Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Ecritures à la loupe
  • : Présenter des écritures manuscrites d'écrivains célèbres avec une étude graphologique, des comptines pour enfants, l'un de mes romans et beaucoup de mes coups de coeur, voilà l'objectif de ce blog. J'espère que vous vous y sentirez également chez vous...
  • Contact

Mes romans

histoire

  couv-pour-OB.jpg




5 novembre 2007 1 05 /11 /novembre /2007 14:46


Image Hosted by ImageShack.us

Le calendrier de l’Avent
Contes et nouvelles
 
(4) Où la rumeur et l'oubli partagent la vie d'Abel Beaujour
 

 
Dire que la première nuit de cohabitation entre Abel et Filou fut une lune de miel, serait une singulière erreur. Le chien, sans doute troublé dans ses habitudes, passa de longues heures à hurler à la mort, empêchant Abel de trouver le sommeil. Au bout d’une dizaine d’allers et retours entre la chambre à coucher et le salon, le bonhomme à bout de paroles et de caresses réconfortantes, à bout de nerfs également, prit une couverture de laine et vint s’installer dans le fauteuil près de l’animal pour apaiser son angoisse. A peine fut-il endormi que le chien en fit de même. Au réveil, un lumbago lui poignarda le dos des reins. C’est plié en deux, ne pouvant à peine se déplacer qu’il prépara son petit déjeuner et la gamelle du chien. Dans ces conditions, la promenade matinale promettait d’être pénible. Abel fouilla dans sa pharmacie à la recherche d’anti-inflammatoires, doubla la dose normale et compléta la médication par trois cachets d’aspirine. La douleur n’était pas encore calmée qu’il passait déjà mentalement en revue les tâches habituelles du mardi.
     
En dehors de la nécessité de se rendre chez le teinturier pour y déposer son pardessus maculé de traces de pattes de chien et de bave, il devait aller avant onze heures trente à la bibliothèque de la ville rendre un livre emprunté, rentrer chez lui manger, mettre un peu d’ordre dans un dossier qu’il devait présenter à la prochaine réunion du conseil municipal, puis s’occuper de la collection de timbres qui était sa fierté. A ces occupations, il lui fallait maintenant en ajouter deux : faire un vœu et sortir le chien. Le mieux, raisonna-t-il, était de commencer par le vœu, car celui-ci risquait peut-être de chambouler son emploi du temps. Il découpa le chiffre trois avec autant de soin que les précédents et prit connaissance du message.
 
«  Votre confiance nous honore. Ce troisième vœu doit sortir de l’oubli un artiste dont le talent, la production, la qualité du travail sont particulièrement remarquables et prolifiques. Nous nous permettons d’insister sur la pertinence des critères de vos choix pour rendre la réalisation de ce vœu efficiente. Sincères salutations, Le Calendrier. PS : Bonne chance ! ».
 
Abel réfléchit que si l’artiste était oublié de tout le monde, il y avait fort peu de chances que lui-même s’en souvienne. Sa vie très prosaïque, faite d’un travail d’ingénieur au gaz de France, ne lui avait guère donné l’occasion de côtoyer l’univers des saltimbanques. Le fait d’habiter une petite ville de province avait limité les occasions de sorties à une époque où la mode des tournées n’était pas encore ancrée dans la culture de son pays et que les villes ne disposaient que rarement de salles pour y recevoir des chanteurs et des troupes de théâtre. Quant à monter à Paris pour se régaler d’un spectacle, madame Beaujour y avait toujours opposé un veto formel justifié par le coût et la longueur du déplacement. Un argument auquel Abel s’était rendu toujours de bonne grâce tant la perspective de perturber sa vie réglée à l’avance par des déplacements jugés superflus lui était désagréable.
   
