Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Ecritures à la loupe
  • : Présenter des écritures manuscrites d'écrivains célèbres avec une étude graphologique, des comptines pour enfants, l'un de mes romans et beaucoup de mes coups de coeur, voilà l'objectif de ce blog. J'espère que vous vous y sentirez également chez vous...
  • Contact

Mes romans

histoire

  couv-pour-OB.jpg




18 avril 2007 3 18 /04 /avril /2007 08:46




Paul FORT (1872-1960)



Image Hosted by ImageShack.us



Qui ne connaît aujourd'hui "Le petit cheval blanc" ou "Le bonheur est dans le pré" mis en musique et chanté par Georges Brassens?

En chantant les vers de Paul Fort, Georges Brassens a rendu un bel hommage et un fier service à celui qui fut élu Prince des Poètes en 1912.




Image Hosted by ImageShack.us

  Georges Brassens et Paul Fort









Paul Fort  est né le 1er février 1872 à Reims.

A dix-sept ans, il fonde le Théâtre d'Art à Paris qui deviendra plus tard le célèbre Théâtre de l'Oeuvre. On y joua  les oeuvres de Marlowe, Maeterlinck, Mallarmé, Verlaine.

Grand ami de ce dernier, il fréquenta les plus grands écrivains et poètes de son temps comme Stéphane Mallarmé, Pierre Louÿs ou André Gide.

En 1897,  le premier volume de ses "Ballades françaises" est publié au Mercure de France. Le style de Paul Fort est un subtil mélange de prose et de vers mêlés. Le poète s'adresse à ses lecteurs dans une langue simple, voire limpide, sans effets inutiles.

En 1905, il crée la revue Vers et Prose qu'il dirige avec Paul Valéry et édite les oeuvres de Laforgue, Jarry, Apollinaire, Carco, Gide, Claudel, etc.

Il contribue également à "lancer" Montparnasse et rassemble autour de lui la fine fleur de la littérature française de cette époque. L'écriture pour le théâtre le tente et son goût prononcé pour l' Histoire le guidera dans le choix de ses sujets. Ses pièces regroupées sous le titre de Chroniques de France seront écrites dans les années 20: (Louis Xl, curieux homme, 1922; Ysabeau, 1924).

Maintes fois comparé à Villon et à Charles d'Orléans, il a su pourtant donner un "son" très personnel et unique à ses poèmes et à ses ballades.

Balladin donc et poète à l'exquise sensibilité, il savait également s'entousiasmer, rire et plaisanter en inventant d'innombrables calembours.

"P. Béarn dans son livre: "Paul Fort" (édité chez Seghers en 1963) a dit de lui: "Paul Fort est notre dernier trouvère"...

Attachons-nous maintenant à découvrir son écriture...













Image Hosted by ImageShack.us




Il s'agit ici d'une dédicace de 1948 du tome XI

des Ballades françaises et Chroniques de France:

Contes de ma soeur l'oie et de mon frère le Jars

Pour compléter cette dédicace,

 voici  un bristol de 1947 adressé au même destinataire







Image Hosted by ImageShack.us

Image Hosted by ImageShack.us







Tout est dit ou presque dans ses quelques lignes:

"Rêve... féerie... clarté spirituelle... gaulois et vigoureux bon sens....Tout recommencer comme si on avait 18 ans...


Le "poémier" de 76 ans n'a guère besoin d'un graphologue pour se connaître...


L'écriture au trait large, pâteux,  moiré dans sa texture, passant du gris pâle au noir renforcé, aux lettres juxtaposées avec rythme et vivacité sur le papier montre à la perfection que la nature de Paul Fort est une manière incroyablement exarcerbée  de sentir autant qu'une manière de dire.


L'hypersensibilité, l'émotion qui transparaît  à l'instant précis où la plume va laisser sa trace est vigoureusement dominée par une mise en tension sur une ligne bien tenue, des jambages particulièrement "encrés" dans le sol. Les "t" de la signature en forme de croix, les amorces stylisées et raides sur l'horizontale du "P" de Paul et du "F" de "Fort", les jambages parfois lourds et massués, illustrent l'enracinement du poète dans une culture du "terroir", une culture chrétienne sans aucun doute,  une volonté de rester concret et proche de ses origines.


La superbe jeunesse d'une écriture qui à l'âge de 76 ans ne laisse apparaître ni déformation, ni altération dans le cursus de son déroulement accrédite l'idée d'une vision toujours neuve et juvénile d'un monde qu'il perçoit sans idée préconçue, mais avec bonne humeur et ouverture d'esprit.


