Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Ecritures à la loupe
  • : Présenter des écritures manuscrites d'écrivains célèbres avec une étude graphologique, des comptines pour enfants, l'un de mes romans et beaucoup de mes coups de coeur, voilà l'objectif de ce blog. J'espère que vous vous y sentirez également chez vous...
  • Contact

Mes romans

histoire

  couv-pour-OB.jpg




23 février 2008 6 23 /02 /février /2008 11:27







Tristan BERNARD 
   

Image Hosted by ImageShack.us


  
 

Bernard Paul, dit Tristan Bernard est né à Besançon le 07 septembre 1866.
            
Il quitte sa ville natale à l’âge de 14 ans pour suivre son père à Paris, reçoit l’enseignement du Lycée Condorcet et se prépare à une carrière d’avocat après avoir obtenu sa Licence en droit.
      
Pourtant, après son service militaire, il se tourne vers les affaires et dirige une usine d’aluminium près de Creil, dans l’Oise. Jeune homme sportif et éclectique, il prend rapidement la direction d’un vélodrome à Neuillly sur Seine, se livre sans restrictions à sa passion pour les paris hippiques et en 1891 commence à rédiger des articles pour la Revue Blanche. Il s’agissait d’une revue littéraire et artistique où collaborèrent les plus grands écrivains et artistes de l’époque et qui prit notamment clairement position pour le capitaine Dreyfus lors du procès. 
   

 
        

Image Hosted by ImageShack.us

 


Joueur invétéré, un jour, il mise sur un cheval du nom de Tristan. Le cheval gagne la course et lui rapporte une importante somme d'argent . Pragmatique, il décide alors d'adopter le nom de ce cheval pour signer ses articles.
 
Il publie un recueil de contes en 1894 et écrit sa première pièce de théâtre « Les pieds nickelés » qui connaît un grand succès.
   
Dès lors, les romans et les pièces de théâtre s’enchaînent :
« Les contes de Pantruche et d’ailleurs » en 1897, « Sous toutes réserves » » en 1898, « L’anglais tel qu’on le parle » en 1899, « Mémoires d’un jeune homme rangé » la même année, « Amants et voleurs » en 1905,  « Triplepatte »  la même année, « L’affaire Larcier » en 1907, «  le Petit café » en 1911, « Paris secret » en 1933.
 
Ami proche de Léon Blum, mais également de Jules Renard, Marcel Pagnol et Guitry, il crée une œuvre où l’humour est omniprésent. Ses personnages légers, parfois frivoles sont le reflet de ceux qu’il observe avec ironie au temps de la Belle époque. Son humour lui vaut de collaborer pour quelques articles au canard enchaîné en 1917.
      
Auteur célèbre, mais sans doute pas assez sérieux au goût de l’Académie française, il n’obtient lors de sa présentation en 1932, que 2 voix sur 39.
        
Lors de l’occupation, ses origines juives lui valent un internement dans le sinistre camp de Drancy en 1943. Agé de soixante dix sept ans, son sort émeut de nombreux artistes et écrivains dont Sacha Guitry et Arletty. Libéré, il n’est plus que l’ombre de lui-même, d’autant que la mort en déportation de son petit-fils François l’affecte au plus haut point.

          
Image Hosted by ImageShack.us 
Camp de Drancy en 1943


Usé, il meurt le 7 décembre 1947 et est enterré au cimetière de Passy.

On lui doit en dehors de son œuvre littéraire, l’invention du jeu de société « des petits chevaux », clin d’œil à sa passion pour les courses hippiques. Il fut également le promoteur des mots croisés.
         
Quelques citations :
          
Beaucoup de divorces sont nés d’un malentendu. Beaucoup de mariages aussi.
         
Avec mes gains au casino, je me suis acheté une casquette de yachtman, avec mes pertes, j’aurais pu me payer le bateau.
 
Avec les femmes, il faudrait que les paroles soient d’autant plus respectueuses que les gestes le deviennent de moins en moins.
 
J’aimerais bien le Paradis, à cause du climat ; seulement, l’Enfer doit être joliment plus agréable, à cause de la société !
 
Les Français croient qu'ils parlent bien le français parce qu'ils ne parlent aucune langue étrangère.

Dans la chanson « Marquise » de Georges Brassens, la dernière strophe porte son coup de patte :
« Peut-être que je serai vieille,
Répond Marquise, cependant,
J’ai vingt-six ans, mon vieux Corneille,
Et je t’emmerde en attendant. »
   


Son écriture:



Image Hosted by ImageShack.us  



 
          
De l'élégance, de la légèreté dans ce graphisme qui effleure la page avec beaucoup de délicatesse mais également une plume qui sait se faire plus acérée dans les finales.


