Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ecritures à la loupe
  • Ecritures à la loupe
  • : Présenter des écritures manuscrites d'écrivains célèbres avec une étude graphologique, des comptines pour enfants, l'un de mes romans et beaucoup de mes coups de coeur, voilà l'objectif de ce blog. J'espère que vous vous y sentirez également chez vous...
  • Contact

Mes romans

histoire

  couv-pour-OB.jpg




20 novembre 2007 2 20 /11 /novembre /2007 16:10


Image Hosted by ImageShack.us

Le calendrier de l’Avent
Contes et nouvelles

(15)  Où la voix du calendrier est impénétrable


Abel n’était pas "totalement" superstitieux. Un vendredi treize n’augurait rien qui puisse le mettre de bonne ou de mauvaise humeur, tant que la vie ne lui démontrerait pas le contraire. La révélation d’un Filou ayant recouvré la vue avait suffi à faire son bonheur. Sa nature prosaïque lui avait cependant commandé de téléphoner au vétérinaire qui suivait le chien depuis sa naissance. L’assistante avait dû se faire prier pour prendre le fox en urgence ce vendredi et avait fixé un rendez-vous sur le coup de onze heures. Abel voulait en avoir le cœur net. Seul un spécialiste pouvait vérifier la qualité de la vue de l’animal et apporter une explication rationnelle.
 
Il passa de longs moments après sa toilette à jouer avec le chien pour s’assurer qu’il n’avait pas rêvé. Filou fit des prodiges d’adresse et démontra s’il en était encore besoin que sa vision était tout aussi acérée que celle d’un grand Tétras. Le résultat de ces bonds et voltiges aériennes signèrent la fin d’un vase en cristal de Bohême que madame Beaujour avait reçu en cadeau de mariage d’une tante alsacienne. La perte de l’objet ne déclencha pas d’affliction particulière, Abel n’ayant jamais aimé sa forme tarabiscotée et ses couleurs criardes. Il se demanda cependant, vendredi treize oblige, si casser du cristal, tout comme casser du verre blanc, était annonciateur de bonheur. La journée lui apporterait sans aucun doute une réponse à cette question existentielle. Ils petit-déjeunèrent avec entrain et la découverte de l’épaisse couche de neige tombée pendant la nuit sur les toits des demeures voisines n’inquiéta Abel que modérément. Il ouvrit la fenêtre de la cuisine, chassa du revers de la main les flocons qui s’étaient accumulés sur les branches du cotonéaster, souffla sur les feuilles comme s’il voulait les sortir de leur torpeur. La plante était beaucoup plus résistante qu’il ne l’avait supposé. Empli de pensées positives, il appela Filou pour l’ouverture du réceptacle treize.
 
« Bonjour, bonjour ! Il y a quinze ans notre pâtre Wilfrid Moreau créait ce beau cantique :  Les anges dans nos campagnes, ont entonné l'hymne des cieux, et l'écho de nos montagnes redit ce chant mélodieux.Cherchons tous l'heureux village qui l'a vu naître sous ses toits. Offrons-lui le doux hommage, de nos cœurs et de nos voix. Bergers quittez vos retraites, unissez-vous à leur concert, et que vos tendres musettes fassent retentir les airs. Le Calendrier serait bien aise que cette douce chansonnette soit portée d’une voix claire par un être muet. Sur ce, le Calendrier vous souhaite un chœur accordé. »
   
« Ben, allons donc, faire chanter un muet ! Pourquoi pas faire marcher un paraplégique? » Ironisa Abel.
          
Le texte du cantique de Noël lui rappelait des souvenirs. Le cagibi renfermait quatre caisses de vieux trente trois tours, abrités de la poussière mais qui n’avaient plus délivré leur musique depuis la perte de madame Beaujour. Abel qui s’était passionné jeune homme pour le blues et le jazz, détenait entre autres bijoux, une collection complète du label Yazoo à faire baver d’envie tous les amateurs de bluegrass. De son côté madame Beaujour aux goûts musicaux très éclectiques n’avait jamais résisté à l’attrait du musette, de l’orgue, de Tino Rossi et des chants traditionnels. Abel était convaincu que parmi tous les cantiques de Noël accumulés avec tendresse par son épouse, Moreau avait une place de choix. Il sortit donc les cartons, les ouvrit dans le salon et chercha la perle rare. Son espoir ne fut pas déçu. Entre des enregistrements des Noëls de Daquin et de Dandrieu, un vieux vinyle des « anges dans le ciel » de Moreau figurait en bonne place. Il n’avait plus le temps de l’écouter mais se promit de le faire en revenant de son rendez-vous.
        