Paul Fort repose à Montlhéry dans sa propriété d'Argenlieu.







Pour terminer, voici un petit extrait (le début) de la "Chanson du poète immolé"

écrit en 1945, juste au sortir de la guerre:




Je n'étais qu'un petit poète - (si petit coeur chantant de si petit oiseau) - ils ont dit: Frappons à la tête, comme un boeuf ce poétereau

Je n'étais qu'un petit poète - (si petit coeur chantant de si petit oiseau) - ils m'ont nommé, dans leur défaite, bouc émissaire du troupeau.

Je n'étais qu'un petit poète - (si petit coeur chantant de si petit oiseau) - chantant la France en dueil, en fête, si bien, que pour eux c'était trop!

Je fus donc ce petit poète? - (si petit coeur chantant de si petit oiseau?) - comme un cerf mort, je suis la bête aux yeux plaintifs changés en eau.




Partager cet article
Repost0

commentaires

C
Coucou Cath, j'aime beaucoup son écriture :D je ne saurais dire pourquoi :D

bisous
Répondre
A
Peut-être que moi... je sais ;)...........
A
'salut,
des correcteurs bénévoles m'ont aidez a corriger mon texte, il est maintenant a ta disposition. Cependant,  si il reste des faute qui t'indispose , n'hésite pas a les corriger ;)
Répondre
A
merci Adonis... je te tiens au courant
L
Notre patrimoine littéraire est vaste, Paul Fort y prend une belle place parmi les grandes figures du genre dans le contexte du XX°. . Oui l'écriture est porteuse de civilisation et ceux qui écrivent sont les véritables messagers de l'Esprit . Ils soufflent sur nous cette bonne nouvelle. : La Nature, l'Univers , sont des livres  grand ouverts que nous devons rendre intelligibles et vivants en mots , en rimes , en chants , ainsi nous ajoutons notre joie à leurs existences ...
 Bel article, interressant   porté par une brillante analyse graphologique sans concession mais toujours positive ....
Bisous des farfadets
Répondre
A
Tu sais bien mon Patrice que je suis une éternelle optimiste... Gros bisous aux Farfadets
L
Paul Fort j'aime beaucoup, et ces derniers mots sont très beaux. Merci de tout ça, vraiment interessant. Et puis j'aime bien voir la "vraie" écriture des écrivains, souvent révélatrice.
A bientôt.
Répondre
A
C'est tout le thème de ma catégorie "alaligne". Le mot "écriture" ayant pour moi une double signification du faite de mon métier... C'est open... tu viens quand tu veux L Myster... tu seras toujours le bienvenu
A
Oh quelle coincidence,  la même idée d'article....
Ton article me fait découvrir le poête de mon enfance !  :0010:
Répondre
A
les grands esprits se rencontrent... ;) :0010:
C
et voilà les vacances sont finies.. j'ai repris le chemin de l'école ;-) Je vais reprendre les mises à jour du blog... plus lentement pour profiter du printemps et de mon jardin ;-) Un grand merci pour tes commentaires et ta fidélité . Bizzz Céline.
Répondre
A
Pour comprendre ma personnalité à travers mon écriture, il faudrait avant tout etre égyptologue.
Je viens de répondre à ton commentaire sur mon blog, et je viens t'en avertir, comme demandé.
T'as vu, chuis obéissant ;D
Répondre
A
C'est ce que m'avait dit un copain de mon fils.... mais j'ai quand même réussi à analyser son écriture...C'est bien Adonis... ;)  bises
M
Répondre
P
Mes premières larmes d'enfant
Tu libères ma mémoire bloquée
Merci Cath'.....................Piotr :0010:
Répondre
A
tant mieux Piotr... relire Paul Fort c'est également retrouver une certaine simplicité d'écriture (apparente) mais dont l'efficacité poétique est éternelle  :0010:
M
merci Cathy pour ces explications.
Moi aussi je savais qu'il avaot été chanté par Brassens (je suis un grand fan) mais je n'en connaissait pas plus de détais .
Bisous Cathy
PS: c'est bien de travailler pour moi mais commence à lacher la pression doucement on est en milieu de semaine et le WE va vite être là.lol
jaguar placide
Répondre
A
Je me fais tellement de soucis pour ta retraite que je ne peux prendre de repos... ;)Gros bisous Marc