Beaucoup d'ouverture dans la forme des lettres qui signe un don d'observation au champ large, une curiosité pour le monde et les gens qui l'entourent. La préciosité  des formes, l'importance donnée aux majuscules, montrent une recherche assez élitiste, une prédilection pour des échanges basés sur la qualité.

Les acérations qui animent l'écriture sont la trace de l'acuité d'un esprit perspicace, d'un sens critique actif, d'un sens de la répartie particulièrement développé.La causticité, l'ironie s'y dévoilent au grand jour mais sans méchanceté. En effet la finesse du trait, la guirlande dans les "m", les courbes et les jambages en vasque, le mouvement coulant, tendant vers le dynamique, signent une sociabilité conciliante, une capacité à utiliser aux mieux ses possibilités, un souci de se préserver des complications, d'éviter le désaccord.

Une écriture de "dandy", d'esthète, sachant manier la plume avec grâce et humour.












 

Partager cet article
Repost0

commentaires

undefined person. 24/03/2008 15:58

Interressant ce blog...

Alaligne 25/03/2008 11:38



Merci Green-blood!!! je viens de valider ton inscription lol



undefined person. 24/03/2008 15:58

Interressant ce blog...

Aux éclats ! 28/02/2008 17:15

Heureusement que le cheval ne s'appelait pas Gloire de ma Prairie... et pour l'invention du jeu : j'ai, une fois n'est pas coutume, appris quelque chose en te lisant !

Alaligne 29/02/2008 11:18

Ah la garce!!!!!!!! MDR.... :-)))).......... Bien sûr que tu apprends plein de choses en me lisant, inculte, ignare...t'embrasse ma belle

pétronille 27/02/2008 16:20

Je ne le connais pas beaucoup, mais j'aime bien les citations que je peux lire ou entendre de lui...

Alaligne 28/02/2008 10:26

Si tu dois ne lire qu'un livre de lui... lit Paris secret... ;)

Lyskald 27/02/2008 12:48

Très sympa l'anecdote sur le pourquoi de son nom d'artiste. J'ai beaucoup aimé les citations, je n'en connaissais aucune de lui. Ma préférée est celle sur le Paradis et l'Enfer :)Tu as raison, il a une vraie écriture de dandy. Concernant la graphologie, j'ai lu qu'on pouvait aussi appréhender l'inconscient d'une personne en interprétant les gribouillages intempestifs que l'on fait quand on s'ennuie au téléphone, au bureau... Qu'en penses-tu?

Alaligne 28/02/2008 10:22

j'ai répondu sur ton blog Lyskald... ;) Bonne journée

Bettina 26/02/2008 22:57

Et bien j'ai appris quelques trucs que je ne connaissais pas...et ces citations tellement savoureusesBien à toiGros bisous

Alaligne 27/02/2008 10:39

merci de ta visite ma Bettina... Gros bisous à toi

LUCQUIAUD 26/02/2008 11:04

Mon père se plaisait à dire : "C'est toujours au poteau que l'on voit les bons chevaux..." Comme quoi faire la mise et engager ses paris est toujours aléatoire ... Ce Tristan là a certainement bien usé de son temps et transmis sa bonne humeur , son enthousiasme à vivre à ses contemporains . Par contre "au poteau", il y est parvenu bien "cassé" La valeur d'un homme est parfois mal récompensé par le sort de son destin auquel se mêle ceux des autres hommes pas toujours bien reconnaissant ni bien intentionné ... Un beau compte rendu non départi du coup de chapeau à cet auteur qui le mérite bien ...Bises des farfadets

Alaligne 27/02/2008 10:38

tristan Bernard était effectivement un grand joueur... de mots également.On oublie parfois de le lire pour ne garder que ses traits d'esprit... dommage...T'embrasse Patrice

alaligne 24/02/2008 17:24

je vais recréer l'article sur régine Deforges qui a disparu ;)

almaterra 15/02/2008 07:48

A tous les amateurs d'écriture - et plus particulièrement de chansons - je propose sur mon blog (http://almaterra.over-blog.com/) un concours en collaboration avec François Corbier. Qu'on se le dise !

Alaligne 15/02/2008 11:41

merci pour la pub...

Tseb 13/02/2008 21:07

Ma mère adore, moi, je sais pas.

Alaligne 15/02/2008 11:40

essaye...