Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ecritures à la loupe
  • Ecritures à la loupe
  • : Présenter des écritures manuscrites d'écrivains célèbres avec une étude graphologique, des comptines pour enfants, l'un de mes romans et beaucoup de mes coups de coeur, voilà l'objectif de ce blog. J'espère que vous vous y sentirez également chez vous...
  • Contact

Mes romans

histoire

  couv-pour-OB.jpg




15 novembre 2007 4 15 /11 /novembre /2007 17:11


Image Hosted by ImageShack.us

Le calendrier de l’Avent
Contes et nouvelles

(12)  Où Abel Beaujour fricote avec la justice

 
Abel se leva d’humeur maussade. Quatorze jours le séparaient encore de Noël et quatorze jours, cela voulait dire quatorze vœux supplémentaires. Là où beaucoup rêveraient d’avoir à portée de main un calendrier magique ou un bon génie exauçant tous leurs souhaits, Abel se montrait de plus en plus septique. Il avait réfléchi à la soudaine réapparition des livres de Paul Démère dans la librairie de monsieur Tellier mais surtout au fait qu’il ne s’agissait nullement d’un miracle mais d’une décision mûrement pensée et programmée par Gontran de la Perronière. Les dossiers contenant les décisions du conseil municipal, il les avait épluchés sur les huit derniers mois, la veille au soir après dîner. Effectivement, dans l’un des compte-rendus datant du mois de juin, il trouva la trace de la subvention et d’un contrat avec un éditeur régional. Cette réunion, il n’avait pas pu y participer car ce jour là, il était souffrant.
       
 En revanche, certains de ses vœux lui causaient aujourd’hui bien des désagréments. La haine du maire en était le point culminant. Les sorties de Filou, les jours de pluie, à côté de cela n’étaient que broutilles. Il se demanda avec inquiétude si la responsabilité du suivi scolaire d’un cancre récalcitrant ne serait pas à terme une croix bien plus lourde à porter sur ses épaules. Il souhaita avec un peu de honte que les parents du gamin refusent de lui confier cette mission. Il avait fait le vœu de se montrer patient et pédagogue avec l’enfant et regretta de ne pas avoir formulé un souhait moins personnel, à savoir que l’élève trouve seul le chemin de la culture. Perdu dans ses idées peu optimistes, il avala son bol de café tiède et manqua d’ardeur pour finir les mots croisés du journal. Même les définitions tarabiscotées du cruciverbiste finirent par l’énerver. Il jeta un coup d’œil négligent sur le cotonéaster qui continuait à hiberner, et c’est avec le plus grand manque de conviction qu’il appela Filou pour l’ouverture du réceptacle numéro dix. Ce qu’il lut, ne lui remonta guère le moral :
       
« Bien le bonjour. Voici exactement un siècle, une docte Assemblée votait la déclaration des droits de l’homme et du citoyen. Il est indispensable qu’en cette période de recueillement et d’ouverture de votre cœur sur le monde, ce dixième vœu s’adresse à une personne ne bénéficiant pas de l’un des droits naturels et imprescriptibles dont chacun peut se prévaloir. Est-il encore besoin de vous préciser que la sagacité de votre choix et la qualité de votre motivation sont déterminants quant à la réalisation de votre vœu. Citoyennement vôtre. Le calendrier. »
          
Si le port du bonnet phrygien correspondait plus à la sensibilité d’Abel que celui de la soutane, la référence égalitaire et civique du calendrier le laissa un instant pantois. Il n’était pas dans sa nature de monter au créneau pour défendre la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l’oppression. Le grand-père Emile avait fait en son temps un choix, mené des combats, mais depuis sa disparition, la veine révolutionnaire et civique s’était diluée chez les Beaujour dans des arrangements tout autant personnels que politiques. Plus modéré et centriste que l’ancêtre, plus attaché à sa propre sécurité qu’à celle des autres, Abel contemplait le bout de papier avec circonspection. Pourtant dans cette consigne, il y avait un élément troublant. On était bien le dix décembre, et le dix décembre était la journée des droits de l’homme. Cela, un calendrier fabriqué en 1889 ne pouvait le deviner. Sauf si… Abel n’osa pas aller plus loin dans la déduction.
         
