Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ecritures à la loupe
  • Ecritures à la loupe
  • : Présenter des écritures manuscrites d'écrivains célèbres avec une étude graphologique, des comptines pour enfants, l'un de mes romans et beaucoup de mes coups de coeur, voilà l'objectif de ce blog. J'espère que vous vous y sentirez également chez vous...
  • Contact

Mes romans

histoire

  couv-pour-OB.jpg




10 juillet 2007 2 10 /07 /juillet /2007 09:18



L'élégance du hérisson de Muriel Barbery




Image Hosted by ImageShack.us










Comme d'habitude pour ce genre d'article, vous trouverez un rapide résumé du roman, des critiques littéraires et mes impressions personnelles:


Donc commençons par... le commencement avec un petit résumé

 

Renée, 54 ans est concierge du 7 rue de Grenelle, un immeuble bourgeois. Veuve, petite, laide, grassouillette, elle remplit à merveille sa condition de prolétaire inculte auprès des riches habitants de cet immeuble. Obéissant point par point à l'image que ses "patrons" attendent d'une gardienne, nul ne se doute (ni d'ailleurs ne se pause la question) que Madame Renée est une lettrée...
Durant 27 ans, elle a dissimulé sa culture, pour avoir la paix, jusqu’au jour où un nouveau propriétaire Monsieur Ozu - richissime Japonais la démasque et l'invite à dîner.
L' âme soeur inattendue de cette concierge hors normes, c’est Paloma, une petite fille de 12 ans, surdouée et malheureuse, qui voit l’absurdité de la vie, celle de ses proches : sa soeur normalienne, sa mère sous antidépresseurs, son père un peu lâche. Paloma habite le 7 rue de Grenelle et a décidé de se suicider le jour anniversaire de ses treize ans.

 

Les critiques littéraires:

La revue de presse Anne Berthod - L'Express du 23 novembre 2006

La surprise est jolie et le succès mérité pour cette enseignante en philosophie qui croque de si réjouissante façon les personnages et les situations...
Les plaisirs minuscules de l'existence, ces instants parfaits où, parfois, tout bascule, Barbery les saisit avec la nostalgie atemporelle d'un Marcel Proust et la fraîcheur d'un Philippe Delerm. Drôle, intelligent et servi par une langue mélodieuse, ce conte philosophique a quelque chose de japonais : gravement léger, aérien comme un haïku


La revue de presse Jacques Nerson - Le Nouvel Observateur du 23 novembre 2006
Dire que Muriel Barbery est douée serait rester en dessous de la vérité. Elle est comme l'orgue, un orchestre à elle seule. Capable de faire entendre les jeux les plus variés, l'érudit, le bouffon, le moqueur, l'ému, le polémique, le truculent... Elle a un humour dévastateur. Plus rare encore, le sens de l'inattendu. On pleure de rire en la lisant. Et ce n'est que son deuxième roman. Si elle est, à 37 ans, capable d'une telle virtuosité, que sera-ce demain ?

 

Mes impressions:

Passant après de tels éloges et n'oubliant pas que ce roman a reçu cette année le Prix des libraires, je me sens un poil embarrassée pour vous livrer quelques réflexions qui n'engagent bien entendu que moi...

Pourquoi, me direz-vous un tel embarras?

Je me lance:

J'ai quitté ce roman sur une étrange et double impression. D'une part, le sentiment d'avoir pris un plaisir, que je ne bouderai pas, à lire des lignes souvent cocasses, des traits bien ajustés en direction d'une cible toute trouvée et d'autre part, un voile d'ennui et de frustration.

J'ai essayé d'en analyser le pourquoi:

1/ L'aspect manichéen du roman: Aucun des personnages n'a de crédibilité. Tout n'est que caricature. OK, c'est un choix de l'auteur, parfaitement respectable, mais qui me semble oter de l'intérêt et de l'impact au récit.

2/ Les disgressions philosophiques: Si vous ne connaissez pas le phénoménologue Hurssel, c'est bon, vous pouvez vous attarder sur trois chapitres entiers du roman. OK, Muriel Barbery est, il me semble, agrégée de philo et a raison d'essayer de nous rendre plus cultivés, plus intelligents, mais dans le style, "Le Monde de Sophie" est nettement plus réussi.