La difficulté de trouver un candidat au vœu risquait fort d’être insurmontable. Ce serait sans doute là que s’arrêterait l’aventure du calendrier, car Abel était intimement persuadé que le fait de sauter un souhait mettrait un terme à l’expérience. La déception se lisait sur son visage. Certes le calendrier n’avait pas donné de résultats probants, mais il gardait au fond de lui l’espoir d’un possible miracle. Filou commençait à s’agiter dans son panier d’osier, signe qu’il était temps de l’emmener en promenade. Abel jeta un œil par la fenêtre du salon, puis sur le thermomètre extérieur : temps nuageux, pas de pluie, dix degrés, des conditions somme toutes plutôt favorables. Il s’apprêtait à prendre la laisse du chien lorsque la sonnerie du téléphone retentit. Abel décrocha et une onde de frayeur lui descendit le long de l’échine : Benoît Champlain était au bout du fil…
         
«  Salut Abel ! Bon, je t’appelle mon vieux, parc’que dimanche dernier j’ai un peu pété les plombs. Faut pas m’en vouloir, mais bon Dieu t’a fait tout ce qu’il faut pour me foutre en colère. T’as joué comme le dernier des nazes. Se faire éliminer d’un tournoi dès la seconde partie, j’peux pas y croire, d’ailleurs, j’y crois toujours pas… Allô! T’es là ? »
             
Abel avala péniblement sa salive. L’oreille tendue au téléphone, il avait redouté que son ami ne profère ses habituels « tu vois » et ses « voilà » mais pour l’instant pas une seule de ces expressions n’avait transpercé ses tympans.
             
« Oui Benoît, je t’écoute. Je suis heureux que tu m’appelles. C’est moi qui aurais dû le faire. J’ai failli hier, mais il m’arrive plein de choses en ce moment et excuse-moi, j’ai repoussé mon coup de téléphone à plus tard. Je suis sincèrement désolé pour dimanche. Je n’étais pas dans mon assiette. »
« Bah! T’excuse pas mon vieux, ça peut arriver à tout le monde. Je me faisais du souci pour toi. C’est vrai que je t’ai trouvé franchement bizarre. T’as un problème ? ».
« Un problème, non, un fil à la patte, oui. Je viens de récupérer un vieux chien dont le maître devait se séparer avant un départ professionnel à l’étranger. Ou je prenais le chien chez moi, ou bien, il le faisait piquer » répondit Abel toujours aux aguets.
« Un chien ! Toi ! Ca c’est la meilleure ! Pardon de rigoler, mais je ne t’imagine pas du tout affublé d’un clébard… »
« Il y a trois jours moi non plus. Heu! … Benoît… Juste une petite question… Tu ne connaîtrais pas par hasard, un artiste dans le genre chanteur, acteur ou je ne sais pas, écrivain, plein de talent et que pourtant tout le monde ou presque aurait oublié ? ».
« Ha ! Ha ! … T’as qu’à ouvrir ta télé et regarder les variétés, c’est bourré de jeunes qui pensent décrocher la timbale en fredonnant une chansonnette et pouf ! Une semaine plus tard… Oubliés… »
« Non, sérieux, Benoît… Une personne qui a eu des années de gloire… »
« Ben, je sais pas moi. Tiens… P’ête le Démère, celui qui a sa statue et son square. J’sais que c’est un poète, mais j’ai jamais rien lu de lui ».
       
Abel s’en voulut de ne pas y avoir pensé plus tôt. Un homme auquel on élève une statue et auquel on donne son nom à un square ne pouvait être qu’un auteur exceptionnel.
         
« Tu as raison Benoît. Démère, bien sûr… Pour revenir au tarot, tu m’acceptes quand même vendredi pour la partie à cinq ? »
« Tu crois quoi ? Que ton vieux pote va te laisser tomber ? Tu vois Abel, y a des fois … Tu vois, tu me fais de la peine… Voilà… »
« Pas autant que moi » murmura Abel désappointé.
          
Il raccrocha après avoir salué son ami, mais le désarroi qui l’avait saisi à l’écoute de la dernière phrase prononcée par celui-ci se nuança d’une pointe d’espoir. Sur la totalité de leurs échanges, Benoît n’avait craqué que trois fois. Un véritable record dans la bouche de ce grand impétrant du tic linguistique. C’est donc le cœur plus léger qu’il attacha Filou à la laisse, mit le livre emprunté à la bibliothèque dans un sac en plastique et prit son pardessus sur un bras.
          