Au moment de se vêtir, une idée vint enfin le dérider. S’il devait s’habiller, au moins devait-il faire un choix révolutionnaire. Cela lui convenait à merveille, car Girondins et Montagnards étaient gens de goût, précieux dans la mise, raffinés dans l’apparence. Il hésita entre un costume bleu en hommage à Robespierre et un pantalon gris de perle, un gilet blanc sous une veste chamois très Saint-Justiniens. Eu égard au gel sévissant depuis deux jours, Robespierre l’emporta. Il restait maintenant à trouver une personne digne de ce vœu civique. Si tous les êtres humains naissaient libres et égaux en dignité et en droits, s’ils étaient doués de raison et de conscience et devaient agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité sur le papier et dans les textes, sa bonne ville natale abritait certainement une personne prouvant le contraire. Abel avait sa petite idée…          
        
En empruntant avec le petit fox la rue des Cordeliers, il s’arrêta devant la plaque d’une étude d’avocats. Maître Barbot siégeait au conseil municipal et lui vouait une amitié cordiale. C’est donc sans rendez-vous qu’il réussit à franchir le purgatoire du secrétariat et obtenir du bêcheur un court entretien.
         
Abel alla droit au but :
         
« Philippe, as-tu parmi tes clients, une personne ayant à se plaindre d’une forme quelconque de mauvais traitement ou de propos dégradants ? »
 
« Abel, mon vieil Abel… Tu me feras toujours rire toi…Quel énergumène ! Tu te pointes dans mon cabinet sans rendez-vous pour me poser une question d’une naïveté telle que je me demande dans quel monde tu vis ? » répondit Maître Barbot en se balançant dans son fauteuil de cuir noir.
         
« Sur la table derrière toi, parmi les dizaines de dossiers qui y sont entassés, il y a au moins cinq affaires ayant trait à de mauvais traitements. Ce n’est pas parce que nous habitons une petite ville de province que nos délicieuses chaumières ne couvent pas du sordide, du lâche sous ses couettes molletonnées. »
         
« Et parmi ces affaires… excuse-moi d’insister… y-en a-t-il une qui soit particulièrement révoltante ? » 
         
« Mettre du degré dans l’abject, ce n’est pas mon genre et ce ne serait pas très professionnel. Mais si tu veux mon sentiment personnel, j’ai le cas d’une jeune fille d’origine maghrébine, employée à tout faire et lorsque je dis tout, tu m’auras compris aisément. »
    
« Je peux connaître son nom ? » Risqua Abel.
    
« Affaire en cours, jeune fille mineure, secret de l’instruction.. Désolé mon vieux… je ne peux pas t’en dire plus. Et d’ailleurs en quoi cela t’intéresse ? »
         
« Je voulais me rendre utile, du moins financièrement…Je connais tes honoraires » ajouta Abel d’un air entendu. 
 
L’argument déclencha chez l’avocat un perceptible changement d’attitude. L’ami, un tantinet railleur, devenait l’homme âpre au gain qu’il n’avait d’ailleurs jamais cessé d’être. 
     
« Si tu me promets la plus entière confidentialité, je te permets de jeter un rapide coup d’œil sur le deuxième dossier de la pile de droite. Moi, pendant ce temps là, je vais me faire chauffer un café. Je t’accorde cinq minutes, pas une de plus, d’accord ? »
         
Abel était prêt à tout promettre… Il attendit que Maître Barbot ait refermé derrière lui la porte pour se précipiter sur le dossier. La seule lecture d’un rapport de police lui en apprit plus que sa sensibilité ne pouvait en supporter. Les poings serrés, il ferma les yeux et formula son vœu. Lorsque cinq minutes plus tard, l’avocat réapparut, tenant à la main une tasse de café fumant, Abel avait déjà sorti son chéquier.
          
Les heures qui suivirent furent pour Abel d’un grand réconfort. Si le calendrier n’avait pas de pouvoirs magiques, son compte en banque en aurait de bien plus conséquents. Il avait retrouvé le sourire et un tranquille optimisme quand le téléphone sonna. A l’autre bout du fil, une Madame Leboeuf au comble de l’excitation lui annonça la nouvelle : Les parents du petit Cédric étaient d’accord… Le soutien scolaire démarrerait le jeudi prochain. Abel raccrocha, de nouveau accablé.
         
Maugréant et pestant à la perspective d’avoir un âne bâté en cure d’alphabétisation à domicile, c’est sans y prêter une réelle attention qu’il lança dans le salon, la balle de caoutchouc que Filou venait de lui apporter. C’est toujours inattentif, qu’il la relança lorsque le chien la lui ramena et la déposa à ses pieds.
   
 
 
           

à suivre.... 