3/ Les références culturelles: En gros, retenez Tolstoï pour la littérature et Ozu pour le cinéma. Point commun entre les deux: le thé... Bon OK, je plaisante, mais à moitié seulement... Du chat de la concierge qui s'appelle Léon, non par référence à Luc Besson, aux multiples cérémonies de la tasse de thé dans la loge, on baigne dans un univers impérial, devenu le nec plus ultra de cette harpie de concierge. Car, oui, je l'écris, cette Madame Renée a peut-être beaucoup lu, vu et revu un nombre impréssionnant  de fois les films d'Ozu, mais il lui manque quelque chose... quelque chose d'humain...
Au passage, si j'ai vraiment aimé la conclusion finale, pensant naïvement à une trouvaille d'auteur, quelle n'a pas été ma "frustration" de constater qu'il s'agissait en réalité d'un détournement d'une très belle phrase de "Guerre et Paix".


4/ A force de dénoncer un monde de "bobos"... j'ai trouvé ce roman, la quintessence du "boboisme".


J'ai aimé la construction du roman, des passages entiers que je vous incite à découvrir... mais bon... à vous de vous faire votre propre opinion...

Et, tenez-moi au courant ;)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Curieuse 28/08/2007 14:50

Voilà, j'ai profité de mes longues heures d'attente à l'aéroport pour le lire. J'avoue que mon sentiment général est plutôt positif, ayant trouvé que l'élégance ne concernait pas que le titre mais qu'on pouvait la retrouver dans l'écriture. Les personnages, notamment cette concierge à la fois cultivée et corvéable à merci par les habitants de cet immeuble me laisse tout de même perplexe. Tout comme toi, je me suis un peu ennuyée sur certains passages.La fin arrive comme une évidence, le tout était de savoir comment...J'ai tout de même apprécié ce roman et semble-t-il, je ne suis pas la seule car plusieurs personnes partageaient la même lecture que moi en salle d'embarquement (eh oui, en bonne curieuse, je ne peux m'empécher d'épier ce que lisent les autres...).

Emeraude 03/08/2007 19:58

ça y est, j'ai lu ! je me souvenais assez bien de ta critique mais pas des détails et tu verras qu'en fait, on est complètement d'accord :-)pour mes impressions, rdv chez moi ;-)

Curieuse 24/07/2007 01:00

Bon, j'ai enfin trouvé deux minutes pour passer à la FNAC cet après-midi l'acheter (ainsi que le dernier Nothomb bien évidemment)....Un long trajet en train m'attend mercredi, je vais pouvoir le savourer... Mes petits commentaires sur ma lecture à mon retour, promis.Je t'embrasse

Alaligne 25/07/2007 11:39

J'attends avec impatience tes critiques... Je t'embrasse

Aux éclats ! 12/07/2007 12:24

Ma plus grosse critique concerne l'écriture : je trouve que son livre sent le travail. On dirait qu'à chaque phrase elle nous dit "vous avez vu comme je sais faire de belles phrases à la fois intelligentes et drôles"...Donc un peu de poudre aux yeux parfois avec quelques ratages...C'est vrai qu'on est pas toujours au coeur du personnage (comme avec Dostoievski par exemple ouTolstoï  ou plus récemment Ensemble c'est tout !) parce que ses personnages sentent trop la construction. MAIS ce livre me réjouis quand même !!!! Je prends beaucoup de plaisir à le lire !!! J'aime beaucoup le moment où elle se vend en citant Tolstoi et que Mr Ozu termine sa phrase. Enfin, je ne suis pas gênée par le côté surréaliste des personnages du moment qu'ils gardent leur cohérence jusqu'au bout ...On verra ...

Curieuse 12/07/2007 11:54

Merci pour cet article qui me donne fort envie de lire ce livre. Je te tiendrai au courant de mes impressions mais je sens déjà qu'il va beaucoup me plaire.... Bonne journée Bella :0010:

Linda & picasso :0071::0079: 12/07/2007 09:24

Un coucou en passant ....sorry si a l'avenir je ne passe plus vu que je te voit plus jamais sur mon blog je suis une impulsive et donc je me lasse de faire les choses dans le vide ....je supose que simplement ce que j'écris ne t'interèsse pas ....on peut pas plaire à tout le monde prends soin de toi Bisoussss

BIDUDULE 12/07/2007 07:51

Merci pour tes conseils éclairés, comme toujours.Belle journée Cathy.

Muad' Dib 11/07/2007 23:09

Coucou Catie, une nouvelle idée de lecture à découvrir, mais quand vais-je pouvoir lire le dernier livre de la saga Dune écrit par le fils de Frank Herbert d'après les notes de son père ?Gros bisous,

l'Oeil regardait cahin-caha 11/07/2007 21:54

Entre tes réserves et les émotions d'Altaïr, mon coeur balance.Il me semble avoir lu une excellente critique dans une revue de cette planète (en plus de celles que tu as mentionnées).Cela va piquer ma curiosité à force...

vita 11/07/2007 21:01

ta présentation donne envie de lire ce livre..un titre pour cet étè,pouquoi pas ?VITA