Un mélange de sable et de sel avait été épandu sur les chaussées et les trottoirs de la ville. Une bouillie jaunâtre s’était formée suite au passage des voitures, aux allées et venues des piétons. C’est crotté jusqu’à mi-bottes qu’Abel franchit le seuil de la clinique vétérinaire. La salle d’attente était bondée et il eut des difficultés à trouver une chaise libre. Coincé entre une matrone serrant contre son opulente poitrine un minuscule Chihuahua et une jeune fille couvant des yeux deux caisses à chats, il prit son mal en patience. L’heure du rendez-vous n’avait été que de pure forme et il dut patienter trois quarts d’heure avant que le Docteur Labrusse ne l’appelle.
 
Lorsque Abel déposa Filou sur la table d’examen, le chien tremblait de tous ses membres. Il avait beau proférer des paroles réconfortantes, rien ne calmait son angoisse. Haletant, la langue pendante, l’animal tressautait comme un malheureux atteint de la danse de Saint Guy. Il fallut une extrême patience ainsi qu’une grande expérience au vétérinaire pour examiner les yeux. Au terme de l’auscultation, le praticien hocha la tête.
 
« Je n’y comprends rien… Ce chien a des yeux de jeune chiot. C’est stupéfiant ! Et en plus vous me dites qu’il gambade sans problème? »
  
« Tout à fait » répondit Abel. « C’est venu peu à peu, mais il ne boite pratiquement plus. »
 
« Vous lui donnez ses médicaments ? »
 
« Scrupuleusement, Docteur. Deux le matin et deux le soir. »
 
« Comment cela ? Vous lui donnez quatre comprimés d’anti-inflammatoires par jour ! Vous voulez lui bousiller l’estomac? »
 
Abel vexé, sortit de la poche de son manteau la liste de recommandations laissée par le maître de Filou.
 
« Tenez ! Regardez par vous-même..  Deux le matin, deux le soir… »
 
Le vétérinaire lut la feuille et éclata de rire.
    
« C’est marqué un demi le matin et un demi le soir. J’avoue que le un et la barre de fraction sont à peine visibles, mais pourtant c’est cela qui est écrit. »
  
Abel, confus, reprit la liste et dût convenir que le vétérinaire avait raison. Il avait dans sa méprise quadruplé la dose. Que Filou ne ressente plus ses douleurs n’avait rien d’étonnant ! Pendant que le Docteur Labrusse réexaminait le fond des yeux du petit fox, un sifflement rauque résonna dans la pièce. Abel s’en inquiéta.
   
« Oh! ce n’est rien, c’est Myrtille… Une femelle mainate que j’ai récupérée depuis que son propriétaire est entré en maison de retraite »
« La pauvre bête s’ennuie ici. Elle a perdu la voix, s’alimente à peine» ajouta le vétérinaire d’un ton chagrin.
« Elle ne parle pas ? » Interrogea Abel. 
« Elle ne parle plus, ne chante plus. Mademoiselle est devenue muette… Il faut dire également que sa cage est bien trop petite et que je n’ai pas le temps de m’en occuper. De plus, elle déteste mon assistante et perd ses plumes jour après jour » 
    
Une petite voix dans la tête d’Abel se fit entendre : « Non mon vieux… Ca va comme cela. Tu as déjà récupéré un chien, tu ne vas pas t’encombrer maintenant d’un oiseau ! » Mais il s’agissait d’une petite voix, d’une très petite voix.
   
« Pensez-vous que je pourrai la prendre en garde quelques temps. Juste ce qu’il faut pour qu’elle retrouve et son plumage et sa voix ? » S’entendit-il dire malgré lui.
       
Le vétérinaire n’allait pas laisser passer une aussi belle occasion. Il poussa la sollicitude jusqu’à proposer au bonhomme l’aide de son assistante pour transporter l’oiseau en cage, lui offrit gracieusement deux paquets de nourriture spéciale, l’assura de sa totale disponibilité pour lui prodiguer les conseils adéquats et lui consentit une remise sur son tarif habituel.
      
Abel savait à l’avance où nicherait Myrtille. Il fallait à la belle déplumée un endroit clair et ensoleillé. Il fallait à Abel un endroit facile à nettoyer. Le vétérinaire avait été précis et n’avait pas caché que l’oiseau adorait disséminer tout azimut sa nourriture hors de sa cage. La salle de bains disposait d’une exposition plein sud et d’une desserte désertée des parfums et poudres de riz de madame Beaujour qui ferait un excellent reposoir. 
      
Lorsque l’installation fut finie, Abel songea au cantique de Noël. Il souleva le couvercle de sa vieille chaîne stéréo, vérifia le diamant de la platine et posa le bras sur la petite surface lisse séparant les morceaux, en prenant soin de monter le volume du son assez fort pour que l’oiseau l’entende. Des les premières mesures, il ferma les yeux et émit son vœu. Dans la salle de bains, le bec orangé se glissa sous une aile et vaincue par l’émotion, Myrtille rêva de sa lointaine forêt indonésienne. 
 