«  Allez le chien, on va faire une petite balade. Etant donné que l’on doit faire un tour à la bibliothèque, on va en profiter pour découvrir ce que ce Paul Démère a écrit dans sa vie. Après on rentre à la maison et on se fait un bon déjeuner, bien arrosé. Si tu es bien sage je te donnerai la moitié de ma part de Saint-Marcellin ».
          
Il entama son périple matinal en prenant soin de ménager le petit fox, de lui réserver des arrêts sur le chemin de la teinturerie. Arrivé à destination, il attacha Filou à l’une des bornes anti-stationnement en fonte qui poussaient comme des pissenlits un jour de pluie depuis que le maire s’était découvert une passion pour l’écologie et pour un centre-ville dépollué de ses véhicules. Il dut subir les quolibets du teinturier tant sur l’état du pardessus que sur son « exploit » au tournoi de tarot. La rumeur selon laquelle il avait perdu les pédales pendant cette matinée fatale avait déjà fait le tour de la ville et enflammé les esprits. Abel n’eut cure de lui répondre car il savait que rien ne changerait rapidement l’opinion du commerçant. Vers onze heures il était enfin arrivé à la bibliothèque et dut à nouveau trouver un endroit pour attacher Filou. Là encore, une borne fit l’affaire. Madame Gonzales, la bibliothécaire l’accueillit avec bonne humeur. Elle devait bien être la seule à ne pas être au courant de sa mésaventure. Il lui rendit le roman emprunté et s’enquit d’un ouvrage de Démère.
              
« Hou là ! Monsieur Beaujour… Démère ? Oui, cela pour sûr, des ouvrages on en a. Deux rayons entiers de recueils de poèmes. On les garde parce qu’il est né ici, mais franchement, foi de bibliothécaire, depuis quinze ans que je m’occupe de cette bibliothèque, vous êtes bien la première personne à vous y intéresser. »
« Et ils sont où, ces ouvrages ? » demanda Abel.
« Dernière rangée du fond, rangée du bas, ceux avec le sticker vert. Classement poésie. Vous pouvez en prendre autant que vous voulez des Démère, ils ne risquent pas de manquer à grand monde. Il paraît qu’il faisait partie des parnassiens. Mais bon, moi je n’y connais pas grand chose en poésie. Je préfère les romans d’amour» ajouta-t-elle les yeux légèrement brillants.
             
Abel la remercia poliment, se rendit à l’endroit indiqué, feuilleta quelques pages du poète et saisi d’une  inspiration soudaine préleva autant de livres que son sac pouvait en contenir. Il signa ensuite le bon d’emprunt sous le regard dubitatif de madame Gonzales.
           
Le retour au bercail se fit à petite allure. Abel ressentait des élancements dans le bas des reins et le fox commençait à boiter. Une fois rentré, il reprit deux cachets d’anti-inflammatoire et deux aspirines. Filou, un peu plus tard eut droit à la demie portion de Saint-Marcellin. La table à peine desservie, Abel oublia le dossier qu’il devait étudier et mettre en ordre pour se plonger dans l’univers du rimailleur. Vers cinq heures du soir, alors que le jour tirait sa révérence, il ferma les yeux et formula un vœu. Un long et sourd glapissement s’échappa du panier en osier.
 
 

           

à suivre.... 


Pour accéder aux précédents chapitres, il suffit de cliquer dans la colonne de droite "Catégories": Contes et nouvelles
 
         
Partager cet article
Repost0

commentaires

Pascaly 02/12/2007 22:12

J'ai encore un peu de temps , je continue..  Pascaly  

Alaligne 03/12/2007 10:47

Pourvu que ce texte te fasse faire de beaux rêves... ;)

alain munsch 27/11/2007 19:30

cela se lit toujours aussi facilement et l'on se délecte à chaques mots de cette...aventure...n'ayons pas peur des mots!

Alaligne 28/11/2007 12:24

merci alain de rester fidèle au calendrier...

