’énoncé de la rédaction à rendre ce jour là : Décrivez votre animal favori. Corinne cilla pour signifier qu’elle avait compris. Elle ouvrirent deux grands cahiers de brouillon à petits carreaux et Corinne écrivit en gros caractères sur le sien : « Quel animal, tu prends ? »
   
Son amie haussa les épaules et fronça les sourcils en signe d’interrogation. Corinne entreprit alors de mâchonner le bout déjà aux trois quart entamé d’un crayon noir et laissa son regard flotter jusqu’au plafond beigeasse de la salle de classe. Des frimousses de chats, des trognes de chiens peuplèrent son esprit mais le choix lui sembla par trop banal. Elle se concentra d’avantage et soudain la couverture d’un livre offert par sa tante le jour de ses dix ans ne quitta plus son esprit. Il s’agissait d’un livre de photos et de textes tirés d’un documentaire animalier de Walt Disney qui avait rencontré le succès dans les cinémas quelques années plus tôt. La couverture représentait un chien de prairie à l’affût au bord de son terrier. L’animal dressé, toutes moustaches frémissantes, servait de vigie à la colonie et semblait prêt à pousser son cri d’alerte au moindre danger. Bientôt Corinne se souvint de toutes les photos du livre, des longues étendues de prairies sauvages et des mœurs attendrissantes de ces sympathiques rongeurs. Elle cessa de mâchonner son crayon et agitée d’une frénésie d’idées écrivit d’un trait : "Sur son tertre, le regard porté sur les courtes herbes jaunies de son territoire, veille le chien de prairie…"
  
Le reste du récit vint d’un seul jet, sans les perpétuelles hésitations que lui valaient les précédents exercices rédactionnels si bien que lorsque les deux heures d’études se terminèrent, c’est le cœur léger et avec le sentiment de n’avoir pas vu le temps passer qu’elle tendit son brouillon à Sylvie. Tandis que le brouhaha des cartables que l’on remplissait, des chaises que l’on repoussait, envahissait la salle de classe, l’amie de Corinne dévorait le texte, écarquillait des yeux de plus en plus grands et lorsqu’elle eut englouti la dernière phrase c’est avec un sourire d’admiration qu’elle rendit à son auteur sa rédaction.
   
-         Ho ! c’est vraiment super… Où vas-tu chercher tout cela ?
  
Corinne lui expliqua la source de son inspiration et lui promit dans la foulée de lui prêter le livre.
   
Deux semaines passèrent, puis vint enfin le jour de la correction des copies.
Mademoiselle Blanchardon était une femme corpulente, aux traits lourds et aux cheveux d’un blanc jauni remontés en un chignon sans apprêts. Elle assurait les cours de latin et de français avec l’autorité sèche, la froideur calculée que sa nature hautaine lui prédestinait. Elle avait réglé dès le début de l’année le problème des places en prenant l’ordre alphabétique des élèves pour leur attribuer un siège, le pupitre à gauche de la première rangée étant destiné aux premiers patronymes. Au bout d’un mois, habituée à repérer ses élèves, le système s’affina d’une sélection liée aux résultats scolaires. Au final, le premier rang se garnit des meilleures et le dernier des nulles. Corinne et Sylvie occupaient des pupitres de rang médian.
      
Ce jour là, elle sortit de son cabas de cuir noir, l’épais tas de copies avec la lenteur exaspérante qu’elle prenait à faire monter l’anxiété parmi les jeunes filles. Elle considéra longuement d’un œil inexpressif les trente deux paires d’yeux qui guettaient le moindre de ses gestes. Certaines se tortillaient sur leur siège en proie à une gêne intense, d’autres baissaient la tête et priaient en silence pour s’en sortir avec une note moyenne.
     
Enfin, dans un silence chargé d’angoisse, sa voix monocorde s’éleva dans la classe.
   
-         Bien ! Enfin, lorsque je dis bien, il s’agit d’un euphémisme. Le sujet qui aurait dû enflammer les esprits n’a récolté que de piètres salmigondis ineptes. Le niveau des copies est le reflet exact du niveau de vos pauvres cervelles : niveau zéro !
        
Le chiffre fit frémir l’assemblée et chacune s’imagina en train de donner à signer à des parents en colère, une copie barrée en rouge du chiffre fatidique. Des regards apeurés s’échangèrent entre les travées.
La voix glaciale reprit son petit jeu de torture:
 
-         Sept copies ont la moyenne et plus. A ce compte là, le passage en cinquième est largement compromis pour les deux tiers de la classe et les pupitres du premier rang vont reculer d’un cran. Venons-en à vos exploits littéraires : 18…
        
Sa main reposait sur la copie et empêchait les élèves de repérer le nom ou de reconnaître l’écriture. Elle attendit quelques secondes supplémentaires, puis, fit jaillir la copie du tas et la brandit en direction de Corinne.
       
-         Corinne Jurfaud. Vous féliciterez vos parents !
      
Les joues de Corinne s’empourprèrent, le sang monta en vagues chaudes et pressées aux tempes. Elle dut s’appuyer au rebord du pupitre pour se lever de sa chaise.
    