   
 
 
           

à suivre.... 


Pour accéder aux précédents chapitres, il suffit de cliquer dans la colonne de droite "Catégories": Contes et nouvelles

Partager cet article

Repost 0

commentaires

ced 02/12/2007 11:24

on retrouve des champs lexicaux qui te sont chers...ornitologie quand tu nous tiens...le "Grand Tetras" ..déjà vu quelque part!!! le tout est une nouvelle fois super cohérent tant au niveau du rythme , de la tonalité que de la chaîne factuelle...Nos yeux et coeurs sceptiques  pétillent  finalement tous azimuts.....ti'te taquinerie...file au 16....

Alaligne 02/12/2007 11:40

Des fotes... il en reste plein...n'hésite pas à me les signaler... j'ai beau me relire... j'en laisse toujours passer... plus je me relis... moins j'en vois... une calamité!!!

Chuipala 23/11/2007 23:14

Je pense à ton travail et à cette tonne de tendresse qui est la tienne.

Alaligne 24/11/2007 11:09

fais de beaux rêves ma belle... 23heures14!!! Il est temps d'aller au dodo... te chante une berçeuse... et t'embrasse

Motdit 23/11/2007 12:52

je retrouve des réflexe d'enfance où je m'enterdisais de lire trop vite tant je regrettais par avance d'arriver à la fin d'une belle histoire...tu as du talent....

Alaligne 24/11/2007 11:02

Alors là... j'adore... et encore aujourd'hui il m'arrive de faire traîner un livre que j'aime particulièrement... Tu ne pouvais pas me faire plus plaisir......

cyril 21/11/2007 16:23

Aprés Abel, un nouveau personnage de la Bible se dessine... il ne manque plus que son arche. Quel grand coeur cet Abel! Belle imagination et quelle trouvaille cet oiseau! Bises

Alaligne 22/11/2007 16:27

Il a aussi ses limites... je pense que tu le découvriras bientôt... je ne veux pas en faire un personnage hors du commun... Il y a dans la "banalité" plus de choses parfois à tirer (dans l'écriture) que dans l'exceptionnel... c'est du moins mon sentiment... ;)... Bises à toi...

L'Oeil regardait cahin-caha 21/11/2007 12:18

En tout cas, c'est au minimum la nouvelle arche de Noé...

Alaligne 22/11/2007 16:21

avec deux animaux... on en est encore loin... ;)

Piotr Goradd 21/11/2007 10:56

Peut-on imprimer ce calendrier à Dix milliards d'exemplaires ? Nous avons trouvé la nouvelle bible !En fait c'est ton texte en entier (siou plaît) qu'il faudrait éditer à ce tirage ! Une merveille de sensibilité aussi beau à lire qu'à imaginer...Merci Ma Lilas.... Je savais...BBB EBPE..........................Piotr, homme éditeur

Alaligne 22/11/2007 16:20

je te prends comme agent commercial-éditeur-mécène.......... no pb et à dix milliards, j'arrête la grapho... sûr et certain... T'embrasse mein Piotr

Aux éclats ! 20/11/2007 18:15

Un épisode très gai et visuellement plaisant : le chien, l'oiseau, les 33 tours, la neige ...J'aime qu'Abel ait récupéré cet oiseau, on sent qu'il prend plaisir à prodiguer des soins, même à se sentir débordé. Je reste toujours troublée que cet homme ne ressente pas d'angoisse face à l'accumulation des voeux. Il a vite trouvé la solution au dernier mais le challenge pouvait sembler très difficile ...Mais c'est son tempérament finalement et j'ai trop tendance à me projeter ...

Alaligne 21/11/2007 10:22

Pourquoi de l'angoisse??? De la curiosité, des doutes surement, mais si Abel a une âme (cachée) d'enfant... de l'angoisse.. je ne crois pas... ça c'est un sentiment d'adulte face aux responsabilités...dictées par le calendrier... t'ai-je répondu? bises ma belle

Baggins 20/11/2007 17:49

Toute la magie de Noël, on attend la suite. Bisous Cath ;)

Alaligne 21/11/2007 10:20

Moi aussi... MY Lord... mdr...... hénaurmes bisous...

LUCQUIAUD 20/11/2007 17:41

Si ça continue ainsi, Abel va devenir le véritable bon père du petit peuple, à poil, à plumes et à deux jambes ... Autour de lui tous les éclopés peuvent attendre le Ssalut ...Les anges dans nos campagnes peuvent donner de la voix , lui  les domine par sa prière en faveur des indigents ... Bises des farfadets

Alaligne 21/11/2007 10:17

Je sens que tu vas finir par en faire un Saint... et le canoniser avant la fin de l'histoire... mdr...Bises aux Farfadets