Muad' Dib 17/11/2007 16:46

Tu vois, le calendrier permettra sans doute de réhabiliter les oeuvres de Paul Démère et sa mémoire.Mais plus le temps passe et plus j'aimerais faire la connaissance de ton héros si attachant.Un nouveau déf à réaliser peut être ...Bises,

Alaligne 18/11/2007 10:47

Et moi, j'aimerais tellement que tu trouves sa statue et en prenne une photo... pour ton musée à ciel ouvert...

ced 10/11/2007 18:04

subtil et intelligent...suite qui tient toutes ses promesses et nourri mes espérances...potentialités-plagiat..aime bien la "rimaille" des "rimailleurs"...coup de foudre pour la création de toute-pièce (peux pas m'la faire..j'ai eu en hypô l'uns des spécialistes français du Parnasse) de ton Démère parnassien..pourquoi pas né à Epernay? et subtil aide de camp de Sully-Prudhomme, Coppée? tu pourrais créer l'itinéraire du type et ça c'est génial..mais bon ! peut-être déjà fait? Abel et Filou deviennent deux compères épatants et touchants...

Alaligne 11/11/2007 10:59

s'il ne s'agissait pas d'une "nouvelle"... je pourrais sans doute me prêter à ce jeu... mais j'ai déjà calculé que ce conte ferait dans les 70 à 80 pages... ce qui est déjà beaucoup... Pour Démère, tu connais mon souci de réhabilitation d'anciens poètes. J'ai imaginé celui-ci pour ne pas faire de jaloux... ;)

Chuipala 07/11/2007 16:40

Bon Chuila toujours... Je me pose une question comme tout le monde moi. N'est-ce pas nous qui réalisons nos voeux à force de motivation ? Nous verrons bien...

Alaligne 08/11/2007 11:51

Mais tu n'es pas tout le monde... toi... Cela dit j'aime beaucoup ta question ;)

Aux éclats ! 07/11/2007 12:15

C'est tout à fait jouissif pour le lecteur que ce personnage soit bousculé dans sa petite vie bien réglée ...Jusqu'où vas-tu aller ?? J'aurais peur à ta place de me laisser aller à mon penchant sadique naturel ...

Alaligne 08/11/2007 11:48

Toi... sadique?????? Je vais commencer à me méfier la miss... Plaisante... mdr... t'embrasse Karine

Piotr Goradd 06/11/2007 11:39

Je te jalouse, je n'y peux rien, c'est plus fort que tout, et je me méprise de te jalouser. Quelle brillante idée as-tu eu là !! Un pur bonheur, une joie sincère comme celle qui germe dans le coeur de ton héro... On se surprend de guetter les premiers signe de la magie du calendrier.Et quelle classe dans la narration, quelle précision ! J'aurais tant voulu avoir cette idée, mais qu'en aurais-je fait ?! Honte sur moi...Merci LilasBBB EBPE .........................Piotr

Alaligne 07/11/2007 10:25

Quel plus grand bonheur pour une écrivaillonne d'être jalousée par un écrivain...? Continue Mein Piotr.... cela me fait plaisir...

sam 06/11/2007 10:06

j'adore te lire et comme toute rumeur, elle court elle court mais finiras par s'éssouffler lol bisous

Alaligne 06/11/2007 10:41

C'est ce qu'Abel pense... mais a-t-il raison? ;)... Merci pour tes visites Sam. T'embrasse 

LUCQUIAUD 05/11/2007 19:00

Ah, j'adore Catherine , ça sent bon la vie simple  , la vie provinciale , à petits pas , au petit trot d'un brave vieux cabot et d'un charmant bonhomme au pardessus maculé de boue mais qui suit son chemin  et son destin, certes, maintenant, moins ordinaire que d'ordinaire ...Bises des farfadets

Alaligne 06/11/2007 10:40

Et pourtant... il n'y a pas plus "parisienne" que moi...... ;)Bises à mes Farfadets

L'Oeil regardait cahin-caha 05/11/2007 18:36

En vers et contre tout, tirer le poète maudit de l'oubli, belle idée...

Alaligne 06/11/2007 10:39

En vers surtout, je suis d'accord avec toi...