-         Mes parents, mademoiselle ?
    
-         Oui, vos parents. Vous n’allez pas me faire croire que vous êtes l’auteur de ce texte, j’espère !
        
-         Mais si, c’est elle ! elle l’a écrit en étude, je l’ai lu ce jour là.
     
La phrase était sortie de la bouche de Sylvie comme un cri de révolte. Debout derrière son pupitre, elle défiait de son mètre trente la professeur, avec l’énergie des damnés.
La copie retomba sur le tas et un sourire vicieux barra le visage de Mademoiselle Blanchardon.
   
-         Le cinq de votre copie s’accompagnera pour cette brillante sortie, mademoiselle, d’un zéro de conduite et d’une place de choix au dernier rang.
        
Corinne jeta un regard désespéré vers son amie qui déjà ramassait ses affaires, les yeux noyés de larmes. Un sentiment inconnu se mêla à la colère qui faisait alors trembler ses membres. Ce sentiment portait un nom : la haine. Oui, il s’agissait de cela : la haine.
La haine face à l’injustice mais surtout la haine de l’adulte qui n’était plus et ne serait plus jamais, l’être toujours respecté et aimé de son enfance candide. Le regard qu’elle adressa à son professeur de français en allant chercher sa copie était dénué d’ambiguïté. La bataille de prunelles tourna court, l’enseignante ayant compris son erreur. La punition infligée à Corinne fut cruelle : elle occupa le reste de l’année le pupitre au premier rang face à celui de son bourreau. De fidèles chiens de prairie veillèrent sur elle jusqu’à son passage en cinquième. 
 
 
  




Image Hosted by ImageShack.us


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Cecile 24/07/2008 18:01

Quand un adulte remarque son erreur face à un enfant, il lui est très difficile de lui demander pardon ! Quand l'insipiration vient comme une fleur qui s'ouvre au soleil, c'est la plus belle, la plus pure, la plus juste.Merci pour cette nouvelle, elle est très jolie.

Michka dit Le Pirate :0051: 23/02/2008 09:58

:0010:

siratus 22/02/2008 23:37

Toute une époque que tu décris si bien, je continue à être sous le charme de ta plume...et je revis des souvenirs enfouis, j'ai entendu cette phrase injuste en 6ème, en mathématiques...Gros bisous, Catherine.

LUCQUIAUD 22/02/2008 19:10

Quel plaisir de lire tes nouvelles Catherine, des lignes qui respirent l'authentique le vécu ... L'injustice passe difficilement dans le cœur d'un enfant ...  Pour les adultes et, en l'occurrence les enseignants asseoir son autorité n'est pas une vaine chose ...  Pas plus que le prof "copain des élèves", le prof extra autoritaire  n'est en situation pour accomplir sereinement sa mission d'enseignant ... La lassitude aussi altère les aptitudes voir les dons de pédagogues... Pour un prof chaque reprise de lasse exige courage, , rigueur et créativité  en plus du respect des élèves doués et ignares ... Il faut aimer l'homme  est la condition indispensable pour enseigner ... Bisous des farfadets

Runner 22/02/2008 18:46

Superbe texte qui nous remet dans la peau et le ressenti de l'enfant que nous fûmes tous!J'admire ton style et tes dialogues...Respect et amitié!Runner

Patrick Godard alias ( Piotr Goradd ) 20/02/2008 14:21

Promis ma Lilas, je termine mes travaux les plus urgents et je crée un nouveau blog.... Quand ?  That is the question !   Bientôt sans doute lolBBB EBPE........................Pat, Piotr et autre

Alaligne 21/02/2008 13:26

Enfin une bonne nouvelle!!!!!!!!!!!Plein de bisous mein Piotr

Aux éclats ! 20/02/2008 12:57

Et bien ! On se demande si tu ne l'as pas vécu toi même ...Tu me répondras que c'est le propre du romancier d'écrire des histoires imaginées ...Peut-être que tu n'as pas été victime de l'injustice décrite mais n'est ce pas toi la petite fille qui a rendu une copie brillante parce que thème l'inspirait ???

Alaligne 21/02/2008 13:25

Longuement répondu par mail ma belle ;)

L'Oeil regardait cahin-caha 19/02/2008 19:36

Apprendre de l'injustice... quelle implacable leçon.

Alaligne 20/02/2008 11:08

On apprend de tout... de ses propres erreurs et de celles des autres... ;) Heureuse de te revoir ici...

Patrick Godard alias ( Piotr Goradd ) 19/02/2008 16:06

Une petite perle enchâssée entre souvenir et sourireUne histoire qui fait mal aux tripes, qui nous rappelleque ces êtres qui prônent la justice avant et après l'appelDepuis nos racines, nous ne cessons de les maudire...Bisous, bises et baisers....................Piotr, Pat

Alaligne 20/02/2008 11:07

Merci mein Piotr pour ce délicat quatrain qui me fait encore plus regretter de ne plus pouvoir te lire en ligne... T'embrasse l'ami...