Pour accéder aux précédents chapitres, il suffit de cliquer dans la colonne de droite "Catégories": Contes et nouvelles

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Pascaly 16/12/2007 13:01

Il es grand temps que je sois en vacances ... il me faudra du temps pour tout rattraper Pour toi Cathie, des gros .... ___♥___♥___♥___♥____ __♥_____♥_♥_____♥___ __♥______♥______♥___ ___♥___BISOUS__♥____ _____♥_______♥______ _______♥___♥________ _________♥__________ A RENVOYER A TES AMIS Pascaly

Alaligne 17/12/2007 10:30

Merci ma Pascaly... plein de gros bisous pour toi aussi... et vive les vacances!!!

bettina 07/12/2007 11:34

Parmi tous les sujets évoqués....il est bien senti que matière en connaissance et culture tu maîtrises...Bises

Alaligne 08/12/2007 10:56

c'est également un moyen d'éviter le côté purement narratif du récit... ;)Bises ma Bettina

ced 25/11/2007 10:53

Maître Philippe Barbot - Avocat au Barreau de Trucmuche-sous-Machin...en voilà un qui ferait vociférer Dame Becker dans son genre véreux et flagorneur..remarque.. il sert le café ..c'est déjà ça! Subtile référence à l'aieül centriste et modéré ..à cette rue des Cordeliers et joutes constitutionnelles de l'après 1789...en revanche il y a un hic! la Déclaration des droits... est votée et promulguée le 27 août..et donc ne peut figurer en rien dans un calendrier de l'Avent qui célèbre son centenaire...sinon historiette toujours aussi attrayante..je coure au chapitre suivant....

Alaligne 25/11/2007 13:03

Et bien non... il n'y a pas de hic....... lecture sans doute un poil superficielle... mais c'est déjà très gentil d'être venu lire la suite...

Piotr Goradd 16/11/2007 12:13

Soutien à Patrice, surtout ne jette pas ton calendrier au feu, nous te soutenons "petite" pour le bien que tu nous fais, pour ce délicat fumet d'espoir mijoté... Tu nous ouvres les yeux "petite" sur le monde en général et le monde littéraire en particulier... Je t'aime, nous t'aimons, ils devraient t'aimer pour ça.Magistralement écrit.BBB EBPE ...........................Piotr, humble homme

Alaligne 17/11/2007 11:22

La petite te remercie du fond du coeur Mein Piotr... C'est Abel qu'il faut aimer, moi je ne suis guère qu'une intermédiaire... Pour le style, c'est vrai que je me donne du mal... Faire simple et non simplet est le plus difficile en littérature...Je t'embrasse mein Piotr

LUCQUIAUD 15/11/2007 23:00

C'est un conte, il est vrai, contemporain, c'est ça qui est intéressant et qui nous parle directement, on est concerné par  les maux et les misères de notre temps ... Dans les contes , il y a toujours, des miséreux, des faibles, des petits, qu'un autre "petit" mais à la grande noblesse d'âme vient secourir, animé que par de belles et justes intentions... C'est cela qu'on aime et que, pour un moment, de véritable bonheur , on subtitue à la réalité quotidienne ...Je suis comme un grand gamin à lire ces lignes qui font du bien , quelque soit l'issue de ce conte . Le plaisir, ici, on le prend dans l'action de cette histoire  ...Surtout ne pas jeter le calendrier au feu ... Il est trop celui-là ... lol  ....Merci Catherine et plein de bisous des farfadets

Alaligne 16/11/2007 10:35

J'adore te faire "retomber" en enfance et pas que toi d'ailleurs... Conte contemporain certes ... je ne suis guère douée pour remonter le temps avec ma plume. J'espère que le plaisir n'est pas que dans l'action ;) j'essaie à ma manière de faire passer quelques modestes messages...Merci Patrice pour ta fidélité à Abel...

Chuipala 15/11/2007 20:59

Aaaaaaaaaaah mais il voit pas que Filou à recouvré la vue ? Il faut lui dire maintenant Cathy.. Il faut lui dire...

Alaligne 16/11/2007 10:31

Et OUI....... le plus "aveugle" des deux n'est pas celui auquel on pense en premier... Quelqu'un va peut-être se charger de le dire à Abel... ;)

Aux éclats ! 15/11/2007 20:37

Attention le conte glisse imperceptiblement vers l'enquête graphologique ...Le maire serait -il le tortionaire de cette jeune personne ? Hum hum ...

Alaligne 16/11/2007 10:28

ça te plairait bien espèce de sadique.... hum, hum... mdr lol

simseur 15/11/2007 19:50

blog trés original, bonne continuation;-)

Alaligne 16/11/2007 10:26

merci Simseur

cyril 15/11/2007 19:30

Visiblement ce calendrier n'apporte pas que des bonnes nouvelles à Abel... mais cela le sort décidément de son train train journalier. Faire le bien autour de soi n'est pas de tout repos, loin de là. Espérons qu'il ait de bonnes surprises tout de même par la suite. bises cathy

Alaligne 16/11/2007 10:25

Il y en a qu'il ne "voit" même pas.... tsssssssss cet Abel... plus aveugle que celui qui ne veut pas voir...Bises Cyril et merci... :0010: